Login

Association Française pour l'Étude du Sol

Ardon, Orléans Cedex 2, France

1x2 gaming slots for free https://onlineslots.money/games/1x2-gaming/

Revue “Étude et Gestion des Sols”

Étude et Gestion des Sols (EGS) publie des articles en français. Sa vocation première est d'être un lieu d'échange et de transfert en ce qui concerne la science du sol appliquée. Les articles sont soumis à une procédure de relecture critique par des pairs. EGS publie des résultats originaux, des synthèses et des revues bibliographiques, ainsi que des notes techniques et historiques. EGS publie également des numéros ou des dossiers thématiques.
EGS peut aussi publier des articles brefs d'opinion scientifique, contribuant à l'avancée des réflexions sur notre champ d'étude et de recherche.

EGS est désormais (depuis le 1er janvier 2013) entièrement électronique, avec accès libre et gratuit (accès en bas de cette page).
Les nouveaux articles sont publiés dès qu'acceptés et mis en forme, sous la forme de fichiers .pdf. Leur publication est annoncée au fur et à mesure sur notre "liste de diffusion".
Les autres articles antérieurs à 2013 sont également tous téléchargeables.


Télécharger les instructions aux auteurs


NB: Lorsque vous faites une recherche dans les archives d'EGS (ci-dessous), les résultats sont affichés par volumes (il faut donc cliquer sur chaque volume pour y accéder).

Introduction à la revue EGS et comité éditorial

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Dominique Arrouays
RÉDACTEUR EN CHEF : Dominique Arrouays
RÉDACTEURS EN CHEF ADJOINTS : Denis Baize, Dominique Schwartz
SECRÉTARIAT DE RÉDACTION : Florence Héliès, Cédric Laveuf, Jean-Pierre Rossignol

Adresse :
AFES, INRA, Centre de recherches d'Orléans
2163, avenue de la Pomme de Pin, CS 40001, Ardon
F-45075 Orléans Cedex 02, France

Contact Donimique Arrouays

COMITÉ ÉDITORIAL :
D. Angers Agric. Agroalim. Canada, Sainte Foy, Canada
M. Badraoui I.A.V. Hassan II, Rabat, Maroc
W. Blum Univ. Vienne, Autriche
L. Bock Faculté Agronomique de Gembloux, Belgique
A. Bruand ISTO, Université d'Orléans
C. Cheverry ENSA, Rennes
J.L. Chotte IRD, Montpellier
S. Deckers Université de Leuven, Belgique
A. Delaunois Chambre d'Agriculture du Tarn, Albi
B. Delvaux Université de Louvain la Neuve, Belgique
C. Feller IRD, Montpellier
P. Faivre Université de Savoie, Chambéry
N. Filippi EC JRC Ispra, Italie
E. Frossard Institut Fédéral de Technologie, Zurich, Suisse
J.C. Germon INRA, Dijon
M.C. Girard Académie d'Agriculture, Paris
J.M. Gobat Université de Neuchâtel, Suisse
A. Halitim Université de Batna, Algérie
B. Jabiol ENGREF, Nancy
J.L. Julien Laboratoire Départemental de l'Aisne
J.P. Legros AFES, Montpellier
F.‑Macias Vasquez Univ. St-Jacques de Compostelle, Espagne
C. Mathieu Acad. des Sciences d'Outre-Mer, Paris
J.P. Montoroi I.R.D., Bondy
R. Moreau I.R.D., Montpellier
J.L. Morel ENSAIA, Nancy
S. Recous INRA, Laon
G. Richard INRA, Orléans
C. Schvartz ISA, Lille
T. Sterckeman INRA - ENSAIA, Nancy
E. Van Ranst Université de Gand, Belgique
C. Walter Agrocampus Ouest, Rennes

...

EGS Instructions aux auteurs

1/ EGS est une revue de l'Association Française pour l'Étude du Sol.

2/ La publication est gratuite. Les articles ne devront, en règle générale, pas excéder 15 pages imprimées (résumés, figures, tableaux, bibliographie
compris). Une page pleine de la revue équivaut à environ 4 000 signes, espaces non compris. Pour certains articles, quelques pages supplémentaires
pourront être acceptées.

3/ Le manuscrit doit être saisi sous traitement de texte, sur format 21 x 29,7 cm. Le texte sera fourni sur support électronique (fichier attaché à un courrier électronique ou CD-Rom), de préférence format Word (DOC ou docx) en double interligne. Les lignes doivent être numérotées de 1 à n du début à la fin du document. Les figures en haute résolution (formats pict, eps, tif, png ou jpg en haute définition ou fichier Excel) et les tableaux originaux (de préférence accompagnés du fichier Excel) doivent être joints.

4/ Les textes sont publiés en français. Un 'résumé étendu' en anglais ('extended summary ') précède le texte avec quelques ' Key words '. Il renvoie aux principaux tableaux et figures. Un résumé en français (30 lignes maximum), et quelques mots clés, qui servent à l'indexation, accompagnent aussi le texte. Les résumés présentent clairement le problème étudié, les méthodes utilisées et les conclusions auxquelles on est arrivé. Key words et mots clés doivent être utilisables dans une interrogation de bases de données. Une traduction en espagnol du résumé français est souhaitée. Elle peut être prise en charge par le secrétariat de rédaction. Le secrétariat de rédaction peut également proposer des améliorations en ce qui concerne la rédaction en français.

5/ La page de garde comportera :
a* le titre de la communication ;
b* les noms et prénoms du ou des auteurs ;
c* l'institution à laquelle il(s) appartien(nen)t et les adresses complètes ;
d* l'adresse électronique de l'auteur à qui adresser les correspondances.

L'auteur donnera un titre courant de moins de quarante caractères, ainsi que le titre en anglais.

6/ Les figures et les tableaux seront réduits par les responsables de la revue à la dimension qu'ils estimeront souhaitable. Les titres des tableaux et figures partie entière des nombres sera séparée de la partie décimale par une virgule. Les photographies doivent être contrastées, une échelle donnée sur chaque document. Les illustrations en couleurs seront acceptées uniquement si elles sont indispensables.

7/ Les références bibliographiques citées dans l'article sont reprises en fin de texte, par ordre alphabétique. Les noms des auteurs cités dans le texte seront écrits en caractères minuscules : (Dupont, 2009 ; Dubois et Duchemin, 2009 ;Duchamp et al., 2009) .
La bibliographie sera présentée par ordre alphabétique sur le modèle suivant :

Joseph K.T., 1977 - Clamatrops - Proceedings of the conference on classification and management of tropical soils, Kuala Lumpur, Malaysia, 15to 20 August 1977.
Liang L., Hoffmann A. et Gu B., 2000 - Ligand-induced dissolution and releaseof ferrihydrite colloids. Geochim. Cosmochim. Acta, 64, 12, pp. 2027-2037.


8/ Les manuscrits doivent être envoyés par courriel à Dominique.Arrouays@orleans.inra.fr ou par courrier postal à Dominique Arrouays, AFES - INRA Orléans, Avenue de la Pomme de Pin, CS 40001, Ardon 45075 Orléans cedex 02, France. Les auteurs préciseront leur adresse électronique et leur numéro de téléphone.

9/ Les auteurs peuvent proposer une liste restreinte d'experts susceptibles de relire le manuscrit. Ils peuvent également, en cas de concurrence ou de conflit d'intérêt, signaler des experts qu'ils ne souhaitent pas. Chaque manuscrit est envoyé à deux lecteurs qui remplissent une fiche de lecture. Cette expertise est en principe anonyme, sauf lorsqu'un expert accepte de communiquer son nom aux auteurs. Les deux fiches de lecture et commentaires éventuels sont renvoyés à l'auteur avec une décision de la rédaction : article rejeté, à reécrire entièrement, à modifier en profondeur, à modifier légèrement, accepté.

10/ Lorsque l'article n'a pas été rejeté et que l'auteur a retourné son manuscrit corrigé en tenant compte des avis des lecteurs, le nouveau manuscrit est relu par ses lecteurs initiaux, ainsi que par les responsables de la rédaction qui peuvent proposer d'éventuelles modifications et une mise en forme améliorée des figures et tableaux.

11/ Lorsque l'auteur a donné son accord sur les modifications et effectué tous les travaux correspondants, le texte est accepté pour publication.

12/ Une épreuve du texte est ultérieurement envoyée à l'auteur qui a présenté le manuscrit. L'épreuve corrigée doit être retournée dans la semaine suivante, avec l'accord pour payer les pages supplémentaires si c'est le cas. Dès que sa mise en forme définitive est réalisée, l’article est immédiatement publié sous forme d’un fichier .pdf téléchargeable librement et gratuitement sur le site de l’AFES.

13/ Le Comité de rédaction de EGS se réserve le droit d'adapter ou de modifier la disposition du texte original et de prendre toutes les décisions non explicitement mentionnées dans ce règlement.

14/ Les articles proposés à EGS doivent être originaux ; tout manuscrit déjà publié en partie doit être explicitement signalé comme tel au début du processus de sélection. L'utilisation ultérieure des documents publiés dans EGS par d'autres que les auteurs est soumise à une autorisation écrite des auteurs et de la revue. Une référence claire devra toujours en mentionner la source.

15/ Les textes publiés dans EGS n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

16/ Toute correspondance doit être adressée au rédacteur en chef :
D.Arrouays, AFES,
INRA d'Orléans
2163 avenue de la Pomme de Pin
CS 40001, Ardon, 45075 Orléans Cedex 02 France
Contact Donimique Arrouays
sup
Recherche : 9 articles sur 9 numéros
Articles de la revue choisie

2010 - Volume 17 - Numéro 2

Bilan de l’azote minéral au cours du cycle du riz pluvial sous systèmes de culture en semis direct sous couverture végétale en sol ferrallitique argileux à Madagascar | p
Auteurs :
J. Rakotoarisoa, R. Oliver, J. Dusserre, B. Muller, J.-M. Douzet, R. Michellon, N. Moussa, L. A. Razafinjara, C. Rajeriarison et E. Scopel

2009 - Volume 16 - Numéro 1

Effet des systèmes de semis direct sous couverture végétale (SCV) sur le stockage de carbone et la macrofaune d`un Sol ferrallitique (Cerrados, Brésil) | p 35-46
Auteurs :
E. Blanchart, M. Bernoux, M. Siqueira Neto, C.C. Cerri, M. Piccolo, J.M. Douzet, E. Scopel et C. Feller

2008 - Volume 15 - Numéro 2

Potentiel et effets des résidus de culture de canne à sucre pour la conservation des sols ferrallitiques d`une exploitation agricole de la région de Mbandjock (sud Cameroun) | p 113-130
Auteurs :
E. Tolale(1), R. Yongue-Fouateu(1), Z. Boli Baboule(2) et P. Bilong(3)
Adresse :
1) DST Faculté des Sciences, Université de Yaoundé1, B.P. 812 Yaoundé, Cameroun
2) IRAD, B.P.2123 Yaoundé, Cameroun
3) Faculté des Sciences, Université de Douala, Cameroun
Résumé :
Des problèmes de dégradation des sols se sont posés avec acuité ces dernières années à la Société Sucrière du Cameroun (SOSUCAM) à Mbandjock (Sud Cameroun) où près de 20 000 ha de terres sont exploités en culture pluviale de canne à sucre. Du diagnostic du risque érosif mené dans l`exploitation, il ressort que l`itinéraire technique cultural et les pistes sont des facteurs qui aggravent les effets nocifs des eaux de pluies sur les sols et sur les cultures. L`approche de gestion de ce risque intègre l`utilisation des résidus de plantation de canne dans la maîtrise du ruissellement et de l`érosion sur les versants par le paillage des pistes de limite des parcelles (pistes de carreaux) orientées dans le sens des écoulements des eaux.
Les résidus de culture générés au niveau des différentes séquences de la culture (récolte des semences, plantation, récolte de production après brûlage) sont d`une part caractérisés et quantifiés en procédant par l`échantillonnage, le triage, le séchage et la pesée à poids constant ; d`autre part, on apprécie la distribution spatiale des résidus et la dynamique superficielle du sol par le suivi des états de surface du sol sur les pistes et les cultures.
Les résultats montrent que les résidus de culture de canne à sucre sont constitués de paille, de bouts blancs, de morceaux et de tiges entières de canne. La fréquence de distribution des différents types de résidus varie en fonction de la séquence de culture et du temps. Les parcelles semencières laissent à la récolte en moyenne 15 t ha-1 de matière sèche ; les parcelles récoltées après brûlage en laissent environ 8 t ha-1, les parcelles de plantation 6 t ha-1. Sur les pistes récemment paillées, on en a observé 3,5 t ha-1 contre 1 t ha-1 sur celle paillée depuis un an. Dans les chantiers de plantation, la masse de résidus aux lieux de livraison des semences par unité d`exploitation (carreau) semble suffisante pour pailler les pistes à une charge de plus de 10 t ha-1. L`efficacité de ce paillage dépend de la richesse des résidus en bouts blancs et en tiges de canne entières ou en morceaux, et de la régularité du profil transversal de la piste.
Les résidus de récolte de canne entretiennent l`ouverture du sol, améliorant de ce fait sa perméabilité et freinant l`érosion. La protection du sol semble plus efficace dans le système de production sans brûlage, et pourrait être meilleure si les travaux de préparation du sol étaient réduits.

2007 - Volume 14 - Numéro 1

Altération du granite en zones tropicales. Exemple de deux séquences étudiées au Cameroun (Afrique Centrale). | p 31-42
Auteurs :
J.-P. Nguetnkam(1), R. Kamga(3), F. Villiéras(2), G.-E. Ekodeck(4) et J. Yvon(2)
Adresse :
(1) Département des Sciences de la Terre, Faculté des Sciences, Université de Ngaoundéré, BP 454, Ngaoundéré, Cameroun
(2) Laboratoire Environnement et Minéralurgie, ENSG-INPL, 15, avenue du Charmois BP40, 545001 Vandoeuvre-lès-Nancy, France
(3) Département de chimie Appliquée, Ecole Nationale Supérieure des Sciences agro-industrielles, Université de Ngaoundéré, BP 455, Ngaoundéré, Cameroun
(4) Département des Sciences de la Terre, Faculté des Sciences, Université de Yaoundé I, BP 812, Yaoundé, Cameroun
Résumé :
Deux séquences d`altérations du granite, développées dans deux zones bioclimatiques du Cameroun, ont été étudiées au moyen de l`analyse macroscopique et microscopique, de la diffraction des Rayons X (DRX), des analyses chimiques, ainsi que des observations au MEB et au MET. Au sud Cameroun, en zone forestière tropicale humide, à collines en demi-orange, à pentes moyennes à fortes et à drainage efficace, l`altération du granite conduit à la néoformation de la kaolinite et à la formation d`un sol ferrallitique, constitué de quatre horizons à pH acide et à rapport SiO2/Al2O3 < 3. A l`extrême Nord, en zone tropicale sèche, à végétation de savane, à pentes faibles et à drainage limité, l`altération du granite conduit à la néoformation de la beidellite et à la formation d`un vertisol chromique, constitué de trois horizons à pH basique et à rapport SiO2/Al2O3 > 3. Ces résultats soulignent et confirment une fois de plus l`influence du climat et des facteurs de station dans la néoformation des minéraux argileux et dans la différenciation des sols en régions intertropicales.

2005 - Volume 12 - Numéro 4

Etude de sols ferrallitiques à caractères andiques sur trachytes en zone de montagne humide tropicale (Mont Bambouto - Ouest Cameroun) | p 313-326
Auteurs :
O. Leumbe Leumbe(1), D. Bitom(2), P. Tematio(3), E. Temgoua(4) et Y. Lucas(5)
Adresse :
(1) Institut National de Cartographie (INC). BP. 157 Yaoundé, Cameroun.
(2) Université de Yaoundé I, Département des Sciences de la Terre. BP. 812 Yaoundé, Cameroun.
(3) Université de Dschang, Département des Sciences de la Terre. BP. 67 Dschang, Cameroun.
(4) Université de Dschang, Faculté d`Agronomie et des Sciences Agricoles. BP. 222 Dschang, Cameroun.
(5) Université de Toulon et du Var. BP. 20132 - 83957 La Garde Cedex, France.
Résumé :
Des Sols Serrallitiques à caractères andiques développés sur trachytes alcalins dans le massif des Bambouto (Ouest-Cameroun) ont été étudiés sur le plan morphologique, minéralogique et géochimique. Ces sols, localisés dans la partie médiane du massif, couvrent 20 à 25 % de la superficie totale de celui-ci. Ce sont des sols rouges, épais (12 m) et comportant deux principaux ensembles d`horizons, un ensemble d`altération (ou altérites), à structures lithologiques conservées uniquement à sa base, et un ensemble pédoturbé, ou sol au sens strict, à forte différenciation structurale, d`où se démarque un horizon humifère brun sombre et très poreux, à caractères andosoliques. On note un rapport d`épaisseur sol/altérites d`environ 1/5. Sur le plan microstructural, ces sols, partout totalement dépourvus de séparations plasmiques, sont caractérisés par des plasmas cristiques gibbsitiques notamment dans l`ensemble pédoturbé. Sur le plan minéralogique, la gibbsite domine largement ; elle est associée à un peu d`oxydes de fer (hématite et goethite) et à de très petites quantités de kaolinite, d`halloysite et d`allophane, ce dernier minéral n`étant détecté que dans l`horizon humifère. Sur le plan géochimique, l`aluminium est l`élément le plus abondant, avec la silice et le fer, et sa teneur augmente fortement de la base au sommet des profils aux dépens principalement de la silice. Parmi les autres spécificités des sols étudiés, on note leur très faible densité apparente (0,7 à 1) et leur texture variable, mais partout bien pourvue en limons, ces derniers étant associés tantôt aux sables au sommet et à la base des profils, tantôt aux argiles dans les parties médianes. Par ailleurs, sur un plan plus général, les sols étudiés apparaissent se distinguer par l`association en leur sein, à la fois de caractères ferrallitiques et de caractères andosoliques.

2003 - Volume 10 - Numéro 3

Effet du paillis des résidus de canne à sucre sur la séquestration de carbone dans un sol ferrallitique argileux du Brésil | p 191-204
Auteurs :
T. Razafimbelo(1), B. Barthès(1), E. F. de Luca(1), M.-Ch.Larré-Larrouy(1), J.-Y. Laurent(1), C. C. Cerri(2) et Ch. Feller(1)
Adresse :
(1) MOST, IRD-CIRAD, BP 64501, 34394 Montpellier cedex 5, France.
(2) Université de São Paulo-CENA, Avenida Centenário 303, 13416-970 Piracicaba-SP, Brésil
Résumé :
Le Brésil étant le premier producteur mondial de canne à sucre, un changement dans le mode de gestion des résidus de cette culture pourrait avoir des effets notables sur la teneur en carbone (C) de l`atmosphère. Dans une plantation de canne à sucre de longue durée (50 ans) installée sur un sol ferrallitique argileux du sud du Brésil, on compare la teneur en C du sol total et de ses fractions granulométriques (après dispersion) et la stabilité structurale (résistance à l`éclatement) des couches superficielles (0-5 et 5-10 cm) sous deux traitements :
l`un comportant une récolte manuelle précédée d`un brûlis des résidus (CB, canne brûlée), l`autre une récolte mécanisée avec paillis des résidus depuis 6 ans (CNB, canne non brûlée).
La teneur en C total du sol est plus élevée en CNB qu`en CB, significativement à 0-5 cm (25,2 vs. 21,0 g C.kg-1) mais pas à 5-10 cm (22,3 vs. 20,5 g C.kg-1) ; la différence est également significative à 0-10 cm (23,7 vs. 20,7 g.kg-1). Cette différence correspond à un stockage de C en CNB s`élevant à 0,65 t C.ha-1.an-1 à 0-10 cm de profondeur, représentant 13 % du C apporté par les résidus aériens de la canne à sucre. Par rapport à CB, le surplus de C en CNB est principalement associé à la fraction argileuse (0-2 μm). Le taux de macroagrégats stables (> 200 μm) est également plus élevé en CNB qu`en CB à 0-5 et 5-10 cm de profondeur (p < 0,01) ; il est corrélé avec les contenus en C du sol total (r = 0,71 ; p < 0,01), de la fraction 0-2 μm (r = 0,73) et de la fraction hydrosoluble (r = 0,84). On fait l`hypothèse que la forte population de vers de terre en CNB aurait un rôle important dans l`enfouissement et la décomposition des résidus paillés, et déterminerait l`enrichissement de la fraction argileuse en C et l`accroissement de la stabilité structurale.

1999 - Volume 6 - Numéro 1

Influence du travail du sol sur l`évolution physique d`un sol forestier ferrallitique après défrichement motorisé - Conséquence sur l`enracinement du maïs | p 27-39
Auteurs :
A. Tamia (1), R. Moreau (1), M. Fortier (2) et G. Yoro (3)
Adresse :
(1) Laboratoire d`Étude du Comportement des Sols Cultivés (LCSC), ORSTOM, B.P. 5045 - 911, Avenue Agropolis 34032 Montpellier CEDEX 01
(2) Laboratoire d`agrologie UR-FCM CIRAD-CA, Avenue du Val de Montferrand - B.P. 5035 - 34032 Montpellier CEDEX 01.
(3) IDEFOR- DCC, 01 B.P. 1827 Abidjan 01 République de Côte d`Ivoire
Résumé :
L`analyse du profil cultural, la résistance à la pénétration et la porosimétrie à mercure ont été utilisées pour préciser les modifications physiques d`un sol ferrallitique forestier de Basse Côte d`Ivoire, après un défrichement motorisé suivi d`une mise en culture avec ou sans travail du sol. Les conséquences sur l`enracinement du maïs ont été appréciées par le comptage et la cartographie des impacts racinaires.
La dégradation structurale avec la réduction de la porosité grossière (pores de diamètre équivalent > 6 μm) et l`augmentation de la résistance à la pénétration, qui affectent le sol cultivé sans labour, sont associées à un faible développement racinaire du maïs. Le travail du sol assure le maintien des caractères physiques favorables à l`enracinement, bien que des volumes compacts massifs liés à des phénomènes de tassement soient présents dans la couche labourée. Une corrélation significative entre les valeurs de résistance à la pénétration et de densité racinaire a pu être établie.

1998 - Volume 5 - Numéro 1

Influence des pratiques culturales sur le comportement et les propriétés de sols du Paraná (Brésil) | p 61-71
Auteurs :
J. Tavares-Filho(1) et D. Tessier(2)
Adresse :
(1) UEL, Département d`Agronomie, BP 6001, 86051-970 Londrina, Brésil
(2) INRA, Science du Sol, route de Saint Cyr, 78026 Versailles
Résumé :
Dans l`Etat du Paraná, des ` Latossolos Roxo ` (Oxisols) ont été mis en culture depuis environ 35 ans. Ces sols présentent actuellement des problèmes de dégradation principalement liés à leur tassement et à la disparition d`une partie de leur macroporosité. L`objectif de cet article est de discuter de l`évolution des sols sous l`influence de pratiques culturales, dans une perspective de gestion à long terme de leur fertilité. Une étude de longue durée a été menée à l`OCEPAR (Organisation des Coopératives du Paraná) sur l`évolution simultanée des sols et des rendements des cultures. Des profils culturaux ont été effectués et des échantillons non remaniés prélevés après semis direct et labour à la charrue à soc. Une comparaison a été faite entre les propriétés physiques (rétention d`eau, gonflement-retrait) et physico- chimiques des sols sous forêt et cultivés. Les sols sous forêt présentent une structure microagrégée typique des sols ferrallitiques (latosols) développés sur basaltes (>70 % d`argile). Dans ce type de sol, le degré d`altération des constituants minéraux et leur environnement géochimique sont des éléments fondamentaux à prendre en compte pour comprendre et prévoir leur stabilité physique.
Lorsque le pH est acide (Cascavel) et le complexe d`échange largement désaturé, les forces de cohésion entre les constituants très fins (argiles, oxydes et matières organiques) permettent d`assurer la stabilité physique du sol. Le labour se révèle alors une technique relativement dangereuse car il tend à rompre de façon durable la structure microagrégée des sols ; en revanche, la pratique du semis direct semble être une technique de conservation bien adaptée aux sols acides.
Lorsque le pH tend vers la neutralité comme à Palotina, l`absence de forces de cohésion entre les constituants (argiles, oxydes et matières organiques) ne contribue plus à assurer une certaine stabilité physique au sol. Les conclusions établies pour Cascavel ne paraissent plus appropriées pour Palotina car le sol présente, du fait de sa constitution et de son environnement géochimique, un comportement potentiellement instable. Il est conclu que la technique de semis direct est alors moins bien adaptée que le labour à la charrue au maintien d`un espace poral favorable au développement des plantes. Au total, il apparaît que dans les régions tropicales, la maîtrise des techniques culturales nécessite de connaître un ensemble de caractéristiques propres aux sols et une gestion adaptée à chaque type de milieu.

1998 - Volume 5 - Numéro 2

Caractérisation structurale de sols des Cerrados Brésiliens (Savanes) sous différents modes d`utilisation agricole | p 93-105
Auteurs :
P.L. de Freitas(1), Ph. Blancaneaux(2), R. Moreau(3)
Adresse :
(1) EMBRAPA / C N P S - Rua Jardim Botânico, 1024 ; 22460-000, Rio de Janeiro, Brésil.
(2) ORSTOM / EMBRAPA - C N P S - Rua Jardim Botânico, 1024 ; 22460-000, Rio de Janeiro, Brésil.
(3) ORSTOM - 911, av. Agropolis- B.P. 5045 ; 34032, Montpellier, France.
Résumé :
L`évaluation de systèmes de gestion pour la Région des Cerrados Brésiliens doit s`appuyer sur la mise en oeuvre d`approches méthodologiques comme l`analyse morpho-structurale permettant, en particulier, la caractérisation de l`état structural du sol, avec l`identification des différents horizons pédologiques et la caractérisation des unités pédologiques homogènes (UPH), qui résultent de l`activité anthropique et sont directement liées à l`action des outils agricoles. On y considère, sur un même type de sol ferrallitique, quatre situations comprenant une parcelle sous végétation naturelle anthropisée (CER), une parcelle sous pâturage cultivé de longue durée (PAL) et deux parcelles expérimentales sous irrigation (succession maïs/haricot), correspondant l`une à un système de gestion conventionnelle (CCL) et l`autre à un système de gestion par semis direct (PD).
La prise en compte de la différentiation morpho-structurale permet de comprendre et pronostiquer le comportement du sol évoluant sous différents modes d`utilisation agricole et conditions pédoclimatiques. S`agissant de l`espace poral, on constate une augmentation de la densité apparente dans les horizons les plus affectés par le travail du sol pour lesquels, toutefois, grâce aux caractéristiques de micro-agrégation des sols ferrallitiques, la porosité totale se maintient au-dessus de 49 %. C`est surtout la macroporosité grossière qui montre les variations les plus importantes en fonction du système cultural. Ces résultats sont confirmés et précisés par la porosimétrie à mercure.
On observe une correspondance nette entre les courbes de retrait et les caractères morphologiques décrits dans les divers horizons et UPH du sol existant sous différents systèmes. On constate, en effet, une cohésion d`assemblage et une cohésion interne des éléments structuraux très élevées en CCL, élevées en PAL ; par contre, si la cohésion interne reste appréciable en PD, la cohésion d`assemblage y est faible. Enfin, en comparant les situations CER et PAL avec les systèmes sous culture annuelle CCL et PD, on constate une stabilité plus faible des macro-agrégats (> 2 mm) dans le dernier cas. La diminution observée entre les deux cas de situation apparaît bien en rapport avec les caractéristiques morphologiques, physiques, chimiques et biologiques des différents systèmes considérés.

the best online casinos