Login

Association Française pour l'Étude du Sol

Ardon, Orléans Cedex 2, France

1x2 gaming slots for free https://onlineslots.money/games/1x2-gaming/

Revue “Étude et Gestion des Sols”

Étude et Gestion des Sols (EGS) publie des articles en français. Sa vocation première est d'être un lieu d'échange et de transfert en ce qui concerne la science du sol appliquée. Les articles sont soumis à une procédure de relecture critique par des pairs. EGS publie des résultats originaux, des synthèses et des revues bibliographiques, ainsi que des notes techniques et historiques. EGS publie également des numéros ou des dossiers thématiques.
EGS peut aussi publier des articles brefs d'opinion scientifique, contribuant à l'avancée des réflexions sur notre champ d'étude et de recherche.

EGS est désormais (depuis le 1er janvier 2013) entièrement électronique, avec accès libre et gratuit (accès en bas de cette page).
Les nouveaux articles sont publiés dès qu'acceptés et mis en forme, sous la forme de fichiers .pdf. Leur publication est annoncée au fur et à mesure sur notre "liste de diffusion".
Les autres articles antérieurs à 2013 sont également tous téléchargeables.


Télécharger les instructions aux auteurs


NB: Lorsque vous faites une recherche dans les archives d'EGS (ci-dessous), les résultats sont affichés par volumes (il faut donc cliquer sur chaque volume pour y accéder).

Introduction à la revue EGS et comité éditorial

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Céline Collin Bellier (présidente de l'Afes)
RÉDACTEUR EN CHEF : Dominique Arrouays
RÉDACTEURS EN CHEF ADJOINTS : Denis Baize, Dominique Schwartz
SECRÉTARIAT DE RÉDACTION : Florence Héliès, Cédric Laveuf, Jean-Pierre Rossignol

Adresse :
AFES, INRA, Centre de recherches d'Orléans
2163, avenue de la Pomme de Pin, CS 40001, Ardon
F-45075 Orléans Cedex 02, France

Contact Donimique Arrouays

COMITÉ ÉDITORIAL :
D. Angers Agric. Agroalim. Canada, Sainte Foy, Canada
M. Badraoui I.A.V. Hassan II, Rabat, Maroc
W. Blum Univ. Vienne, Autriche
L. Bock Faculté Agronomique de Gembloux, Belgique
A. Bruand ISTO, Université d'Orléans
C. Cheverry ENSA, Rennes
J.L. Chotte IRD, Montpellier
S. Deckers Université de Leuven, Belgique
A. Delaunois Chambre d'Agriculture du Tarn, Albi
B. Delvaux Université de Louvain la Neuve, Belgique
C. Feller IRD, Montpellier
P. Faivre Université de Savoie, Chambéry
N. Filippi EC JRC Ispra, Italie
E. Frossard Institut Fédéral de Technologie, Zurich, Suisse
J.C. Germon INRA, Dijon
M.C. Girard Académie d'Agriculture, Paris
J.M. Gobat Université de Neuchâtel, Suisse
A. Halitim Université de Batna, Algérie
B. Jabiol ENGREF, Nancy
J.L. Julien Laboratoire Départemental de l'Aisne
J.P. Legros AFES, Montpellier
F.‑Macias Vasquez Univ. St-Jacques de Compostelle, Espagne
C. Mathieu Acad. des Sciences d'Outre-Mer, Paris
J.P. Montoroi I.R.D., Bondy
R. Moreau I.R.D., Montpellier
J.L. Morel ENSAIA, Nancy
S. Recous INRA, Laon
G. Richard INRA, Orléans
C. Schvartz ISA, Lille
T. Sterckeman INRA - ENSAIA, Nancy
E. Van Ranst Université de Gand, Belgique
C. Walter Agrocampus Ouest, Rennes

...

EGS Instructions aux auteurs

1/ EGS est une revue de l'Association Française pour l'Étude du Sol.

2/ La publication est gratuite. Les articles ne devront, en règle générale, pas excéder 15 pages imprimées (résumés, figures, tableaux, bibliographie
compris). Une page pleine de la revue équivaut à environ 4 000 signes, espaces non compris. Pour certains articles, quelques pages supplémentaires
pourront être acceptées.

3/ Le manuscrit doit être saisi sous traitement de texte, sur format 21 x 29,7 cm. Le texte sera fourni sur support électronique (fichier attaché à un courrier électronique ou CD-Rom), de préférence format Word (DOC ou docx) en double interligne. Les lignes doivent être numérotées de 1 à n du début à la fin du document. Les figures en haute résolution (formats pict, eps, tif, png ou jpg en haute définition ou fichier Excel) et les tableaux originaux (de préférence accompagnés du fichier Excel) doivent être joints.

4/ Les textes sont publiés en français. Un 'résumé étendu' en anglais ('extended summary ') précède le texte avec quelques ' Key words '. Il renvoie aux principaux tableaux et figures. Un résumé en français (30 lignes maximum), et quelques mots clés, qui servent à l'indexation, accompagnent aussi le texte. Les résumés présentent clairement le problème étudié, les méthodes utilisées et les conclusions auxquelles on est arrivé. Key words et mots clés doivent être utilisables dans une interrogation de bases de données. Une traduction en espagnol du résumé français est souhaitée. Elle peut être prise en charge par le secrétariat de rédaction. Le secrétariat de rédaction peut également proposer des améliorations en ce qui concerne la rédaction en français.

5/ La page de garde comportera :
a* le titre de la communication ;
b* les noms et prénoms du ou des auteurs ;
c* l'institution à laquelle il(s) appartien(nen)t et les adresses complètes ;
d* l'adresse électronique de l'auteur à qui adresser les correspondances.

L'auteur donnera un titre courant de moins de quarante caractères, ainsi que le titre en anglais.

6/ Les figures et les tableaux seront réduits par les responsables de la revue à la dimension qu'ils estimeront souhaitable. Les titres des tableaux et figures partie entière des nombres sera séparée de la partie décimale par une virgule. Les photographies doivent être contrastées, une échelle donnée sur chaque document. Les illustrations en couleurs seront acceptées uniquement si elles sont indispensables.

7/ Les références bibliographiques citées dans l'article sont reprises en fin de texte, par ordre alphabétique. Les noms des auteurs cités dans le texte seront écrits en caractères minuscules : (Dupont, 2009 ; Dubois et Duchemin, 2009 ;Duchamp et al., 2009) .
La bibliographie sera présentée par ordre alphabétique sur le modèle suivant :

Joseph K.T., 1977 - Clamatrops - Proceedings of the conference on classification and management of tropical soils, Kuala Lumpur, Malaysia, 15to 20 August 1977.
Liang L., Hoffmann A. et Gu B., 2000 - Ligand-induced dissolution and releaseof ferrihydrite colloids. Geochim. Cosmochim. Acta, 64, 12, pp. 2027-2037.


8/ Les manuscrits doivent être envoyés par courriel à Dominique.Arrouays@orleans.inra.fr ou par courrier postal à Dominique Arrouays, AFES - INRA Orléans, Avenue de la Pomme de Pin, CS 40001, Ardon 45075 Orléans cedex 02, France. Les auteurs préciseront leur adresse électronique et leur numéro de téléphone.

9/ Les auteurs peuvent proposer une liste restreinte d'experts susceptibles de relire le manuscrit. Ils peuvent également, en cas de concurrence ou de conflit d'intérêt, signaler des experts qu'ils ne souhaitent pas. Chaque manuscrit est envoyé à deux lecteurs qui remplissent une fiche de lecture. Cette expertise est en principe anonyme, sauf lorsqu'un expert accepte de communiquer son nom aux auteurs. Les deux fiches de lecture et commentaires éventuels sont renvoyés à l'auteur avec une décision de la rédaction : article rejeté, à reécrire entièrement, à modifier en profondeur, à modifier légèrement, accepté.

10/ Lorsque l'article n'a pas été rejeté et que l'auteur a retourné son manuscrit corrigé en tenant compte des avis des lecteurs, le nouveau manuscrit est relu par ses lecteurs initiaux, ainsi que par les responsables de la rédaction qui peuvent proposer d'éventuelles modifications et une mise en forme améliorée des figures et tableaux.

11/ Lorsque l'auteur a donné son accord sur les modifications et effectué tous les travaux correspondants, le texte est accepté pour publication.

12/ Une épreuve du texte est ultérieurement envoyée à l'auteur qui a présenté le manuscrit. L'épreuve corrigée doit être retournée dans la semaine suivante, avec l'accord pour payer les pages supplémentaires si c'est le cas. Dès que sa mise en forme définitive est réalisée, l’article est immédiatement publié sous forme d’un fichier .pdf téléchargeable librement et gratuitement sur le site de l’AFES.

13/ Le Comité de rédaction de EGS se réserve le droit d'adapter ou de modifier la disposition du texte original et de prendre toutes les décisions non explicitement mentionnées dans ce règlement.

14/ Les articles proposés à EGS doivent être originaux ; tout manuscrit déjà publié en partie doit être explicitement signalé comme tel au début du processus de sélection. L'utilisation ultérieure des documents publiés dans EGS par d'autres que les auteurs est soumise à une autorisation écrite des auteurs et de la revue. Une référence claire devra toujours en mentionner la source.

15/ Les textes publiés dans EGS n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

16/ Toute correspondance doit être adressée au rédacteur en chef :
D.Arrouays, AFES,
INRA d'Orléans
2163 avenue de la Pomme de Pin
CS 40001, Ardon, 45075 Orléans Cedex 02 France
Contact Donimique Arrouays
sup
Recherche : 21 articles sur 14 numéros
Articles de la revue choisie

2013 - Volume 20 - Numéro 2

Pédogenèse polyphasée et transferts de polluants métalliques contraints par des structures cryogéniques : Le cas des sols sous épandages massifs d’eaux usées dans la plaine agricole de Pierrelaye | p 7-26
Auteurs :
F. van Oort, M. Thiry, E. Foy, K. Fujisaki et B. Van Vliet-Lanoë
Résumé :
Des structures cryogéniques, organisées en réseaux polygonaux de 20 à 30 m, ont été mises en évidence dans les sols de la plaine de Pierrelaye-Bessancourt. La présence de ces structures cryogéniques millénaires interroge sur les conditions hydrologiques locales qu’elles engendrent et le rôle de celles-ci sur le transfert des polluants accumulés dans les sols de la plaine suite aux épandages massifs, pendant un siècle, d’eaux usées de l’agglomération parisienne. Des réponses ont été cherchées par la combinaison d’études géophysiques et pédologiques (résistivité électrique, examen pédologique de tranchées, minéralogie, analyses pédogéochimiques, micromorphologie, microfluorescence-X), menées à différentes échelles (parcelle, solum, constituants).
Les structures cryogéniques correspondent à des affaissements/déformations des horizons E et BT et sont séparées du substrat calcaire par une "stone-line" de fragments calcaires. La concordance géométrique des horizons et du substrat témoigne d’une pédogenèse ancienne intervenue avant la mise en place des cryoturbations lors de la dernière période périglaciaire. L’ancienneté de cette pédogenèse est aussi attestée par la fragmentation et la déformation, par cryogénie, des illuviations argilo-ferrugineuses dans ces horizons. Par ailleurs, des revêtements minces d’argile limpides dans la partie supérieure du BT ainsi que des accumulations calcaires disposées en larges bandes horizontales, donc non affectées par la cryoturbation, témoignent eux d’une pédogénèse plus récente, post-cryogénies. Ces illuviations limpides et ces accumulations calcaires sont corrélatives de la décarbonatation qui a conduit à la formation de Néoluvisols durant l’Holocène.
Sous épandages d’eaux usées, les sols présentent des traits pédologiques spécifiques qui n’apparaissent jamais dans les sols hors du périmètre d’épandage : la dégradation des revêtements d’argile, la formation de ferranes et manganes, et le blanchiment de l’horizon E. Ces traits pédologiques témoignent d’une évolution pédologique récente, liée aux grands volumes d’eaux usées (≈ 2 000 mm par an), qui ont traversé ces sols durant le XXe siècle. Les analyses pédologiques montrent une évolution minéralogique de la smectite en minéral de type intergrade, une diminution importante (jusqu’à 50 %) de la CEC et une augmentation de la proportion d’aluminium échangeable. Ces modifications minéralogiques et physicochimiques sont le résultat de la ferrolyse, un processus engendré par les alternances d’oxydo-réduction dues aux pratiques d’épandages massifs. Les manifestations de la dégradation des sols sont maximales au droit des invaginations, dans la partie supérieure de l’horizon BT. Les plus forts contrastes de couleur et de texture sont caractéristiques des Luvisols Typiques. A l’écart des structures invaginées, les sols sont peu épais et l’horizon de labour repose parfois directement sur le calcaire fragmenté.
La configuration des structures cryogéniques, avec d’épais niveaux argileux invaginés formant un réseau polygonal et des sols peu épais au centre des polygones, conduit à des conditions hydrodynamiques contrastées à l’échelle décamétrique. L’impact sur le transfert de métaux vers le substratum est attesté par des teneurs plus élevées en métaux dans la fraction réactive fine des substrats calcaires à l’écart des structures invaginées, notamment Zn et Cu, par rapport à celle des substrats à proximité de ces structures.
Enfin, les alternances des conditions redox induites par les irrigations ont des incidences sur la géochimie des polluants dans les sols, comme en témoignent la coprécipitation d’éléments majeurs (Fe, Mn) et de métaux (Zn, Cu, Pb) sous forme de ferranes et manganes dans les horizons profonds.

2011 - Volume 18 - Numéro 3

Mise au point d'outils de prévision de l’évolution de la stabilité de la structure de sols sous l'effet de la gestion organique des sols | p 161-174
Auteurs :
C. Chenu, S. Abiven, M. Annabi, S. Barray, M. Bertrand, F. Bureau, D. Cosentino, F. Darboux, O. Duval, L. Fourrié, C. Francou, S. Houot, C. Jolivet, K. Laval, Y. Le Bissonnais, L. Lemée, S. Menasseri, J.-P. Pétraud et B. Verbèque

2009 - Volume 16 - Numéro 3

Impact d`amendements organiques sur la structure des communautés microbiennes des sols : Choix des méthodes, validation et résultats | p 299-312
Auteurs :
C. Leyval, C. Steinberg, M.P. Norini, T. Beguiristain, V. Edel-Hermann, P. Leglize, N. Gautheron, T. Lebeau et S. Houot

2007 - Volume 14 - Numéro 2

Comparaison de fonctions de pédotransfert nationales et européennes pour prédire les propriétés de rétention en eau des sols | p 103-116
Auteurs :
H. Al Majou(1),(2), A. Bruand(1), O. Duval(3) et I. Cousin(3)
Adresse :
(1) Institut des Sciences de la Terre d`Orléans (ISTO), UMR 6113 CNRS - Université d`Orléans, 1A Rue de la Férollerie,
45071 Orléans Cedex 2, France
(2) Département des Sciences du Sol, Faculté Agronomique, Université de Damas, PO Box 30621, Damas, Syrie
(3) INRA, UR0272 Science du sol, Centre de Recherche d`Orléans, BP20619, 45166 Olivet Cedex, France
Résumé :
Parmi les nombreuses fonctions de pédotransfert (FPT) qui ont été développées depuis plusieurs dizaines d`années, les classes de fonctions de pédotransfert (CFPT) n`ont fait l`objet que d`un nombre très limité d`études car leurs performances sont généralement considérées comme étant très limitées. A l`opposé, les fonctions de pédotransfert continues (FPTC), qui permettent une prédiction des propriétés de rétention en eau en rendant compte de façon continue de la variation des caractéristiques de composition du sol, ont fait l`objet de nombreux travaux. Dans cette étude, nous discutons les performances de CFPT et FPTC établies à partir de la base de données nationale SOLHYDRO 1.0 et nous les comparons à celles obtenues avec des CFPT et FPTC établies avec la base de données européenne HYPRES.
Les résultats montrent que, excepté pour les CFPT développées avec la base européenne HYPRES, les biais obtenus sont faibles à très faibles (-0,013 ≤ EMP ≤ 0,016 cm3.cm-3). Il n`y a pas, par conséquent, de différence sensible de qualité des fonctions de pédotransfert en terme de biais de prédiction en fonction des CFPT et FPTC utilisées. Les CFPT texturales développées avec SOLHYDRO 1.0 qui sont de simples jeux de valeurs moyennes de teneur en eau volumique pour chaque classe de texture conduisent à des prédictions de qualité analogue à celle obtenue avec les autres CFPT et FPTC testées, celles-ci étant toutes plus sophistiquées et plus exigeantes quant au nombre et à la nature des caractéristiques de sols requises par la prédiction. Concernant cette fois la précision, des différences importantes apparaissent en fonction des CFPT et FPTC utilisées. On enregistre une meilleure précision avec les CFPT et FPTC développées avec la base de données SOLHYDRO 1.0 (0,038 ≤ ETP ≤ 0,045 cm3.cm-3) par rapport à celle enregistrée avec les CFPT et FPTC développées avec HYPRES (0,050 ≤ ETP ≤ 0,060 cm3.cm-3). De telles valeurs de précision n`en demeurent pas moins faibles quelle que soit la base de données utilisée. Enfin, concernant l`apport de la prise en compte couplée par des CFPT de la composition granulométrique et de la structure, par l`intermédiaire respectivement de la texture et de la densité apparente, les résultats obtenus dans cette étude ne montrent pas d`amélioration très sensible de la prédiction comme permettaient de l`envisager les résultats enregistrés antérieurement.

2005 - Volume 12 - Numéro 3

Premiers résultats de validation des classes de pédotransfert établies à partir de la base de données SOLHYDRO 1.0 - Application à des sols de la région Centre | p 221-228
Auteurs :
H. Al Majou(1), A. Bruand(1), B. Nicoullaud(2), O. Duval(2) et J. Dupont(3)
Adresse :
(1) Institut des Sciences de la Terre d`Orléans (ISTO), Université d`Orléans, Géosciences, BP 6759, 45067 Orléans Cedex 2
(2) Unité de Science du sol, INRA, 2163 avenue de la Pomme de Pin, BP 20619, 45166 Olivet cedex
(3) Chambre d`Agriculture du Cher, 2701 route d`Orléans, BP 10, 18230 St Doulchard
Résumé :
Les propriétés de rétention en eau de 42 horizons appartenant à 11 sols de la région Centre ont été mesurées pour 7 valeurs de potentiel. Les teneurs en eau volumiques ainsi déterminées ont été comparées à celles obtenues en utilisant des classes de pédotransfert (CPT) établies à partir de la base de données SOLHYDRO 1.0. Ces classes de pédotransfert utilisent soit seulement le type d`horizon et la texture (CPT texturales), soit le type d`horizon, la texture et la densité apparente de l`horizon (CPT texturo-structurales). Avec les CPT texturales, les teneurs en eau sont en moyenne légèrement surestimées (0,7 % en teneur en eau volumique). La prise en compte de la structure des horizons grâce à leur densité apparente (CPT texturo-structurales) ne réduit pas ce biais de prédiction. La précision obtenue avec les CPT texturales ou texturo-structurales est en moyenne voisine de 3 % en teneur en eau volumique. Une amélioration de la précision est enregistrée pour les horizons E, B et C et pour ceux de texture argileuse lorsque l`on passe des CPT texturales aux CPT texturo-structurales. Ainsi, sur la base de ces premiers résultats de validation, il apparaît que l`utilisation des CPT texturo-structurales n`apporte une amélioration sensible de la qualité de la prédiction (augmentation de la précision) que pour les horizons E, B ou C et les horizons de texture ALO, AS, A ou AL. Dans les autres horizons appartenant à des sols apparentés aux sols étudiés, il apparaît justifié de se limiter à l`utilisation des CPT texturales puisque la prise en compte de la densité apparente n`améliore au mieux que très peu le biais et la précision des prédictions.

2004 - Volume 11 - Numéro 1

Etude de l`effet à moyen et long terme des systèmes de culture sur la structure d`un sol limoneux-argileux du Nord du Bassin Parisien - Les enseignements de l`essai de longue durée d`Estrées-Mons (80) | p 11-20
Auteurs :
H. Boizard(1), G. Richard(2), P. Defossez(2), J. Roger Estrade(3) et J. Boiffin(2)
Adresse :
(1) INRA, Unité d`Agronomie de Laon-Reims-Mons, Estrées-Mons, B.P. 136, 80203 Péronne cedex, France
(2) INRA, Unité d`Agronomie de Laon-Reims-Mons, 02007 Laon Cedex, France
(3) INA P-G, UMR d`Agronomie INRA-INAPG, BP 01, 78850 Thiverval-Grignon, France.
Résumé :
L`étude de l`évolution à moyen et long terme de la structure des sols préoccupe les agriculteurs du Nord du Bassin Parisien. En effet la fréquence parfois élevée des cultures de printemps (betterave, maïs, pomme de terre) dans la succession implique souvent des conditions d`intervention au semis ou à la récolte en conditions humides avec du matériel lourd et puissant. Un essai au champ de longue durée a été mis en place en 1989 à Mons en Chaussée en Picardie pour étudier l`évolution de la structure du sol sous l`effet de systèmes de culture représentatifs de cette région et se caractérisant par des risques de compactage très contrastés. Les trois systèmes de culture comparés comportent un labour annuel. Ils se différencient par la nature de la succession (pois/blé d`hiver/colza/blé d`hiver ou betterave/blé d`hiver/maïs/blé d`hiver) et par les règles de décision concernant les dates d`intervention lors des semis et des récoltes. Le suivi de la structure de la couche labourée est basé sur une approche morphologique permettant de décrire la structure de l`horizon labouré tous les ans après implantation de chaque culture de la rotation. Cette description est complétée par une évaluation quantitative de la proportion, dans la couche labourée, d`éléments structuraux dont la porosité structurale est très faible à nulle (état interne ∆). Les résultats présentés dans cet article montrent que cet indicateur est sensible, variant fortement d`une année à l`autre et entre les trois systèmes de culture. Ils suggèrent également que les évolutions observées sont réversibles. Concernant la partie du sol située sous le fond du labour, des observations complémentaires, menées dans le cadre de cet essai, ont montré que le passage répété d`engins de récolte en conditions humides provoquait un tassement de la couche de sol sous-jacente à l`horizon labouré sur une dizaine de centimètres d`épaisseur.
SISOL : Un modèle d`évolution de l`état structural des couches de sol cultivées | p 33-46
Auteurs :
J. Roger-Estrade(1), G. Richard(2), H. Boizard(3), P. Défossez(2), H. Manichon(4) et J. Caneill(5)
Adresse :
(1) INA P-G, UMR d`Agronomie INRA-INA P-G, BP 01, F-78850 Thiverval-Grignon
(2) INRA, Unité d`Agronomie de Laon-Reims-Mons, rue F. Christ, F-02007 Laon Cedex
(3) INRA, Unité d`Agronomie de Laon-Reims-Mons, F-80200 Estrées-Mons
(4) CIRAD, av. Agropolis, F-34398 Montpellier cedex 05
(5) ENESAD, Département Agronomie-Environnement, 26 boulevard Docteur Petitjean, BP 87999
21079 Dijon cedex.
Résumé :
La mise au point de règles d`aide à la décision en matière de travail du sol ou l`évaluation de l`effet des systèmes de culture sur l`évolution de la composante physique de la fertilité des sols requièrent des modèles permettant d`évaluer l`effet des outils, de la circulation des engins et des agents naturels sur la structure du sol. L`objet de cet article est la présentation d`un tel modèle qui permet de simuler sur un pas de temps qui est celui de l`opération culturale, l`évolution d`un indicateur de l`effet des systèmes de culture sur la structure du sol :
la proportion de volume de sol fortement compacté (d`état interne ∆) dans la couche labourée. Ce modèle, baptisé SISOL, repose sur des hypothèses d`évolution de la proportion de zones tassées dans les couches de sol travaillées sous l`effet combiné du retournement par la charrue, du tassement par les roues des engins et de la fragmentation par les outils de reprise du labour et le climat. Son évaluation sur un essai de longue durée a montré que si les courbes d`évolution de la teneur en ∆ étaient correctement prédites (sur une période de simulation de sept ans), le modèle pouvait être amélioré en prenant mieux en compte la disparition des zones ∆ sous l`effet du climat et de la faune du sol. Même si son extension à d`autres types de sol que les limons argileux du Bassin Parisien est souhaitable, ce modèle peut, en l`état, être utilisé pour comparer l`effet sur l`évolution de la structure du sol de différents choix techniques (dates d`interventions, types d`équipement, modalités de travail du sol, successions de cultures...).
Effet de l`activité biologique sur la structure de sols soumis à différentes pratiques culturales - Impact sur leurs propriétés de transfert | p 47-58
Auteurs :
V. Hallaire(1), M. Lamandé(1) et D. Heddadj(2)
Adresse :
(1) INRA-ENSA Science du Sol, 65 rue de Saint-Brieuc, F35042 Rennes Cedex, France
(2) Chambre d`Agriculture du Morbihan, Station Expérimentale de Kerguehennec, F56500 Bignan, France
Résumé :
Le rôle de l`activité biologique sur les propriétés structurales et hydriques des couches de surface des sols cultivés est analysé sur des sites expérimentaux du Massif armoricain soumis à différentes modalités (type de culture, itinéraire technique, mode de fertilisation). La structure est caractérisée par analyse d`image de la macroporosité sur échantillons de sols non remaniés, et des mesures d`infiltration sont réalisées en conditions proches de la saturation au moyen d`un infiltromètre multi-disques. Lorsque les conditions culturales favorisent l`activité de la macrofaune, on met en évidence un processus structural décompactant, conduisant à la formation d`agrégats fins séparés par une importante porosité d`assemblage, qui améliore l`infiltration en conditions quasi-saturées. Ce processus structural s`oppose à des processus compactants dus au tassement. Selon les pratiques culturales, les processus compactants et décompactants peuvent se succéder et se compenser. Leur combinaison met en évidence l`importance de la structuration liée à l`activité de la macrofaune, capable de régénérer des structures compactées. L`abondance et la diversité des communautés lombriciennes étant elles-mêmes influencées par les pratiques culturales, cette étude illustre les interactions entre facteurs anthropiques et biologiques.
Travail du sol, structure et fonctionnement hydrique du sol en régime d`évaporation | p 59-68
Auteurs :
G. Richard(1), J.F. Sillon(1), I. Cousin(2) et A. Bruand(3)
Adresse :
(1) INRA, Unité d`Agronomie Laon-Reims-Mons, Rue F. Christ, 02007 Laon Cedex
(2) INRA, Unité de Science du Sol, Avenue de la Pomme de Pin, BP 20619, 45166 Ardon
(3) ISTO, Université d`Orléans, rue de St Amand, BP 6759, 45067 Orléans Cedex 2
Résumé :
Une des fonctions assignées au travail du sol est la modification de la structure en vue de contrôler le fonctionnement hydrique du sol.
L`étude que nous avons conduite avait pour but d`analyser l`effet de la structure sur le dessèchement d`un sol cultivé au printemps. Trois traitements se différenciant par leur niveau de compacité (fort/faible) et/ou par la date de travail du sol (automne/printemps) ont été créés dans un sol de craie (Rendoll Typic) et dans un sol de limon (Luvisol Orthic). Un suivi de la teneur en eau et du potentiel de l`eau a été réalisé, respectivement, à partir de prélèvements gravimétriques et de mesures par des tensiomètres. Le flux d`évaporation a été calculé par la méthode du plan de flux nul. Les propriétés hydrodynamiques ont été estimées par la méthode évaporative de Wind. Dans le sol de craie, le traitement compacté avait un flux d`évaporation supérieur à celui des traitements travaillés d`environ 1 mm/jour. Les premiers centimètres du traitement compacté restaient humides tandis que ceux des traitements travaillés s`asséchaient rapidement. Au contraire, en profondeur, la teneur en eau du traitement compacté était inférieure à celle des traitements travaillés. Cet effet de la compacité du sol est à mettre en relation avec les variations de conductivité hydraulique du sol non saturé en fonction de la masse volumique du sol. La conductivité hydraulique était plus élevée dans le traitement compacté, probablement à cause d`une surface de contact entre fragments terreux plus grande, donc d`une meilleure continuité de la phase liquide du sol non saturé. L`augmentation de la conductivité hydraulique du traitement compacté a permis une meilleure ré-alimentation en eau de la surface du sol depuis les couches profondes, donc un flux d`évaporation plus élevé et un dessèchement de l`ensemble de la couche labourée. Cet effet n`a pas été observé dans le sol de limon pour lequel les variations de structure du sol n`ont pas eu de conséquences marquées sur le dessèchement du sol. La conductivité hydraulique était la même, à une teneur en eau donnée, quelle que soit la masse volumique. Ceci pourrait résulter de la formation de pores structuraux reliques par compactage. Il apparaît qu`un sol trop poreux en sortie d`hiver limite le dessèchement de la couche labourée au printemps. La présence des pores reliques dans un sol pourrait permettre de caractériser les conditions de compactage qu`il a subies.
Influence de la structure du sol à différentes échelles sur les transferts d`eau - Conséquences d`une réduction du travail du sol | p 69-80
Auteurs :
I. Cousin(1), H.-J. Vogel(2) et B. Nicoullaud(1)
Adresse :
(1) INRA, Unité de Science du Sol, Avenue de la Pomme de Pin, BP 20619, 45166 Ardon, France
(2) Institut für Umweltphysik, Universität Heidelberg, Im Neuenheimer Feld 229, D-69120 Heidelberg, Allemagne
Résumé :
L`étude présentée ici a pour objectif de discuter de l`effet d`une réduction du travail du sol sur la structure et les propriétés hydrodynamiques de la couche cultivée d`un sol argilo-limoneux dans une région de grande culture. Une étude à double échelle a été entreprise : une expérience d`infiltration d`un colorant (Brilliant Blue FCF), suivie d`une prospection tridimensionnelle sur la base de coupes sériées à l`échelle de 1 m3, a permis de mettre en évidence des chemins préférentiels qui permettent un transfert rapide de l`eau et des solutés vers la profondeur. Nous avons également montré que l`ancien horizon de labour présentait, après 5 ans, une différenciation verticale marquée par une structure grumeleuse très poreuse, très connectée, et très filtrante sur les 10 premiers cm et une structure polyédrique, moins poreuse et moins connectée que la partie sus-jacente mais plus filtrante qu`un horizon de surface de même nature traité en labour conventionnel, sur les 20 cm suivants. Les propriétés hydrodynamiques mesurées au laboratoire et une analyse par tomographie aux rayons X a permis de confirmer ces résultats et de proposer des hypothèses d`évolution de la structure de l`ancien horizon labouré.
Influence de la variabilité spatiale de la structure des sols cultivés sur les transferts de l`eau et de l`ion bromure | p 81-94
Auteurs :
Y. Coquet(1), C. Desbourdes-Coutadeur(1), P. Vachier(1), J. Simunek(2) et J. Roger-Estrade(3)
Adresse :
(1) INA P-G, UMR INAPG/INRA Environnement et Grandes Cultures, B.P. 01, 78850 THIVERVAL-GRIGNON, France
(2) George E. Brown, Jr. Salinity Laboratory, USDA-ARS, 450 West Big Springs Road, Riverside, CA 92507, USA
(3) INA P-G, UMR d`Agronomie INRA/INA P-G, B.P. 01, 78850 THIVERVAL-GRIGNON, France
Résumé :
L`équation de transport de l`eau de Darcy généralisée aux écoulements non saturés reste encore aujourd`hui à la base de la plupart des modèles décrivant le transport de l`eau et des solutés dans les sols agricoles. A l`échelle intra-parcellaire, il existe une hétérogénéité de la structure du sol qui est en relation avec les interventions culturales réalisées sur la parcelle. Nous avons mené une étude afin d`évaluer quel pouvait être l`impact de cette hétérogénéité sur les transferts d`eau et de soluté. Un traçage de l`eau à l`aide de l`anion bromure a été réalisé sous pluie simulée dans une parcelle cultivée incluant un labour d`automne et une reprise par hersage avant le semis au printemps. Les résultats du traçage montrent une forte hétérogénéité du front de migration du bromure qui peut être mise en relation avec la présence de mottes tassées provenant d`anciens passages de roues fragmentés et déplacés par le labour. Ces résultats montrent la forte dispersivité du sol cultivé, en relation avec sa structure issue du mode de travail du sol. Une modélisation déterministe bidimensionnelle du transport de l`eau et des solutés dans le sol étudié à l`aide du modèle HYDRUS-2D permet de rendre compte correctement des résultats observés.

2004 - Volume 11 - Numéro 4

Action combinée des pratiques culturales et des lombriciens sur le sol - Morphologie porale, conductivité hydraulique et communautés lombriciennes suivant trois systèmes de culture | p 393-402
Auteurs :
M. Lamandé(1), G. Pérès(3), V. Hallaire*(1), P. Curmi(1)(2) et D. Cluzeau(3)
Adresse :
(1) INRA, Unité Sol et Agronomie Rennes Quimper, 65, route de Saint-Brieuc, 35042 Rennes
(2) ENESAD, Département Agronomie et Environnement, Équipe Milieu Physique et Environnement,
26, bd Dr Petitjean, BP 87999, 21036 Dijon Cedex
(3) CNRS, UMR 6553 `Ecobio` - Laboratoire d`Ecologie du Sol et de Biologie des Populations, Station Biologique,
35380 Paimpont
* Auteur correspondant : hallaire@roazhon.inra.fr
Résumé :
L`activité des lombriciens et les pratiques culturales entraînent des modifications de la porosité à différents niveaux d`analyse, notamment celui de la mésoporosité (pores de diamètre équivalent compris entre 30 et 1 000 μm), où l`eau peut être faiblement retenue ou s`écouler lentement. L`évolution de la structure des sols en zone tempérée, est peu décrite à ce niveau d`analyse. L`objectif de cette étude est de comprendre, à travers la comparaison de trois systèmes de culture, les effets de communautés lombriciennes naturellement présentes et des pratiques culturales sur les relations entre la morphologie de la mésoporosité et le comportement hydrodynamique de l`horizon de surface d`un sol.
Le dispositif expérimental est composé d`une monoculture de maïs fertilisée au lisier, d`une rotation maïs/raygrass (1 an / 3 ans) en phase prairie également fertilisée au lisier et d`une prairie ancienne pâturée (association raygrass - trèfle blanc). L`horizon 0-10 cm du sol a fait l`objet d`une caractérisation morphologique de la mésoporosité par analyse d`images 2D de résolution spatiale 40 μm.pixel-1 et de mesures de la porosité totale. Les courbes de conductivité hydraulique en fonction du potentiel matriciel ont été calculées à partir de mesures d`infiltration à quatre potentiels (-0,05 ; -0,2 ; -0,6 ; et -1,5 kPa) réalisées à la surface du sol à l`aide d`infiltromètres à disque. L`utilisation d`eau teintée au bleu de méthylène a permis d`identifier la porosité fonctionnelle. Les communautés lombriciennes, extraites au terrain, ont été caractérisées par le nombre d`individus, les espèces présentes et la structure écologique fonctionnelle (catégorie écologique couplée au stade de développement).
Les pratiques culturales influencent significativement les communautés lombriciennes en termes d`abondance des individus et de diversité fonctionnelle. Dans le maïs, le petit nombre de pores tubulaires est lié à la faible abondance de vers, en particulier des anéciques, et de racines. Dans la prairie pâturée, le tassement par piétinement de bovins affecte les pores d`assemblage d`agrégats. La forte conductivité hydraulique dans la prairie de rotation est due à une diversité lombricienne plus grande que dans le maïs et à l`absence de piétinement par rapport à la prairie pâturée. L`analyse morphologique de la mésoporosité a permi d`expliquer les différences de fonctionnement hydrodynamique mesurées entre les trois parcelles. Des relations entre communautés lombriciennes et propriétés physiques ont été analysées grâce à une méthodologie originale qui prend en compte la diversité des espèces, ainsi que des paramètres morphologiques et physiques correspondant à un niveau d`analyse peu exploré.

2003 - Volume 10 - Numéro 2

Comportement et organisation de sols de Boulbène dans le Tarn - Quelques éléments sur le passage d`une structure prismatique à une structure vertique dans les horizons enrichis en argile | p 71-80
Auteurs :
J.C. Michel(1), D. Tessier(2) et J.C. Favrot(3)
Adresse :
(1) UMR A-462 SAGAH INRA/INH/Université d`Angers, Sciences AGronomiques Appliquées à l`Horticulture,
42, rue Georges Morel, 49071 Beaucouzé
(2) INRA, Science du Sol, route de Saint-Cyr, 78026 Versailles
(3) INRA-ENSA, Place Viala, 34060 Montpellier
Résumé :
Dans la région Sud-Ouest de la France, les sols développés sur les alluvions anciennes de la vallée du Tarn (appelés encore boulbène)
présentent, malgré une évolution pédologique comparable, des horizons B argilliques à structures très différentes (prismatique ou vertique)
en fonction de leur position topographique.
Les données classiques montrent que les teneurs en argile des horizons argilliques oscillent entre 36 et 55 % dans les faciès prismatique à vertique. Leur nature minéralogique est sensiblement comparable (illites-smectites), avec cependant un caractère smectitique plus marqué dans le faciès vertique. Les cations échangeables sont essentiellement Ca, Mg, Na et K, avec un rapport Ca/Mg respectivement voisin de 2 et 3 pour les faciès prismatique et vertique (tableau 1).
En fonction du type de structure, les courbes de dessiccation/humectation présentent des comportements macroscopiques extrêmes. Le gonflement atteint respectivement 3 et 25 % dans les faciès prismatique et vertique et semble avant tout à relier à l`aptitude de l`argile à devenir plus dense par dessiccation, et non à l`obtention d`une teneur en eau supérieure aux hauts états d`hydratation.
La présence d`une structure prismatique est associée à : (1) un faible gonflement et une légère déformation horizontale, (2) la présence d`oxydes de fer cimentant les cristallites d`argiles et (3) une orientation isotrope des particules argileuses. Cette organisation engendre une structure rigide avec une très faible variation de volume. En revanche, la structure vertique est caractérisée par (1) un matériau partiellement déferrifié, (2) un fort gonflement et, (3) une importante déformation quasi isotrope.
Cette évolution d`une structure prismatique à vertique peut être corrélée aux ondulations du micro-relief. Des conditions d`hydromorphie temporaire apparaissent principalement dans de légères dépressions, entraînant la dissolution des oxydes de fer. Il en résulte une aptitude du matériau argileux à se compacter en conditions sèches mais aussi de retenir plus d`eau et de gonfler plus largement en conditions humides. Le gonflement du sol devient alors suffisant pour provoquer sa rupture par cisaillement et la formation de plans de glissement caractéristiques de ce type de faciès et, in fine, entraîner une micro-division des particules argileuses. Ainsi, le passage d`une structure prismatique à une structure vertique et leurs propriétés hydrauliques respectives sont donc principalement à relier à l`évolution de la taille, de l`arrangement et du degré de cimentation des particules argileuses plutôt qu`à un changement d`ordre minéralogique.

2002 - Volume 9 - Numéro 4

Evolution structurale de la surface d`un sol tunisien sous différents modes d`irrigation | p 239-250
Auteurs :
M. Hachicha(1) et V. Hallaire(2)
Adresse :
(1) INRGREF, 17 rue Hédi Karray BP n° 10, 2080 Ariana, Tunisie
(2) INRA, 65 rue de Saint-Brieuc, F35042 Rennes Cedex, France
Résumé :
La pérennité des périmètres irrigués en Tunisie est tributaire de la disponibilité et de la qualité des ressources en eau et en sol. Celles-ci, souvent rares et affectées par le sel, sont essentiellement exploitées à des fins de production agricole. Leur gestion constitue un défi important pour le développement de l`agriculture et la préservation de l`environnement. Les conséquences de l`irrigation sur la structure du sol sont étudiées sur un sol limono-argileux tunisien, dans un contexte salin. Trois modalités d`irrigation (submersion, aspersion et goutte à goutte) ont été comparées à la situation initiale et à un témoin non irrigué. La structure a été quantifiée par analyse d`image afin de décrire la morphologie des vides (taille et forme des pores) et de la phase solide (taille des agrégats). Les résultats montrent un accroissement de macroporosité sous irrigation, mais la taille et la forme des pores affectés par ces changements, ainsi que la taille des agrégats, varient d`un mode d`irrigation à l`autre. Les modifications les plus importantes sont obtenues avec l`irrigation au goutte à goutte, qui provoque une augmentation de la porosité d`assemblage et un émiettement des agrégats dans les 5 premiers centimètres. L`irrigation par aspersion crée une croûte sur le premier centimètre qui permet le développement d`une activité biologique importante entre 2 et 10 cm. Sous irrigation par submersion les modifications sont du même type mais moins prononcées. Le développement de cette macroporosité apparaît comme un élément favorable pour éviter la salinisation et la dégradation physique du sol.

2001 - Volume 8 - Numéro 1

Intérêt d`une compartimentation morphologique du profil cultural pour l`étude de l`infiltration de l`eau dans les couches de sol travaillées Premiers résultats | p 19-31
Auteurs :
Y. Coquet*(1), J. Roger-Estrade(2), A. Boucher(3), C. Labat(1) et P. Vachier(1)
Adresse :
(1) Unité Mixte de Recherche ` Environnement et Grandes Cultures `, INRA-INAPG, B.P. 01, F-78850 Thiverval-Grignon
(2) Unité Mixte de Recherche ` Agronomie `, INRA-INAPG, B.P. 01, F-78850 Thiverval-Grignon
(3) Laboratoire d`hydrologie et de géochimie isotopique, Université de Paris-Sud, F-91405 Orsay Cedex
* Auteur correspondant : coquet@grignon.inra.fr
Résumé :
Si l`on cherche à comprendre l`impact environnemental des pratiques agricoles, l`étude des propriétés hydrodynamiques de la couche de sol travaillée des parcelles cultivées revêt un intérêt particulier. En effet, ce sont ces propriétés qui vont, d`une part, déterminer le partage entre infiltration et ruissellement de l`eau à la surface du sol, et d`autre part, contrôler l`infiltration et la redistribution de l`eau dans la couche travaillée et donc l`importance des échanges physico-chimiques et biologiques qui pourront s`y réaliser. Les couches de sol travaillées ont une structure hétérogène dans l`espace. Cette hétérogénéité peut être décrite comme la coexistence, au sein de ces couches, de volumes de sol aux caractéristiques porales et structurales différentes : lit de semence, parties du profil cultural situées sous les passages de roues des engins agricoles, ou, au contraire, hors passages de roues. Cet article présente une caractérisation de la conductivité hydraulique de ces différents volumes de sol à l`aide de l`infiltromètre à disques, dans une parcelle agricole du centre expérimental de Grignon (Yvelines) dont le sol est un néoluvisol argilo-limoneux.
L`analyse des cinétiques d`infiltration de l`eau à différents potentiels hydriques montre que l`hétérogénéité de la conductivité hydraulique K(h) au sein de la couche de sol travaillée n`est mise en évidence que pour des potentiels supérieurs à - 8 cm (- 0,8 kPa). Dans le cas d`étude que nous présentons, les opérations culturales, en particulier la préparation du lit de semence (fragmentation du sol sur 8/10 cm de profondeur, compaction par les roues du tracteur tirant la herse rotative), n`ont affecté que la fraction de la porosité de rayon équivalent supérieur ou égal à 0,25 mm, donc visible à l`oeil nu. Ce résultat justifie a posteriori la pertinence d`une description morphologique de la structure de la couche de sol travaillée, telle que celle proposée par Manichon (1987). D`autre part, nos observations suggèrent que le climat peut entraîner des modifications importantes de la conductivité hydraulique, notamment par le développement de fissures liées à la dessiccation dans les volumes de sol compactés. Enfin, ces observations montrent également que la conductivité hydraulique au sein du compartiment de la couche travaillée, situé sous le lit de semence et hors des passage des roues de reprise, est variable, en relation avec l`hétérogénéité de la structure observée dans ce compartiment. L`incidence de telles hétérogénéités de conductivité hydraulique sur les transferts au sein des couches travaillées mériterait d`être étudiée dans le cadre d`une modélisation des transferts d`eau dans les sols cultivés.

1998 - Volume 5 - Numéro 2

Caractérisation structurale de sols des Cerrados Brésiliens (Savanes) sous différents modes d`utilisation agricole | p 93-105
Auteurs :
P.L. de Freitas(1), Ph. Blancaneaux(2), R. Moreau(3)
Adresse :
(1) EMBRAPA / C N P S - Rua Jardim Botânico, 1024 ; 22460-000, Rio de Janeiro, Brésil.
(2) ORSTOM / EMBRAPA - C N P S - Rua Jardim Botânico, 1024 ; 22460-000, Rio de Janeiro, Brésil.
(3) ORSTOM - 911, av. Agropolis- B.P. 5045 ; 34032, Montpellier, France.
Résumé :
L`évaluation de systèmes de gestion pour la Région des Cerrados Brésiliens doit s`appuyer sur la mise en oeuvre d`approches méthodologiques comme l`analyse morpho-structurale permettant, en particulier, la caractérisation de l`état structural du sol, avec l`identification des différents horizons pédologiques et la caractérisation des unités pédologiques homogènes (UPH), qui résultent de l`activité anthropique et sont directement liées à l`action des outils agricoles. On y considère, sur un même type de sol ferrallitique, quatre situations comprenant une parcelle sous végétation naturelle anthropisée (CER), une parcelle sous pâturage cultivé de longue durée (PAL) et deux parcelles expérimentales sous irrigation (succession maïs/haricot), correspondant l`une à un système de gestion conventionnelle (CCL) et l`autre à un système de gestion par semis direct (PD).
La prise en compte de la différentiation morpho-structurale permet de comprendre et pronostiquer le comportement du sol évoluant sous différents modes d`utilisation agricole et conditions pédoclimatiques. S`agissant de l`espace poral, on constate une augmentation de la densité apparente dans les horizons les plus affectés par le travail du sol pour lesquels, toutefois, grâce aux caractéristiques de micro-agrégation des sols ferrallitiques, la porosité totale se maintient au-dessus de 49 %. C`est surtout la macroporosité grossière qui montre les variations les plus importantes en fonction du système cultural. Ces résultats sont confirmés et précisés par la porosimétrie à mercure.
On observe une correspondance nette entre les courbes de retrait et les caractères morphologiques décrits dans les divers horizons et UPH du sol existant sous différents systèmes. On constate, en effet, une cohésion d`assemblage et une cohésion interne des éléments structuraux très élevées en CCL, élevées en PAL ; par contre, si la cohésion interne reste appréciable en PD, la cohésion d`assemblage y est faible. Enfin, en comparant les situations CER et PAL avec les systèmes sous culture annuelle CCL et PD, on constate une stabilité plus faible des macro-agrégats (> 2 mm) dans le dernier cas. La diminution observée entre les deux cas de situation apparaît bien en rapport avec les caractéristiques morphologiques, physiques, chimiques et biologiques des différents systèmes considérés.
Évolution structurale d`un horizon de surface argileux sous irrigation (Kalaât Landelous, Tunisie) - Caractérisation de la macroporosité par analyse d`images | p 107-116
Auteurs :
V. Hallaire(1), M. Hachicha(2) et C. Cheverry(1)
Adresse :
(1) INRA-ENSA, Unité de Science du Sol et de Bioclimatologie, 65 rue de Saint-Brieuc, 35042 RENNES Cedex, France
(2) INRGREF, BP 10, 2080 ARIANA TUNIS, Tunisie
Résumé :
L`extension de l`irrigation en Tunisie est limitée par la quantité et la qualité des eaux, la présence d`une nappe phréatique peu profonde et salée, et la nature des sols : ces facteurs augmentent les risques de dégradation des sols dans les périmètres irrigués. L`objectif de ce travail est d`estimer les modifications structurales subies par un horizon de surface soumis à une irrigation par aspersion par des eaux salées. L`étude a été réalisée sur un sol argilo-limoneux du périmètre de Kalaât Landelous, au nord du pays. Elle a permis de caractériser la macroporosité sur les quinze premiers centimètres, par analyse d`images sur des échantillons de sols non remaniés, observés à trois échelles de résolution spatiale. La porosité a été quantifiée au moyen d`une approche morphologique, prenant en compte la taille et la forme des pores, ainsi que par leur spectre de porosité. En comparant un horizon travaillé soumis à l`irrigation et un horizon non travaillé sans irrigation, on montre que la macroporosité est plus importante après irrigation ; une analyse typologique montre que cette augmentation est due à la création d`une porosité très grossière, constituée de pores d`assemblage entre les agrégats, ceux-ci pouvant laisser entre eux des espaces de plus de 5 mm. En confrontant ces résultats aux descriptions pédologiques de terrain, on montre que l`irrigation a permis de passer d`une structure polyédrique subanguleuse, présentant une porosité essentiellement fissurale et tubulaire, à une structure grenue, présentant une importante porosité interstitielle entre les agrégats.

1996 - Volume 3 - Numéro 1

Étude de VERTISOLS à gilgaï du Nord-Caucase : Mécanismes de différenciation et aspects pédogéochimiques | p 41-52
Auteurs :
Irina Kovda(1), E. Morgun(2) et D. Tessier(3)
Adresse :
(1) Institut de Géographie, 29 Staromonetny, 109017 Moscou, Russie
(2) Institut de Pédologie et de Photosynthèse, 142292 Pushchino, Région de Moscou, Russie
(3) INRA, Science du Sol, route de St Cyr, 78026 Versailles, France
Résumé :
Dans le sud de la Russie, près de Stavropol, des Vertisols à gilgaï ont été étudiés. A l`échelle d`environ trois mètres, une séquence de sol a été mise en évidence. Elle fait apparaître l`importance primordiale du gilgaï dans le régime hydrique des sols. Une accumulation d`eau se produit dans la zone dépressionnaire ce qui contribue au maintien d`une forte humidité. En revanche, une nette dessiccation apparaît dans la zone sommitale. Dans la zone intermédiaire, à mi pente, le sol possède une structure vertique fortement développée avec des faces de glissement très bien individualisées. La séquence de sols semble fonctionner actuellement comme un système clos sans que des transferts géochimiques se produisent verticalement entre les sols et la roche mère et latéralement à une échelle supérieure à celle de la séquence. A l`intérieur de la séquence en revanche, on observe des transferts géochimiques importants depuis la dépression jusqu`à la microbutte. Les carbonates sont concentrés dans la zone sommitale et concourent à un affaiblissement des propriétés vertiques. Sur la pente, la présence de Na conjuguée à des variations hydriques importantes assure le maintien de la structure typique des Vertisols. Dans la partie basse, l`appauvrissement en cations alcalins et alcalino-terreux et la permanence d`un milieu humide ne permettent pas à la structure vertique de bien s`exprimer. En outre, une ségrégation des oxydes de fer est observée en relation avec l`hydromorphie du sol.
Au total la micro-séquence de sol étudiée présente des tendances d`évolution qui conduisent apparemment à de grands types de sols cités en référence par les pédologues russes (chernoziom vertique, Vertisol et sol hydromorphe à caractère vertique). Par rapport aux toposéquences habituellement décrites dans la littérature, il faut noter l`importance des transferts géochimiques profonds d`aval en amont, ce qui est à l`opposé des transferts latéraux superficiels.
États de surface, structure hydrographique et érosion en rigole de bassins versants cultivés du Nord de la France | p 53-70
Auteurs :
B. Ludwig(1), A.V. Auzet(2), J. Boiffin(1), F. Papy(3), D. King(4) et J. Chadoeuf(5)
Adresse :
(1) INRA - Unité d`Agronomie de Laon Péronne, rue Fernand Christ, F 02007 LAON cedex
(2) CEREG - URA 95 CNRS, 3 rue de l`Argonne, F 67083 STRASBOURG cedex
(3) INRA - SAD, F-78850 THIVERNAL-GRIGNON
(4) INRA - Unité de Science du Sol, S.E.S.C.P.F., Avenue de la Pomme de Pin, F 45160 ARDON
(5) INRA - Unité de Biométrie d`Avignon, Domaine St Paul, Site Agroparc, F 84914 AVIGNON Cedex 9
Résumé :
La variabilité de l`érosion en rigole issue d`un ruissellement concentré a été analysée en fonction des caractéristiques topographiques, pédologiques et agraires de 33 bassins versants élémentaires cultivés (BVE). D`une superficie comprise entre 3 et 95 ha, ces BVE ont été sélectionnés dans le Nord de la France et étudiés au cours de quatre périodes hivernales (de 1988/89 à 1991/92). La variation des taux d`érosion, c`est-à-dire du volume des rigoles rapporté à la surface du BVE, est forte (0 à 11.7 m3/ha) et est corrélée à l`aire des zones présentant un état structural superficiel propice au ruissellement. Ces zones sont identifiées d`après le stade d`évolution des croûtes de battance, l`importance des traces de roue et la rugosité. Les coefficients de ruissellement mesurés à l`exutoire de trois bassins versants sont également corrélés à la proportion du BVE occupée par ces zones.
Pour une meilleure compréhension de l`érosion en rigole, une analyse de la structure hydrographique des BVE a été réalisée. Cette structure hydrographique se compose d`un réseau de collecteurs du ruissellement qui est constitué par des motifs linéaires topographiques ou agraires. Ce réseau est découpé en segments, caractérisés par leur longueur, leur pente, la sensibilité du sol à l`incision et l`aire contributive au ruissellement connectée au segment. La fréquence de présence d`une incision le long d`un segment est fortement corrélée à la pente et à l`aire contributive au ruissellement. Pour les segments présentant une incision, la section incisée de la rigole est corrélée à l`aire contributive au ruissellement, à la pente et à la sensibilité du sol à l`incision. Le taux d`érosion en rigole estimé au niveau du BVE, en tenant compte de cette structure hydrographique, est étroitement corrélé avec les taux d`érosion mesurés. On montre ainsi que la position spatiale relative des aires contributives au ruissellement et du réseau des collecteurs est déterminante vis à vis des risques d`érosion en rigole. La modélisation de ce type d`érosion devrait intégrer un sous-modèle décrivant cette structure hydrographique, ainsi que son évolution au cours du temps sous l`effet du climat et des pratiques agricoles.

1996 - Volume 3 - Numéro 2

Structures et programme de la normalisation `Qualité des sols` - Travaux AFNOR et ISO - Liaison avec l`AFES | p 125-134
Auteurs :
C. Mathieu
Adresse :
École Supérieure d`Agriculture de Purpan, 75, voie du TOEC, 31076 Toulouse cedex, France
Résumé :
Avant d`aborder le problème spécifique de la normalisation en matière de Sols, il est rappelé ce qu`est une norme et quels sont l`objet et le fonctionnement de la normalisation en France (AFNOR), en Europe (CEN) et au niveau international (ISO).
Concernant l`environnement en général et les sols en particulier, l`action de l`AFNOR est présentée au niveau de la commission générale `Qualité des Sols` pour réaliser la normalisation de méthodes de références pour l`analyse et la description des sols, ceci en collaboration très étroite avec l`ISO (International Standard Organisation), ce qui induit une synergie étroite entre normes françaises et normes internationales homologuées.
En dernière partie, on présente l`orientation des nouveaux travaux ISO sur `l`évaluation des sols et des sites`. Vu les enjeux à terme d`une normalisation dans ce domaine touchant l`environnement jusqu`aux problèmes liés à la santé humaine, il est impératif pour la France d`être très présente dans les diverses commissions de l`ISO pour collaborer à l`élaboration des normes mais également pour faire entendre sa voix à travers sa compétence technique et scientifique, particulièrement en agropédologie. L`AFES souhaite une forte mobilisation de sa communauté et propose la création d`un groupe de travail AFNOR sur le thème `Aptitude des sols pour une agriculture durable`.

1995 - Volume 2 - Numéro 1

Facteurs biotiques et mécanismes de lessivage particulaire dans les sols. L`exemple des toposéquences caractéristiques des Andes de Colombie | p 25-42
Auteurs :
P. Faivre(1) et C. Chamarro(2)
Adresse :
(1) Université de Savoie - CISM - 73376 - Le Bourget du lac - France
(2) Universidad nacional - Bogota - Colombie
Résumé :
L`étude des clima-topo-séquences pédologiques développées sur cendres volcaniques et caractéristiques des milieux intrandins montre que le lessivage du complexe argilo-humique s`accroît progressivement d`amont vers l`aval, c`est à dire des régions humides vers les régions sèches, entraînant une différenciation progressive des profils.
La comparaison analytique et expérimentale du terme occupant la partie médiane des séquences (Brunizem) moyennement lessivé avec celui situé le plus à l`aval qui l`est au contraire trés fortement (Planosol) permet de conclure que les variations morphologiques observées ne sont pas liées à un changement de nature et de comportement du complexe argilo-humique susceptible d`être lessivé : même type d`argile, l`halloysite, associé à une fraction organique fortement humifiée formant un ensemble hautement dispersable donc lessivable.
Ces différences s`expliquent davantage par le facteur biotique lié étroitement aux variations d`humidité et à ses effets sur l`organisation structurale des sols :
- Présence d`une macrofaune beaucoup plus importante et active dans le Brunizem que dans le planosol dont l`effet est double : a) homogénéisation du profil qui annule au moins partiellement l`effet des migrations particulaires, b) régénération perpétuelle d`une structure grumeleuse qui maintient les particules susceptibles d`être lessivées au sein d`agrégats les soustrayant ainsi à l`action du lessivage.
- Matière organique plus riche en biomolécules dans l`horizon superficiel du Brunizem conjugant son action à celle de la mésofaune pour exercer une action favorable sur la structuration du sol.
Ces effets disparaissent dans la région sèche occupée par les Planosols. Les particules peuvent alors exprimer pleinement leur capacité à la dispersion et à la migration.

the best online casinos