Login

Association Française pour l'Étude du Sol

Ardon, Orléans Cedex 2, France

1x2 gaming slots for free https://onlineslots.money/games/1x2-gaming/

Revue “Étude et Gestion des Sols”

Étude et Gestion des Sols (EGS) publie des articles en français. Sa vocation première est d'être un lieu d'échange et de transfert en ce qui concerne la science du sol appliquée. Les articles sont soumis à une procédure de relecture critique par des pairs. EGS publie des résultats originaux, des synthèses et des revues bibliographiques, ainsi que des notes techniques et historiques. EGS publie également des numéros ou des dossiers thématiques.
EGS peut aussi publier des articles brefs d'opinion scientifique, contribuant à l'avancée des réflexions sur notre champ d'étude et de recherche.

EGS est désormais (depuis le 1er janvier 2013) entièrement électronique, avec accès libre et gratuit (accès en bas de cette page).
Les nouveaux articles sont publiés dès qu'acceptés et mis en forme, sous la forme de fichiers .pdf. Leur publication est annoncée au fur et à mesure sur notre "liste de diffusion".
Les autres articles antérieurs à 2013 sont également tous téléchargeables.


Télécharger les instructions aux auteurs


NB: Lorsque vous faites une recherche dans les archives d'EGS (ci-dessous), les résultats sont affichés par volumes (il faut donc cliquer sur chaque volume pour y accéder).

Introduction à la revue EGS et comité éditorial

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Céline Collin Bellier (présidente de l'Afes)
RÉDACTEUR EN CHEF : Dominique Arrouays
RÉDACTEURS EN CHEF ADJOINTS : Denis Baize, Dominique Schwartz
SECRÉTARIAT DE RÉDACTION : Florence Héliès, Cédric Laveuf, Jean-Pierre Rossignol

Adresse :
AFES, INRA, Centre de recherches d'Orléans
2163, avenue de la Pomme de Pin, CS 40001, Ardon
F-45075 Orléans Cedex 02, France

Contact Donimique Arrouays

COMITÉ ÉDITORIAL :
D. Angers Agric. Agroalim. Canada, Sainte Foy, Canada
M. Badraoui I.A.V. Hassan II, Rabat, Maroc
W. Blum Univ. Vienne, Autriche
L. Bock Faculté Agronomique de Gembloux, Belgique
A. Bruand ISTO, Université d'Orléans
C. Cheverry ENSA, Rennes
J.L. Chotte IRD, Montpellier
S. Deckers Université de Leuven, Belgique
A. Delaunois Chambre d'Agriculture du Tarn, Albi
B. Delvaux Université de Louvain la Neuve, Belgique
C. Feller IRD, Montpellier
P. Faivre Université de Savoie, Chambéry
N. Filippi EC JRC Ispra, Italie
E. Frossard Institut Fédéral de Technologie, Zurich, Suisse
J.C. Germon INRA, Dijon
M.C. Girard Académie d'Agriculture, Paris
J.M. Gobat Université de Neuchâtel, Suisse
A. Halitim Université de Batna, Algérie
B. Jabiol ENGREF, Nancy
J.L. Julien Laboratoire Départemental de l'Aisne
J.P. Legros AFES, Montpellier
F.‑Macias Vasquez Univ. St-Jacques de Compostelle, Espagne
C. Mathieu Acad. des Sciences d'Outre-Mer, Paris
J.P. Montoroi I.R.D., Bondy
R. Moreau I.R.D., Montpellier
J.L. Morel ENSAIA, Nancy
S. Recous INRA, Laon
G. Richard INRA, Orléans
C. Schvartz ISA, Lille
T. Sterckeman INRA - ENSAIA, Nancy
E. Van Ranst Université de Gand, Belgique
C. Walter Agrocampus Ouest, Rennes

...

EGS Instructions aux auteurs

1/ EGS est une revue de l'Association Française pour l'Étude du Sol.

2/ La publication est gratuite. Les articles ne devront, en règle générale, pas excéder 15 pages imprimées (résumés, figures, tableaux, bibliographie
compris). Une page pleine de la revue équivaut à environ 4 000 signes, espaces non compris. Pour certains articles, quelques pages supplémentaires
pourront être acceptées.

3/ Le manuscrit doit être saisi sous traitement de texte, sur format 21 x 29,7 cm. Le texte sera fourni sur support électronique (fichier attaché à un courrier électronique ou CD-Rom), de préférence format Word (DOC ou docx) en double interligne. Les lignes doivent être numérotées de 1 à n du début à la fin du document. Les figures en haute résolution (formats pict, eps, tif, png ou jpg en haute définition ou fichier Excel) et les tableaux originaux (de préférence accompagnés du fichier Excel) doivent être joints.

4/ Les textes sont publiés en français. Un 'résumé étendu' en anglais ('extended summary ') précède le texte avec quelques ' Key words '. Il renvoie aux principaux tableaux et figures. Un résumé en français (30 lignes maximum), et quelques mots clés, qui servent à l'indexation, accompagnent aussi le texte. Les résumés présentent clairement le problème étudié, les méthodes utilisées et les conclusions auxquelles on est arrivé. Key words et mots clés doivent être utilisables dans une interrogation de bases de données. Une traduction en espagnol du résumé français est souhaitée. Elle peut être prise en charge par le secrétariat de rédaction. Le secrétariat de rédaction peut également proposer des améliorations en ce qui concerne la rédaction en français.

5/ La page de garde comportera :
a* le titre de la communication ;
b* les noms et prénoms du ou des auteurs ;
c* l'institution à laquelle il(s) appartien(nen)t et les adresses complètes ;
d* l'adresse électronique de l'auteur à qui adresser les correspondances.

L'auteur donnera un titre courant de moins de quarante caractères, ainsi que le titre en anglais.

6/ Les figures et les tableaux seront réduits par les responsables de la revue à la dimension qu'ils estimeront souhaitable. Les titres des tableaux et figures partie entière des nombres sera séparée de la partie décimale par une virgule. Les photographies doivent être contrastées, une échelle donnée sur chaque document. Les illustrations en couleurs seront acceptées uniquement si elles sont indispensables.

7/ Les références bibliographiques citées dans l'article sont reprises en fin de texte, par ordre alphabétique. Les noms des auteurs cités dans le texte seront écrits en caractères minuscules : (Dupont, 2009 ; Dubois et Duchemin, 2009 ;Duchamp et al., 2009) .
La bibliographie sera présentée par ordre alphabétique sur le modèle suivant :

Joseph K.T., 1977 - Clamatrops - Proceedings of the conference on classification and management of tropical soils, Kuala Lumpur, Malaysia, 15to 20 August 1977.
Liang L., Hoffmann A. et Gu B., 2000 - Ligand-induced dissolution and releaseof ferrihydrite colloids. Geochim. Cosmochim. Acta, 64, 12, pp. 2027-2037.


8/ Les manuscrits doivent être envoyés par courriel à Dominique.Arrouays@orleans.inra.fr ou par courrier postal à Dominique Arrouays, AFES - INRA Orléans, Avenue de la Pomme de Pin, CS 40001, Ardon 45075 Orléans cedex 02, France. Les auteurs préciseront leur adresse électronique et leur numéro de téléphone.

9/ Les auteurs peuvent proposer une liste restreinte d'experts susceptibles de relire le manuscrit. Ils peuvent également, en cas de concurrence ou de conflit d'intérêt, signaler des experts qu'ils ne souhaitent pas. Chaque manuscrit est envoyé à deux lecteurs qui remplissent une fiche de lecture. Cette expertise est en principe anonyme, sauf lorsqu'un expert accepte de communiquer son nom aux auteurs. Les deux fiches de lecture et commentaires éventuels sont renvoyés à l'auteur avec une décision de la rédaction : article rejeté, à reécrire entièrement, à modifier en profondeur, à modifier légèrement, accepté.

10/ Lorsque l'article n'a pas été rejeté et que l'auteur a retourné son manuscrit corrigé en tenant compte des avis des lecteurs, le nouveau manuscrit est relu par ses lecteurs initiaux, ainsi que par les responsables de la rédaction qui peuvent proposer d'éventuelles modifications et une mise en forme améliorée des figures et tableaux.

11/ Lorsque l'auteur a donné son accord sur les modifications et effectué tous les travaux correspondants, le texte est accepté pour publication.

12/ Une épreuve du texte est ultérieurement envoyée à l'auteur qui a présenté le manuscrit. L'épreuve corrigée doit être retournée dans la semaine suivante, avec l'accord pour payer les pages supplémentaires si c'est le cas. Dès que sa mise en forme définitive est réalisée, l’article est immédiatement publié sous forme d’un fichier .pdf téléchargeable librement et gratuitement sur le site de l’AFES.

13/ Le Comité de rédaction de EGS se réserve le droit d'adapter ou de modifier la disposition du texte original et de prendre toutes les décisions non explicitement mentionnées dans ce règlement.

14/ Les articles proposés à EGS doivent être originaux ; tout manuscrit déjà publié en partie doit être explicitement signalé comme tel au début du processus de sélection. L'utilisation ultérieure des documents publiés dans EGS par d'autres que les auteurs est soumise à une autorisation écrite des auteurs et de la revue. Une référence claire devra toujours en mentionner la source.

15/ Les textes publiés dans EGS n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

16/ Toute correspondance doit être adressée au rédacteur en chef :
D.Arrouays, AFES,
INRA d'Orléans
2163 avenue de la Pomme de Pin
CS 40001, Ardon, 45075 Orléans Cedex 02 France
Contact Donimique Arrouays
sup
Recherche : 7 articles sur 7 numéros
Articles de la revue choisie

2013 - Volume 20 - Numéro 2

Rôle de la végétation sur l’évolution des caractéristiques physico-chimiques de la surface d’un bassin d’infiltration des eaux pluviales | p 27-38
Auteurs :
J.-P. Bedell, M. Saulais, C. Delolme
Résumé :
Les bassins d’infiltration sont des ouvrages de gestion des eaux pluviales. Une décantation, en surface des matières en suspension contenues dans les eaux pluviales, donne lieu à des dépôts contaminés. Une végétation spontanée peut coloniser spontanément le bassin et avoir un effet au cours de sa croissance sur l’évolution de la surface du sol. L’étude a pour but de caractériser les principales propriétés géochimiques de la surface contaminée d’un bassin d’infiltration végétalisé et leur évolution en fonction de la croissance des végétaux. Le bassin d’infiltration, d’une surface de 8000 m2 présente une végétation naturelle, répartie de manière hétérogène, avec une zone humide à l’entrée du bassin. Trois zones, colonisées respectivement par des peuplements monospécifiques de Typha latifolia, Phalaris arundinacea et Eleocharis palustris, ont été retenues. Des prélèvements du dépôt de surface de chaque zone ont été réalisés à trois stades de développement des plantes. La caractérisation des dépôts a porté sur des paramètres physiques (teneur en eau, granulométrie) et des paramètres chimiques (pH, CEC, perte au feu, teneurs en carbonates, ions nitrate et sulfate solubles, éléments traces…). L’analyse des paramètres physiques montre que, dans les trois zones colonisées, la teneur en eau dans le dépôt est élevée quelle que soit la saison, avec un minimum de 44% MS. Ces résultats vont dans le sens d’une arrivée régulière d’eaux pluviales dans ces zones, voire la stagnation de l’eau. La texture des dépôts évolue à la fois en fonction de la saison et de la zone. Leurs teneurs en métaux sont très élevées et restent relativement stables. Les dépôts sont fortement carbonatés, ce qui s’explique par le contexte géochimique, avec un substratum constitué de dépôts fluvioglaciaires très chargés en carbonates. Les teneurs en carbonates évoluent peu. De la même façon, les teneurs totales en éléments majeurs (K, Mg, Ca, Al, Fe), le pH, les teneurs totales en azote (N)et phosphore (P) sont très peu variables que ce soit en fonction du couvert végétal ou de la saison. Les paramètres caractéristiques de la matière organique (perte au feu et carbone organique) sont davantage variables, notamment en fonction de la saison. Enfin, les dépôts au droit des trois zones se différencient principalement par l’évolution saisonnière des teneurs en ions, en particulier des ions sulfates et nitrates. Ces paramètres sont particulièrement à prendre en compte dans le cadre des études sur la dynamique de la contamination des ouvrages végétalisés.

2006 - Volume 13 - Numéro 2

Impact de l`abandon et de la colonisation par le genêt (Cytisus scoparius L.) sur le sol et la végétation d`une pâture de la Chaîne des Puys (massif Central) | p 103-112
Auteurs :
B. Prévosto(1), E. Dambrine(2) et B. Zeller(2)
Adresse :
(1) Cemagref, UR Ecosystèmes Méditerranéens et Risques, 3275 Route Cézanne, CS 40061 Le Tholonet, 13182 Aix-en-Provence cedex 5
(2) INRA-Nancy, Unité 1138, Biogéochimie des Ecosystèmes Forestiers (BEF), 54280 Champenoux
Résumé :
Les pâturages du Massif Central sont assez fréquemment soumis à l`abandon et à la colonisation par le genêt à balai (Cytisus scoparius L.).
L`étude présentée cherche à évaluer l`impact de cet abandon et de cette colonisation arbustive sur les sols et la végétation d`une pâture de la Chaîne des Puys.
Différents stades d`abandon d`une pâture et de sa colonisation par le genêt ont été échantillonnés : 42 placettes ont été installées dans une pâture gérée, dans une pâture abandonnée faiblement colonisée et dans des peuplements de genêts jeunes et âgés. Sur chaque placette, après avoir mesuré le peuplement de genêts, des relevés de flore ont été effectués et les valeurs Ellenberg indicatrices des conditions de sol et de milieu ont été calculées. Les sols ont été analysés pour déterminer leurs principales caractéristiques physico-chimiques notamment leur teneur en C et N et leur potentiel de minéralisation en N par incubation au laboratoire. L`abondance isotopique en 15N (δ15N) des sols a aussi été mesurée.
Les résultats montrent que le nombre d`espèces diminue fortement lors de l`abandon de la pâture puis avec la fermeture du milieu par le genêt. L`évolution de la composition de la végétation suggère une augmentation de l`acidité, de l`humidité et de la disponibilité en azote au cours la colonisation. L`évolution des principales propriétés des sols pour les différents stades confirme ces résultats, les changements étant nettement plus marqués dans le premier que dans le second horizon. Le passage de la pâture gérée à la pâture abandonnée non colonisée s`accompagne : i) d`une forte baisse de la densité apparente, ii) d`une augmentation relative des teneurs en C et N, iii) d`une diminution du δ15N, iv) d`une hausse de la nitrification potentielle alors que les stocks en C et N du sol restent stables en raison de l`évolution opposée entre les teneurs et la densité apparente. La fermeture par le genêt dans les stades suivants accentue l`augmentation de la teneur en C et N, et de la nitrification alors que les stocks augmentent modérément et que le δ15N reste stable. Cette étude souligne l`impact fort de l`abandon du pâturage puis du rôle plus modéré de la colonisation par le genêt sur le taux de matière organique et la dynamique de l`azote dans les sols.

2002 - Volume 9 - Numéro 4

Les sols sous boisements spontanés de bouleau et de pin sylvestre dans la Chaîne des Puys - Influence du substratum et de l`utilisation ancienne, conséquences sur la végétation | p 251-268
Auteurs :
B. Prévosto(1), T. Curt(1), C. Moares Domínguez(2), E. Dambrine(2), F. Poutier(2) et B. Pollier(2)
Adresse :
(1) Cemagref - Clermont-Ferrand, équipe Ecologie Appliquée des Milieux Boisés, 24 av. des Landais, BP 50085, 63172 Aubière cedex
(2) INRA-CRF équipe Cycles Biogéochimiques. 54280 Seichamps
Résumé :
La Chaîne des Puys, massif volcanique de moyenne montagne du Massif Central, a connu une déprise agricole importante et rapide au cours des 5 dernières décennies. L`abandon des anciennes cultures et terrains de parcours a permis la formation de boisements spontanés monospécifiques de bouleau (Betula pendula Roth) au Nord de la Chaîne et de pin sylvestre (Pinus sylvestris L.) au Sud. Dans le cadre de l`étude de cette dynamique forestière, des sols ont été prélevés et analysés sous bouleau et sous pin en fonction d`usages passés contrastés (lande, pâture et culture) ; des relevés de végétation ont été effectués et les coefficients d`Ellenberg indicateurs des conditions environnementales ont été calculés.
Les sols des deux zones de prélèvement différent par leur substratum, composé de scories basaltiques foncées au Sud, alors qu`au Nord, les scories trachytiques de couleur claire sont plus abondantes. Au Nord les sols ont un pH plus bas et montrent une forte accumulation de complexes organométalliques typiques des Andosols non allophaniques, alors qu`au Sud leur pH plus élevé, leur taux de matière organique plus faible et leur teneur en allophanes plus forte les classent parmi les Andosols a allophanes. Pour chaque zone, les sols sur anciennes cultures se distinguent des sols sur anciennes landes ou pâtures par un rapport C/N plus bas, un δ15N plus élevé et par une minéralisation potentielle d`azote et une production potentielle de nitrate plus fortes. La végétation est plus nitrophile sur les anciennes cultures et les coefficients d`Ellenberg pour l`humidité, l`azote et le pH permettent de différencier très clairement les usages passés. La composition chimique des projections volcaniques et l`intensité d`utilisation des anciennes terres agricoles apparaissent comme des facteurs clés pour comprendre la fertilité actuelle des sols et la composition de la végétation dans les boisements spontanés des zones volcaniques.

1999 - Volume 6 - Numéro 4

Modélisation hydrologique et hétérogénéité spatiale des bassins - Vers une comparaison de l`approche globale et de l`approche distribuée | p 165-184
Auteurs :
J.C. Baudez*(1), C. Loumagne(1), Cl. Michel(1), B. Palagos(1),V. Gomendy(2) et F. Bartoli(2)
Adresse :
(1) CEMAGREF, division qualité et fonctionnement hydrologique des systèmes aquatiques, Parc de Tourvoie BP 121 92185 Antony Cedex
* adresse actuelle : CEMAGREF, domaine des palaquins, 03 150 Montoldre
(2) CNRS, Centre de Pédologie Biologique associé à l`Université Henri Poincaré - Nancy I, BP 5, 54501 Vandoeuvre les Nancy Cedex
Résumé :
La pertinence de l`utilisation d`une approche distribuée par rapport à une approche globale de la transformation pluie-débit à travers un modèle hydrologique est une question souvent résolue de façon intuitive et au cas par cas. Cette recherche présente une tentative pour répondre à ce problème, afin d`améliorer les procédures de modélisation des débits d`un bassin versant, mais aussi de les généraliser aux différentes situations rencontrées. Deux approches complémentaires ont été suivies sur un échantillon de quinze triplets de bassins versants français jaugés, chacun de ces triplets étant constitué de deux sous-bassins juxtaposés d`amont en aval et de superficie équivalente, et d`un petit sous-bassin aval.
La première approche a consisté à étudier l`intérêt de découper un bassin versant en sous-unités pour sa modélisation hydrologique. Pour ce faire, une analyse statistique non paramétrique des résultats du critère de Nash de validité d`un modèle s`est avérée être la plus pertinente pour classer les bassins en fonction de la valeur du test de Wilcoxon. La seconde approche a porté sur une recherche, pour le même échantillon de bassins, de caractéristiques supposées à priori déterminantes pour l`hydrologie, à savoir la densité du réseau hydrographique, l`hypsométrie, et la nature des couvertures pédologique et végétale. Les différences observées sur les caractéristiques de deux sous-bassins juxtaposés ont été quantifiées afin d`obtenir des indices d`hétérogénéité de bassin.
Une comparaison des résultats a été alors réalisée afin de déterminer s`il était possible d`établir un lien entre la préférence raisonnée d`un type de modélisation hydrologique et les degrés d`hétérogénéité de bassin. Cette comparaison a mis en évidence une relation entre les valeurs du test de Wilcoxon et certains déterminants hydrologiques. C`est ainsi que le degré d`hétérogénéité de la couverture pédologique s`est avéré être le plus discriminant dans le choix de discrétiser ou non un bassin versant. Certaines valeurs du test de Wilcoxon ont été aussi reliées à la taille des bassins, ce qui serait attribuable au fait que les hétérogénéités de bassin peuvent augmenter en fonction de l`échelle d`observation, en ce qui concerne notamment la couverture pédologique.

1997 - Volume 4 - Numéro 1

Caractérisation des sols et paysages des garrigues méditerranéennes | p 27-42
Auteurs :
M. Bornand(1), J.M. Robbez-Masson(1), A. Donnet(1) et B. Lacaze(2)
Adresse :
(1) ENSA. M-INRA. - U.F.R.Science du Sol - Place Viala - 34060 Montpellier Cedex 01
(2) CEFE-CNRS -1919 route de Mende - BP 50551 - 34033 Montpellier Cedex 01
Résumé :
Les garrigues calcaires méditerranéennes sont des milieux présentant une grande hétérogénéité dans les caractéristiques des sols et une extrême variabilité dans leur distribution spatiale. Une typologie des sols et des paysages est établie dans des écosystèmes ; elle met particulièrement l`accent sur les relations pouvant exister entre les couvertures pédologiques et végétales. Sur cette base, une cartographie détaillée des sols et des paysages est réalisée au sein d`aires d`extension limitée représentatives de la diversité de ces espaces naturels : elle sert de référence locale de terrain pour réaliser une extrapolation spatiale des données à de vastes territoires. Pour ce faire, une procédure de traitements et d`analyse d`images satellitaires a été utilisée, basée sur le principe d`une classification tenant compte du voisinage spatial. Une confrontation est alors réalisée entre l`image classique obtenue et les cartes découlant de la prospection directe de terrain. Celle-ci permet d`évaluer la pertinence et les insuffisances des hypothèses émises au départ sur les relations sol-végétation. Des améliorations de la démarche sont alors proposées pour une meilleure discrimination des unités.

1996 - Volume 3 - Numéro 3

Les apports éoliens dans les sols du Jura - Etat des connaissances et nouvelles données en pâturages boisés | p 167-178
Auteurs :
E. Havlicek et J.-M. Gobat
Adresse :
Laboratoire d`écologie végétale- Institut de botanique - 11, rue Emile-Argand - CH - 2007 Neuchâtel 7 - Suisse
Résumé :
Vingt ans après la découverte des limons éoliens dans les sols du Jura, un bilan tiré de la littérature pédologique montre une confirmation évidente de leurs effets importants sur la pédogenèse sur calcaire. Quelques caractères nouveaux sont précisés : présence primaire ou secondaire (après transport) des limons, rôle important dans la brunification des sols, présence dans des sols à évolution calcique ou calcaire, rôle de l`épaisseur du dépôt dans l`orientation de la pédogenèse, relations entre les dépôts et la couverture végétale.
L`étude originale de nombreux sols des pâturages boisés du Jura suisse, réalisée par les auteurs, met également en évidence une présence généralisée de limons d`origine éolienne. Ces résultats permettent de discuter plus avant les relations entre les sols et la végétation qui, par le jeu du cycle biogéochimique, joue un rôle important dans le maintien ou la création d`une ambiance pédogénétique calcique. L`intensité de l`effet de l`éolien sur la pédogenèse dépendrait ainsi d`une combinaison trifactorielle, intégrant non seulement l`épaisseur du sol et la porosité du substratum rocheux, déjà largement prouvées, mais aussi la profondeur d`enracinement physiologique de la végétation.

1995 - Volume 2 - Numéro 2

Le cycle biogéochimique des éléments majeurs dans les écosystèmes forestiers. Importance dans le fonctionnement des sols | p 119-134
Auteurs :
J. Ranger(1), M. Colin-Belgrand et C. Nys
Adresse :
Collaboration technique : P. Bonnaud, D. et Louisette Gelhaye

(1) : auteur correspondant : INRA Centre de Nancy, Équipe `Cycles biogéochimiques`, 54280 Champenoux.
Communication faite à la réunion de l`AFES, Section Massif Central, le 8 Novembre 1994.
Résumé :
L`économie des éléments nutritifs dans l`écosystème forestier extensif est très spécifique et consiste en une succession de mécanismes qui tendent à rendre optimale l`utilisation du pool d`éléments disponibles : c`est le `cycle biogéochimique` des éléments nutritifs. Le fonctionnement minéral de l`écosystème forestier est caractérisé par deux types de relations, d`une part les relations sol-plante et d`autre part les relations plante-sol. Lespremières relatent les effets de la fertilité du sol sur la nutrition et par conséquent sur la production tandis que les secondes concernent les effets de la végétation sur le fonctionnement du sol.
Les relations plante-sol seront seules prises en compte, étant donné l`intérêt qu`elles présentent pour le fonctionnement pédogénétique lui-même. En effet, par la quantité et la qualité des débris végétaux apportés annuellement au sol (litière aérienne ou souterraine) ainsi que par la composition des pluviolessivats, les végétaux conditionnent pour partie la fertilité du sol.
Deux exemples servent de support à cette présentation :
- la quantification des flux du cycle biologique dans une chronoséquence de peuplements de Châtaignier permettant de mettre en évidence, pour les différents éléments, les mécanismes dominants à cette échelle et d`en déduire les aspects agronomiques et pédologiques ;
- la comparaison de l`effet de différentes essences sur le cycle biogéochimique et les conséquences pour les sols étudiés par les approches analytiques et expérimentales.

the best online casinos