Login

Association Française pour l'Étude du Sol

Ardon, Orléans Cedex 2, France

1x2 gaming slots for free https://onlineslots.money/games/1x2-gaming/

Revue “Étude et Gestion des Sols”

Étude et Gestion des Sols (EGS) publie des articles en français. Sa vocation première est d'être un lieu d'échange et de transfert en ce qui concerne la science du sol appliquée. Les articles sont soumis à une procédure de relecture critique par des pairs. EGS publie des résultats originaux, des synthèses et des revues bibliographiques, ainsi que des notes techniques et historiques. EGS publie également des numéros ou des dossiers thématiques.
EGS peut aussi publier des articles brefs d'opinion scientifique, contribuant à l'avancée des réflexions sur notre champ d'étude et de recherche.

EGS est désormais (depuis le 1er janvier 2013) entièrement électronique, avec accès libre et gratuit (accès en bas de cette page).
Les nouveaux articles sont publiés dès qu'acceptés et mis en forme, sous la forme de fichiers .pdf. Leur publication est annoncée au fur et à mesure sur notre "liste de diffusion".
Les autres articles antérieurs à 2013 sont également tous téléchargeables.


Télécharger les instructions aux auteurs


NB: Lorsque vous faites une recherche dans les archives d'EGS (ci-dessous), les résultats sont affichés par volumes (il faut donc cliquer sur chaque volume pour y accéder).

Introduction à la revue EGS et comité éditorial

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Céline Collin Bellier (présidente de l'Afes)
RÉDACTEUR EN CHEF : Dominique Arrouays
RÉDACTEURS EN CHEF ADJOINTS : Denis Baize, Dominique Schwartz
SECRÉTARIAT DE RÉDACTION : Florence Héliès, Cédric Laveuf, Jean-Pierre Rossignol

Adresse :
AFES, INRA, Centre de recherches d'Orléans
2163, avenue de la Pomme de Pin, CS 40001, Ardon
F-45075 Orléans Cedex 02, France

Contact Donimique Arrouays

COMITÉ ÉDITORIAL :
D. Angers Agric. Agroalim. Canada, Sainte Foy, Canada
M. Badraoui I.A.V. Hassan II, Rabat, Maroc
W. Blum Univ. Vienne, Autriche
L. Bock Faculté Agronomique de Gembloux, Belgique
A. Bruand ISTO, Université d'Orléans
C. Cheverry ENSA, Rennes
J.L. Chotte IRD, Montpellier
S. Deckers Université de Leuven, Belgique
A. Delaunois Chambre d'Agriculture du Tarn, Albi
B. Delvaux Université de Louvain la Neuve, Belgique
C. Feller IRD, Montpellier
P. Faivre Université de Savoie, Chambéry
N. Filippi EC JRC Ispra, Italie
E. Frossard Institut Fédéral de Technologie, Zurich, Suisse
J.C. Germon INRA, Dijon
M.C. Girard Académie d'Agriculture, Paris
J.M. Gobat Université de Neuchâtel, Suisse
A. Halitim Université de Batna, Algérie
B. Jabiol ENGREF, Nancy
J.L. Julien Laboratoire Départemental de l'Aisne
J.P. Legros AFES, Montpellier
F.‑Macias Vasquez Univ. St-Jacques de Compostelle, Espagne
C. Mathieu Acad. des Sciences d'Outre-Mer, Paris
J.P. Montoroi I.R.D., Bondy
R. Moreau I.R.D., Montpellier
J.L. Morel ENSAIA, Nancy
S. Recous INRA, Laon
G. Richard INRA, Orléans
C. Schvartz ISA, Lille
T. Sterckeman INRA - ENSAIA, Nancy
E. Van Ranst Université de Gand, Belgique
C. Walter Agrocampus Ouest, Rennes

...

EGS Instructions aux auteurs

1/ EGS est une revue de l'Association Française pour l'Étude du Sol.

2/ La publication est gratuite. Les articles ne devront, en règle générale, pas excéder 15 pages imprimées (résumés, figures, tableaux, bibliographie
compris). Une page pleine de la revue équivaut à environ 4 000 signes, espaces non compris. Pour certains articles, quelques pages supplémentaires
pourront être acceptées.

3/ Le manuscrit doit être saisi sous traitement de texte, sur format 21 x 29,7 cm. Le texte sera fourni sur support électronique (fichier attaché à un courrier électronique ou CD-Rom), de préférence format Word (DOC ou docx) en double interligne. Les lignes doivent être numérotées de 1 à n du début à la fin du document. Les figures en haute résolution (formats pict, eps, tif, png ou jpg en haute définition ou fichier Excel) et les tableaux originaux (de préférence accompagnés du fichier Excel) doivent être joints.

4/ Les textes sont publiés en français. Un 'résumé étendu' en anglais ('extended summary ') précède le texte avec quelques ' Key words '. Il renvoie aux principaux tableaux et figures. Un résumé en français (30 lignes maximum), et quelques mots clés, qui servent à l'indexation, accompagnent aussi le texte. Les résumés présentent clairement le problème étudié, les méthodes utilisées et les conclusions auxquelles on est arrivé. Key words et mots clés doivent être utilisables dans une interrogation de bases de données. Une traduction en espagnol du résumé français est souhaitée. Elle peut être prise en charge par le secrétariat de rédaction. Le secrétariat de rédaction peut également proposer des améliorations en ce qui concerne la rédaction en français.

5/ La page de garde comportera :
a* le titre de la communication ;
b* les noms et prénoms du ou des auteurs ;
c* l'institution à laquelle il(s) appartien(nen)t et les adresses complètes ;
d* l'adresse électronique de l'auteur à qui adresser les correspondances.

L'auteur donnera un titre courant de moins de quarante caractères, ainsi que le titre en anglais.

6/ Les figures et les tableaux seront réduits par les responsables de la revue à la dimension qu'ils estimeront souhaitable. Les titres des tableaux et figures partie entière des nombres sera séparée de la partie décimale par une virgule. Les photographies doivent être contrastées, une échelle donnée sur chaque document. Les illustrations en couleurs seront acceptées uniquement si elles sont indispensables.

7/ Les références bibliographiques citées dans l'article sont reprises en fin de texte, par ordre alphabétique. Les noms des auteurs cités dans le texte seront écrits en caractères minuscules : (Dupont, 2009 ; Dubois et Duchemin, 2009 ;Duchamp et al., 2009) .
La bibliographie sera présentée par ordre alphabétique sur le modèle suivant :

Joseph K.T., 1977 - Clamatrops - Proceedings of the conference on classification and management of tropical soils, Kuala Lumpur, Malaysia, 15to 20 August 1977.
Liang L., Hoffmann A. et Gu B., 2000 - Ligand-induced dissolution and releaseof ferrihydrite colloids. Geochim. Cosmochim. Acta, 64, 12, pp. 2027-2037.


8/ Les manuscrits doivent être envoyés par courriel à Dominique.Arrouays@orleans.inra.fr ou par courrier postal à Dominique Arrouays, AFES - INRA Orléans, Avenue de la Pomme de Pin, CS 40001, Ardon 45075 Orléans cedex 02, France. Les auteurs préciseront leur adresse électronique et leur numéro de téléphone.

9/ Les auteurs peuvent proposer une liste restreinte d'experts susceptibles de relire le manuscrit. Ils peuvent également, en cas de concurrence ou de conflit d'intérêt, signaler des experts qu'ils ne souhaitent pas. Chaque manuscrit est envoyé à deux lecteurs qui remplissent une fiche de lecture. Cette expertise est en principe anonyme, sauf lorsqu'un expert accepte de communiquer son nom aux auteurs. Les deux fiches de lecture et commentaires éventuels sont renvoyés à l'auteur avec une décision de la rédaction : article rejeté, à reécrire entièrement, à modifier en profondeur, à modifier légèrement, accepté.

10/ Lorsque l'article n'a pas été rejeté et que l'auteur a retourné son manuscrit corrigé en tenant compte des avis des lecteurs, le nouveau manuscrit est relu par ses lecteurs initiaux, ainsi que par les responsables de la rédaction qui peuvent proposer d'éventuelles modifications et une mise en forme améliorée des figures et tableaux.

11/ Lorsque l'auteur a donné son accord sur les modifications et effectué tous les travaux correspondants, le texte est accepté pour publication.

12/ Une épreuve du texte est ultérieurement envoyée à l'auteur qui a présenté le manuscrit. L'épreuve corrigée doit être retournée dans la semaine suivante, avec l'accord pour payer les pages supplémentaires si c'est le cas. Dès que sa mise en forme définitive est réalisée, l’article est immédiatement publié sous forme d’un fichier .pdf téléchargeable librement et gratuitement sur le site de l’AFES.

13/ Le Comité de rédaction de EGS se réserve le droit d'adapter ou de modifier la disposition du texte original et de prendre toutes les décisions non explicitement mentionnées dans ce règlement.

14/ Les articles proposés à EGS doivent être originaux ; tout manuscrit déjà publié en partie doit être explicitement signalé comme tel au début du processus de sélection. L'utilisation ultérieure des documents publiés dans EGS par d'autres que les auteurs est soumise à une autorisation écrite des auteurs et de la revue. Une référence claire devra toujours en mentionner la source.

15/ Les textes publiés dans EGS n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

16/ Toute correspondance doit être adressée au rédacteur en chef :
D.Arrouays, AFES,
INRA d'Orléans
2163 avenue de la Pomme de Pin
CS 40001, Ardon, 45075 Orléans Cedex 02 France
Contact Donimique Arrouays
sup
Recherche : 23 articles sur 18 numéros
Articles de la revue choisie

2016 - Volume 23 - Numéro 1

Effets de la matière organique sur les propriétés physiques et chimiques des sols sableux de la région d’Ouargla (Algérie) | p 9-20
Auteurs :
N. Koull, M. Halilat
Adresse :
1 Université Kasdi Merbah. BP 511 Route Ghardaïa Ouargla. Algérie.
2 Laboratoire de Bioressources Sahariens Préservation et Valorisation Ouargla. Algérie.
Résumé :
Ce travail expérimental a pour but de savoir quel est l'effet de deux types de matières organiques, à savoir le fumier bovin et ovin à quatre niveaux de dose (0 t/h, 37.8 t/h, 75.6 t/h et 113.4 t/h) sur quelques propriétés physiques et chimiques des sols sableux. Le sol traité avec les matières organiques est mis dans des pots pendant trois mois en conditions climatiques sahariennes de la région d’Ouargla. Suite à nos résultats, nous avons constaté l'effet significatif de l’amendement organique sur la majorité des propriétés du sol à savoir le pH, la capacité de rétention en eau, la capacité d'échange cationique. Au terme de cette étude, il apparaît que les matières organiques ont amélioré les propriétés du sol avec une importance et une durabilité plus importantes pour le fumier ovin. Les meilleurs résultats sont obtenus avec le traitement n°3 (113.4 t/h). D’après les résultats enregistrés sur les paramètres étudiés, nous avons noté : une diminution du pH de 8,72 à 7 ,73 ; une augmentation de la conductivité électrique de 4,30 à 7,83 dS/m ; une augmentation de la capacité de rétention en eau de 29,96 à 39,45 % et une augmentation de la capacité d’échange cationique de 7,85 à 18,12 méq /100g du sol.
Rôle des différentes fractions organiques dans la stabilité structurale des sols à textures riches en sables du Nord et du Centre de la Tunisie | p 77-90
Auteurs :
A. Bouajila, N. Brahim et T. Gallali
Résumé :
Ce travail vise à montrer la contribution des différentes fractions organiques dans la stabilisation des agrégats des horizons de surface de sols à textures grossières dans les régions subhumide et semi-aride de la Tunisie. Au cours de cette étude, on a déterminé les fractions, totale (COT), particulaire (COP), humique (SH) et des polysaccharides (PEEC), de 7 horizons de surface de sols. La stabilité structurale a été évaluée à sec selon la technique Youker et McGuiness (1956) et la stabilité à l’eau est déterminée par la méthode de Le Bissonnais (1996). Elles sont exprimées en diamètres moyens pondérés respectivement DMPsec et DMPLeBiss.
L’étude des résultats a permis de constater que les différents horizons sont stables à sec. Lors de l’application d’un traitement de réhumectation, les sols sont stables à très stables (DMPLeBiss élevés). Cette stabilité à l’humide est liée à la matière organique qui est le premier responsable de la formation de macro-agrégats résistantsà l’effet désagrégeant de l’eau. De plus, des coefficients de corrélation significatifs (0,8 à 0,9 p<0,01) sont enregistrés entre les différents MWDLeBiss et les principales fractions organiques. Les coefficients les plus élevés sont, toutefois, détectés entre le test d’humectation rapide et la fraction particulaire(COP) de la matière organique. Ces résultats prouvent que la stabilisation des agrégats des sols riches en sables contre un stress hydrique est due à la matière organique d’une manière générale et principalement à la présence de la forme particulaire. Sur cette dernière se développe une activité intense de décomposition par les champignons assurant l’édification, en particulier, des macro-agrégats très résistants à la destruction lors d’une humectation rapide.
Comportement physique et propriétés des Topovertisols de la région semi-aride de la Tunisie | p 65-76
Auteurs :
H. Ben Hassine, M. Bouraoui, M. Ben Youssef et C. Zidi
Résumé :
Afin d’approfondir les connaissances sur l’un des sols les plus aptes à la production de cultures annuelles pluviales en Tunisie et en vue d’étudier son comportement vis-à-vis de la rétention en eau, cinq vertisols topomorphes (Topovertisols) dont quatre sont situés dans la vallée de l’oued Miliane (Nord-Est de la Tunisie), ont été échantillonnés par tranches de 20 cm sur un mètre de profondeur. Des analyses physico-chimiques ont permis de caractériser la granulométrie, les teneurs en matières organiques et la capacité d’échange cationique. Des échantillons ont été soumis à une analyse du retrait afin de mieux connaître la répartition de l’eau en fonction des différentes composantes de la structure du sol.
Les résultats obtenus confirment l’abondance de la fraction argileuse, la réaction alcaline des solutions, la salinité négligeable et la plus forte richesse des horizons supérieurs en matière organique, malgré des teneurs relativement modestes dans l’ensemble. La capacité d’échange cationique dépasse souvent 30 cmol.kg-1. La caractérisation du retrait a été discutée sur la base de la connaissance des types d’eaux retenues dans les différents pores (vides) qui se répartissent en eau interpédique (inter-agrégats), structurale (intra-agrégats), plasmique (au sein de la masse d’argile) et résiduelle (adsorbée sur les surfaces des argiles). En premier lieu, la variation de volume des sols consécutive à l’humectation-dessiccation est importante et donc compatible avec les structures vertiques décrites in-situ. L’analyse de la courbe de retrait permet d’identifier des points singuliers spécifiques à différents types d’eau et d’organisation du sol. Des relations statistiques ont pu être établies entre la capacité d’échange et l’eau de la fraction argileuse au sens granulométrique. Cette dernière détermine largement les propriétés aux différents points singuliers de la courbe de retrait. On peut alors accéder à l’eau utile pour la végétation avec l’avantage d’être obtenue sur des échantillons macroscopiques et non sur de la terre tamisée. Ces vertisols confirment leur statut de réservoirs d’eau pour les cultures annuelles et leur richesse chimique par les fortes proportions de sites d’échange offerts par les colloïdes argileux. Leur faible teneur en matières organiques, qui devraient donner davantage de stabilité à la structure, constitue le point faible pour de tels types de sols. L’abondance des argiles et la présence de carbonates atténueraient cependant ce déficit et favoriseraient la stabilité des agrégats.

2012 - Volume 19 - Numéro 4

Les interactions bio-organo-argileuses et la stabilisation du carbone dans les sols. Aperçu historique | p 235-248
Auteurs :
C. Feller, C. Chenu
Résumé :
La perception que les argiles du sol pourraient protéger la matière organique (MO), ou au moins modifier les propriétés des argiles, est déjà émise au cours du XIXème siècle. On aboutira ainsi, en France, vers 1930 au concept de complexe argilo-humique. Mais c’est dans la deuxième moitié du XXème siècle que des recherches morphologiques et quantitatives se développent pour préciser la nature et les propriétés des associations organo-argileuses. L’incidence du « biologique » conduisant à l’étude d’interactions bio-organo-argileuses sera prise en compte surtout à partir des années 1980. C’est l’évolution de ces connaissances du début du XIXème siècle à nos jours qui est relatée ici en insistant sur la vision actuelle des processus permettant la stabilisation de carbone dans le sol.

2007 - Volume 14 - Numéro 2

Distribution granulo-densimétrique de la matière organique dans un sol argileux sous semis direct avec couverture végétale des Hautes Terres malgaches | p 117-134
Auteurs :
I. Grandière(1), T. Razafimbelo(2), B. Barthès(1), E. Blanchart(1), J. Louri(1), H. Ferrer(1), C. Chenu(3), N. Wolf(4), A. Albrecht(1)(2) et Ch. Feller(5)
Adresse :
1 IRD - UR 179 SeqBio, ENSAM, 2 Place Viala, Bâtiment 12, 34060 Montpellier Cedex 1, France
2 Laboratoire des RadioIsotopes, Service de la Radioagronomie, BP 3383 Route d`Andraisoro, 101 Antananarivo, Madagascar
3 INAPG - INRA, Département AGER, Bâtiment EGER, 78850 Thiverval, Grignon, France
4 INRA Science du Sol, RD 10 Route de St Cyr, 78026 Versailles Cedex, France
5 IRD, Route d`Ambohipo, BP 434, 101 Antananarivo, Madagascar
Résumé :
Le semis direct, en particulier sous couvert végétal (SCV), permet de stocker de la matière organique (MO), donc du carbone (C) dans les sols tropicaux, d`où son intérêt agronomique (fertilité) et environnemental (atténuation du changement climatique). L`objectif du travail présenté est d`étudier l`effet de trois systèmes SCV sur le contenu en C du sol total et de ses fractions granulo-densimétriques, sur un dispositif agronomique de longue durée (11 ans) installé sur sol argileux à Antsirabe, Madagascar (16°C , 1300 mm an-1).
Les systèmes SCV testés comportent un traitement à couverture végétale morte [NT m/s, rotation maïs (Zea mays)/soja (Glycine max)] et deux traitements à couverture végétale vivante [NT m/m-d, rotation maïs/maïs avec une couverture végétale de Desmodium uncinatum ; et NT h/s-k, rotation haricot (Phaseolus vulgaris)/soja avec une couverture de Pennissetum clandestinum]. Ils sont comparés à un système avec travail conventionnel [CT m/s, rotation maïs/soja]. Par rapport au sol sous CT, les sols sous SCV présentent des teneurs en C significativement plus élevées à 0-5 cm (+13,3 mgC.g-1 sol en moyenne) et à 5-10 cm (+5,8 mgC.g-1 sol en moyenne) de profondeur. Dans les systèmes SCV, les plantes de couverture ne permettent pas d`augmenter significativement les teneurs en C du sol. La distribution de C dans les fractions granulo-densimétriques diffère selon les systèmes et selon la profondeur. A 0-5 cm, le C stocké sous NT est principalement localisé : (i) dans les MO particulaires internes aux agrégats (> 50 μm), où il est protégé physiquement , et (ii) dans la fraction fine du sol (< 50 μm), où il est protégé physico-chimiquement par adsorption sur les particules minérales. A 5-10 cm, le C stocké sous NT est localisé essentiellement dans la fraction fine du sol. Pour l`ensemble de l`horizon 0-10 cm, le stockage de C sous SCV est dû pour 17 à 27 % aux MO particulaires internes aux agrégats > 50 μm, et pour 46 à 60 % aux fractions fines < 50 μm.

2006 - Volume 13 - Numéro 4

Statut de la matière organique des sols de la région sahélienne du Burkina Faso | p 289-304
Auteurs :
F.J.-P. Pallo(1), S. Asimi(1), A. Assa(2), P.M. Sedogo(1) et N. Sawadogo(1)
Adresse :
(1) Institut de l`Environnement et de Recherches Agricoles (INERA) - 04 BP 8645 Ouagadougou 04 - Burkina Faso
(2) Université de Cocody / UFR - STRM - 22 BP 582 Abidjan 22 - Rép. de Côte d`Ivoire

Résumé :
L`étude traite de la matière organique de l`horizon supérieur des sols brun rouge subarides, des sols bruns subarides à pseudogley et des sols bruns subarides vertiques, sous formation naturelle. Dans la base de référence mondiale pour les ressources en sols (WRB), ces unités correspondent au niveau des groupes de référence des sols, aux Cambisols et Luvisols. Elles sont localisées dans la région sahélienne du Burkina Faso. Bien que cette partie du pays soit généralement considérée comme une zone de pastoralisme, l`agriculture pluviale d`autosubsistance y est aussi pratiquée. Le but de l`étude est d`accroître les connaissances sur cette importante composante édaphique dont les effets positifs sur la productivité des sols ont été soulignés par de nombreux auteurs. Elle vise aussi à établir pour la zone concernée les relations entre ce facteur de fertilité et les propriétés physiques, chimiques, biologiques des sols. Pour la réaliser, outre la caractérisation morphologique et physico-chimique, la quantification des carbone et azote totaux des sols a été effectuée ; puis au niveau de chaque échantillon de sol, trois fractions granulométriques [(0-50 μm), (50-200 μm), (200-2000 μm)] ont été séparées et leurs teneurs respectives en carbone et azote déterminées. L`activité minéralisatrice des microorganismes a été appréhendée à travers la détermination de l`azote minéral, par distillation et de l`azote minéralisable par la méthode de Waring et Bremner. Les échantillons de sol ont également été incubés pour mesurer la respiration du sol (CO2 dégagé) tandis que le taux de carbone de la biomasse microbienne a été obtenu par la technique de fumigation (par le chloroforme) - incubation. Les résultats montrent que les sols considérés contiennent peu de carbone et azote totaux comparativement aux sols des autres régions du pays. La distribution granulométrique du carbone et de l`azote indique que les fractions argilo-limoneuses (0-50 μm) détiennent les plus grandes quantités de ces variables. Les rapports C/N y sont plus faibles, proches de ceux du sol brut. En revanche, les valeurs les plus élevées sont celles de la matière organique associée aux fractions grossières [(50-200 μm), (200-2000 μm)]. Par ailleurs, pour toutes les unités de sol, les coefficients d`enrichissement en carbone (Ec) et en azote (En) sont plus élevés dans la fraction (0-50 μm) que ceux des fractions sableuses. Le cumul de C.CO2 dégagé et le taux de minéralisation du carbone au bout de 31 jours d`incubation des échantillons de sol non fumigés sont plus élevés que ceux obtenus avec les échantillons fumigés. Les sols bruns subarides à pseudogley possèdent les plus fortes valeurs de ces paramètres. Le taux moyen de carbone de la biomasse microbienne est supérieur à 100 mg C kg-1 sol et représente 3 à 4 % du carbone total ; les quantités d`azote minéralisable et minéral étant plus fortement dépendantes des unités de sol. Nos résultats ont aussi montré que la teneur en carbone de la fraction (0-50 μm) influence favorablement la somme des bases échangeables, la capacité d`échange cationique et dépend des quantités d`argile et de la somme argile + limons totaux (A+LT). Les teneurs en carbone et en azote des fractions sableuses [(50-200 μm) ; (200-2000 μm)] sont plutôt positivement corrélées avec les cumuls de C-CO2 dégagé pour le premier paramètre et avec le potentiel de minéralisation de l`azote pour le second paramètre. Cette étude met ainsi en évidence l`existence dans les sols étudiés de pools de matière organique qui ont des fonctions et dynamiques différentes, selon leur taille et degré de décomposition. Elle révèle aussi l`importance des facteurs tels que la texture et l`humidité du sol sur les processus d`évolution de la matière organique des sols de la région.
Elle suggère, enfin, l`intensification de la pratique du parcage des animaux dans les champs et celle des fosses fumières pour relever le taux de matière organique des sols cultivés et accroître les rendements des cultures.

2005 - Volume 12 - Numéro 4

Azote minéralisable et statut organiqueAzote minéralisable et statut organique des Andosols de Guadeloupe - Influence du milieu et des pratiques culturales. | p 267-280
Auteurs :
M. Dorel(1), K. Lombard(1) et R. Oliver(2)
Adresse :
(1) CIRAD-FLHOR, Station de Neufchateau, 97130 Capesterre Belle-Eau - Guadeloupe
(2) CIRAD-AMIS, Avenue Agropolis, 34398 Montpellier Cedex 5
Résumé :
Les Andosols de Guadeloupe présentent des teneurs en matière organique très variables. Ces variations peuvent être liées à celles des conditions pédo-climatiques ou à l`effet des pratiques culturales. Dans un contexte où la limitation des pollutions d`origine agricole implique une réduction de la fertilisation azotée, les conséquences de ces variations sur la quantité d`azote minéralisable doivent être prises en compte pour évaluer la fertilité des sols et la durabilité des systèmes de cultures.
Après avoir étudié les variations du statut organique des Andosols sous bananeraie en relation avec la pluviométrie, l`intensité du caractère andique des sols et le mode de conduite de la culture, nous avons cherché à établir des relations entre la quantité d`azote minéralisable et le contenu des différents compartiments de la matière organique du sol (fractions granulométriques, biomasse microbienne). L`effet, sur ces paramètres, de l`introduction de la canne à sucre dans l`assolement des exploitations bananières a ensuite été évalué. Nous avons comparé pour ceci, sur une même exploitation, des parcelles sous monoculture bananière et des parcelles où ce système a été abandonné au profit de la rotation canne à sucre/ banane.
La teneur en matière organique des Andosols est fortement liée à la pluviométrie et à l`intensité du caractère andique qui est évalué par la rétention en eau à -1 500 kPa. La forte influence des conditions climatiques et édaphiques sur la teneur en carbone du sol et une localisation préférentielle des modes de conduite non mécanisés et peu intensifs dans les zones d`altitude soumises aux pluviométries les plus fortes rend l`effet des pratiques culturales sur la teneur en carbone du sol difficile à mettre en évidence. La quantité d`azote minéralisable apparaît sans relation avec la teneur en carbone organique total du sol mais est en revanche bien corrélée à la taille de la biomasse microbienne. Elle est nettement supérieure dans les bananeraies pérennes non mécanisées.
L`accroissement du rapport C/N de la matière organique du sol, du carbone contenu dans les fractions grossières et de la biomasse microbienne observé sous culture de canne à sucre semble lié à l`importante quantité de matière sèche apportée par les résidus de culture de canne à sucre. La faible teneur en azote des résidus de canne à sucre explique, qu`en dépit de l`accroissement de la biomasse microbienne, la quantité d`azote minéralisable n`augmente pas sous canne à sucre.

2003 - Volume 10 - Numéro 4

Fonctions environnementales des dispositifs enherbés en vue de la gestion et de la maîtrise des impacts d`origine agricole. Cas des pesticides | p 299-314
Auteurs :
P. Benoit(1), C. Souiller(2), I. Madrigal(1), V. Pot(1), B. Réal(3), Y. Coquet(1), C. Margoum(2), B. Laillet(2), A. Dutertre(3), J.J. Gril(2) et E. Barriuso(1)
Adresse :
(1) UMR INRA/INAPG Environnement et Grandes Cultures, BP 01, 78850 Thiverval-Grignon
(2) Cemagref, Unité de Recherche Qualité de l`Eau et Prévention des Pollutions, Groupement de Lyon,
34 Bis Quai Chauveau, 69336 Lyon Cédex 09
(3) ARVALIS - Institut du Végétal, Service Techniques de Production, 80200 Estrées-Mons
Ferme expérimentale de La jaillière 44370 La Chapelle-Saint-Sauveur
Résumé :
Les dispositifs enherbés peuvent réduire de façon efficace les pertes en pesticides par ruissellement et érosion hors des parcelles agricoles. Ils sont largement utilisés dans des projets d`aménagements visant à préserver les ressources en eau à l`échelle de petits bassins versants agricoles. Leur mode de fonctionnement en tant que système épurateur vis-à-vis des pesticides véhiculés par ruissellement et érosion repose sur différents phénomènes d`origine physique, chimique et biologique. A relativement court terme, certaines propriétés des sols vont se trouver modifiées suite au changement d`occupation du sol, un sol cultivé de façon intensive se retrouvant enherbé pour plusieurs années. Certaines modifications vont jouer un rôle déterminant sur le devenir des pesticides interceptés par ces dispositifs : infiltration et transfert vertical des produits solubles dans l`eau, affectés par des changements de structure et de porosité, rétention des pesticides accrue en raison des changements de la composition organique des horizons superficiels et stimulation des biotransformations et de la stabilisation des résidus en relation avec un accroissement de l`activité de la microflore du sol. Combinant différentes approches expérimentales, les effets de ces changements sur le comportement de différents herbicides sont étudiés pour des dispositifs enherbés ayant différents âges d`implantation et installés dans différents contextes pédologiques (Brunisols et Calcisols).

2002 - Volume 9 - Numéro 1

Influence du travail du sol et des rotations de cultures sur la qualité d`un sol argileux gonflant en milieu semi-aride marocain | p 43-54
Auteurs :
N. Saber(1)* et R. Mrabet(2)
Adresse :
(1) Faculté des Sciences, Département de Géologie, BP 20, El-Jadida, 24000 Maroc
(2) Institut National de la Recherche Agronomique, Centre Aridoculture, BP 589 Settat 26000 Maroc
Résumé :
La ressource en eau demeure le facteur limitant la production céréalière en zones semi-arides marocaines. La conservation de l`eau comme son utilisation efficiente sont les éléments clé de l`agriculture pluviale. Les expérimentations à long-terme réalisées aux stations de recherche de l`Institut National de la Recherche Agronomique, pour dégager les systèmes de production à la fois productifs et durables, ont permis de conclure que le système du semis direct améliore les rendements, surtout en saisons sèches. Ces améliorations sont encore plus appréciables dans les rotations incluant une jachère. Ces performances notables dans la productivité sont associées à la qualité du sol. Ceci appelle une connaissance qualitative et quantitative approfondie des facteurs susceptibles d`introduire cette amélioration. Ces expérimentations, uniques à l`échelle nationale, ont fait l`objet de plusieurs mesures et observations particulièrement de l`agrégation, la matière organique, la matière organique particulaire, l`azote total et le pH. Les résultats les plus significatifs indiquent une meilleure agrégation hydrostable, une séquestration du carbone, une conservation de l`azote, une baisse du pH, et une importante teneur en matière organique particulaire en surface du sol sous semis direct en comparaison avec les surfaces travaillées. La rotation triennale incluant la jachère tend à présenter des indices de qualité du sol meilleurs que la rotation biennale blé-jachère ou blé sur blé. L`accumulation de la matière organique sous le semis direct sans labour ne se traduit pas par un appauvrissement de celle-ci en profondeur. La jachère contrôlée chimiquement a donc permis une amélioration du stockage de l`eau et l`élimination du labour a favorisé une qualité meilleure du sol.

2002 - Volume 9 - Numéro 2

Fractionnement granulométrique de la matière organique de la terre collée aux pivots de la betterave à sucre dans les sols du périmètre irrigué des Doukkala au Maroc Comparaison avec le sol en place | p 127-136
Auteurs :
F. Naman(1), B. Soudi(2), N.C. Chiang(3) et D. Zaoui(1)
Adresse :
(1) Université Chouaïb Doukkali, Faculté des Sciences, Département de Biologie, B.P.20, Km 1,
Route Ben Maâchou, 24000, El Jadida, Maroc.
(2) Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Département des Sciences du sol, Rabat, Maroc
(3) Université Catholique de Louvain, Unité de microbiologie, Louvain-la-Neuve, Belgique.
Résumé :
L`intensification agricole couplée à la non-restitution des résidus de culture contribue à un appauvrissement du sol en matière organique. Au Maroc, dans le périmètre irrigué des Doukkala, l`exportation des terres collées aux pivots de la betterave à sucre hors des parcelles lors de la récolte constitue une autre voie de perte de la matière organique du sol. Le but de cette étude est de quantifier cette perte en évaluant la teneur en matière organique dans les différentes fractions granulométriques du sol en place et de la terre collée aux pivots de la betterave à sucre. Cette étude a été menée sur quatre types de sol contrastés et représentatifs de ce périmètre.
Les résultats obtenus montrent que, pour tous les types de sol, le carbone organique et l`azote total des fractions sableuse, limoneuse et argileuse représentent respectivement 15 à 37 %, 19 à 40 et 24 à 66 % du carbone total et 10 à 24 %, 13 à 34 % et 42 à 78 % de l`azote total de l`échantillon. La fraction argile du Vertisol présente des contenus en carbone organique et en azote total plus élevés que ceux de la fraction argile des autres types de sol.
Les terres collées aux pivots sont plus riches en fraction argileuse et limoneuse et plus pauvres en fraction sableuse que les sols en place. La matière organique liée aux terres collées aux pivots représente 69 kg/ha pour le Vertisol, 57 kg/ha pour le Sol peu évolué, 52 kg/ha pour le Sol isohumique et 16 kg/ha pour le Sol fersiallitique. La matière organique perdue est majoritairement liée à la fraction argileuse pour le Vertisol, le Sol peu évolué et le Sol isohumique, représentant respectivement 68, 59 et 54 % du total perdu, mais minoritairement pour le Sol fersiallitique (29 %). Dans le périmètre irrigué des Doukkala, la perte annuelle de matière organique liée à la fraction argileuse est de 611 tonnes, soit l`équivalent de 30 kg de matière organique par hectare et par an.

2002 - Volume 9 - Numéro 4

Capacités de stockage et d`épuration des sols de dispositifs enherbés vis-à-vis des produits phytosanitaires Deuxième partie : Propriétés de rétention de deux herbicides, l`isoproturon et le diflufénicanil dans différents sols de bandes enherbées | p 287-302
Auteurs :
I. Madrigal(1), P. Benoit(1), E. Barriuso(1), V. Etiévant(1), C. Souiller(2), B. Réal(3) et A. Dutertre(3)
Adresse :
(1) INRA, UMR INRA/INAPG Environnement et Grandes Cultures, BP 01, 78850 Thiverval-Grignon
(2) Cemagref, Unité de Recherche Qualité de l`Eau et Prévention des Pollutions, Groupement de Lyon,
34 Bis, Quai Chauveau, 69336 Lyon Cédex 09
(3) ITCF, Service Techniques de Production, 80200 Estrées-Mons / Ferme expérimentale de la Jaillère,
44370 La Chapelle Saint-Sauveur
Résumé :
Les dispositifs enherbés peuvent réduire de façon efficace les pertes en pesticides par ruissellement et érosion hors des parcelles agricoles. Un premier article (Souiller et al., 2002) fait état des résultats acquis sur le fonctionnement hydrologique et les bilans de transfert de pesticides lors d`expérimentations de simulation de ruissellement sur un dispositif enherbé installé sur le site ITCF de La Jaillière. Dans ce second article, nous présentons des expérimentations en laboratoire visant à décrire et à caractériser la rétention de deux herbicides, l`isoproturon et le diflufénicanil, dans trois dispositifs enherbés implantés par l`ITCF. Le dispositif de La Jaillière est comparé à deux autres dispositifs enherbés, différant par leurs caractéristiques pédologiques et par l`âge de l`enherbement. Quel que soit le contexte pédologique considéré (Brunisols et Calcisols), nous mettons en évidence que l`implantation d`un dispositif enherbé conduit systématiquement à accroître les capacités de rétention des herbicides en particulier dans les premiers centimètres du sol. Ceci est expliqué par l`accroissement des teneurs en matières organiques, la forme et la plus grande accessibilité de ces matières organiques dans les horizons superficiels des sols enherbés. Cet effet de l`enherbement est observé quel que soit l`âge des dispositifs considérés.

2001 - Volume 8 - Numéro 1

Estimation des quantités de matière organique exogène nécessaires pour restaurer et entretenir les sols limoneux français à un niveau organique donné | p 47-63
Auteurs :
M. Le Villio(1), D. Arrouays(2), W. Deslais(2), J. Daroussin(3), Y. Le Bissonnais(3) et D. Clergeot(1)
Adresse :
(1) CReeD, Zone Portuaire de Limay, 291 Avenue Dreyfous Ducas, 78520 Limay
(2) Unité Infosol, INRA Orléans, 45160 Ardon
(3) Unité de Science du Sol, INRA Orléans, 45160 Ardon
Résumé :
Les phénomènes de dégradation physique des sols que sont la battance et l`érosion diffuse se multiplient en France. Pour les sols de texture limoneuse, la diminution du taux de matière organique à des teneurs inférieures à 2 ou 3 %, souvent observée dans les sols cultivés au cours des dernières décennies est un des paramètres déterminants de cette dégradation.
Face à ce constat, nous avons cherché à chiffrer les quantités de matière organique exogène qu`il serait nécessaire d`apporter pour relever, à un niveau donné, les taux de matière organique des sols sensibles aux phénomènes de battance et d`érosion.
Nous avons réalisé cette estimation pour différents seuils de teneurs en carbone compris entre 1 et 1,5 % et comparé localement, les quantités calculées aux quantités de matière organique exogène disponibles. Parmi celles-ci, les fumiers et les composts d`origine urbaine représentent les sources les plus importantes.
Les premiers résultats font apparaître des déficits de l`offre locale en matière organique exogène, notamment en Picardie, Aquitaine, Ile-de-France, Nord-Pas-De-Calais et Midi-Pyrénées.
Les tests réalisés montrent par ailleurs que les prédictions sont très sensibles, d`une part aux seuils visés et d`autre part à la calibration du modèle (valeurs des coefficients de minéralisation K2).
Évaluation du déficit en matière organique des sols français et des besoins potentiel en amendements organiques | p 65-81
Auteurs :
O. Roussel, E. Bourmeau et Ch. Walter
Adresse :
(1) ORVAL, 169 avenue Georges Clémenceau, F- 92 735 Nanterre CEDEX
(2) UMR Sol, Agronomie, Spatialisation, ENSA-INRA, 65 rue de Saint-Brieuc, F-35 042 Rennes
Résumé :
Le premier objectif de cette étude est de fournir un ordre de grandeur de l`étendue et de la localisation des surfaces que l`on peut juger déficitaires en matière organique.
L`état des lieux présenté ici est basé sur l`utilisation des données issues d`une synthèse nationale des analyses de terre (Schvartz et al., 1997 ; Walter et al., 1997).
Ce déficit est estimé en fonction de l`abaque de Rémy et Marin-Laflèche (1974) qui indique un taux en matière organique souhaitable en fonction de la texture du sol. Par cette méthode, nous estimons les surfaces déficitaires en matière organique comprises entre 6 à 7,7 millions d`hectares de terres arables, sur 19,5 millions d`hectares nationaux. Elles se situent principalement dans le Bassin Parisien, le Centre, le Nord, la Haute Normandie, l`Aquitaine, Midi-Pyrénées, les Haut et Bas Rhin. Le pourtour Méditerranéen et la Vallée du Rhône apparaissent relativement déficitaires mais ces résultats demandent confirmation (Base de données lacunaire sur ces zones et modèles peu adaptés à ces régions).
Une estimation des quantités d`amendements organiques nécessaires à un redressement de 10 % (sur 10 ans d`apports) du taux de matière organique sur les surfaces déficitaires a requis la mise en oeuvre de modèles simples d`évolution de la matière organique dans les sols : modèles de Hénin-Dupuis (1945) et Andriulo et al., (1999). Les résultats indiquent que 3,7 à 5,5 millions de tonnes de matière organique humifiée seraient nécessaires à ce redressement.

2001 - Volume 8 - Numéro 4

Impact de l`intensification agricole sur le statut de la matière organique des sols en zones irriguées semi-arides au Maroc | p 269-277
Auteurs :
F. Namam(1), B. Soudi(2) et C. Chiang(3)
Adresse :
(1) Auteur correspondant
Université Chouaïb Doukkali, Faculté des Sciences, Département de Biologie, B.P.20, Km 1,
Route Ben Maâchou, 24000, El Jadida, Maroc.
(2) Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Département des Sciences du sol, Rabat, Maroc
(3) Université Catholique de Louvain, Unité de microbiologie. Louvain la Neuve, Belgique.
Résumé :
Cette étude a été conduite sur des sols à caractères contrastés et représentatifs du périmètre irrigué des Doukkala. Elle consiste à évaluer les causes de diminution de la matière organique des sols sous intensification agricole. Ces pertes ont été identifiées suite à la détermination des teneurs en matière organique et de sa composante azotée dans des situations contrastées du point de vue du type de sol et de la durée de mise en eau. Les résultats trouvés montrent une perte moyenne en matière organique de 48 % pour une durée de mise en eau de 30 ans. Les pertes pour l`azote total et l`azote hydrolysable sont de l`ordre de 13 % et 40 % respectivement, ceci pour une période de mise en eau de 5 ans, et s`élèvent à 47 % et 69 % de l`azote total et de l`azote hydrolysable pour une période de 30 ans. La totalité de la perte en azote total est sous forme hydrolysable. Quant au type de sol, les pertes en matière organique et en azote se sont avérées plus élevées dans les sols fersiallitiques.

Les quantités de sols collés sur les pivots de la betterave à sucre est aussi une autre voie de perte de la matière organique. Cette perte est d`autant plus importante que la teneur en argile du sol est importante. Les résultats trouvés montrent une perte moyenne annuelle de 30 kg de matière organique de sol par hectare dans le périmètre irrigué des Doukkala.

2000 - Volume 7 - Numéro 1

lnfluence d`une fertilisation organique et de la solarisation sur la productivité maraîchère et les propriétés d`un sol sableux sous abri | p 73-81
Auteurs :
L. Thuriès(1, 4, 5), A. Arrufat(2), M. Dubois(3), C. Feller(1), P. Herrmann(4), M.-C. Larré-Larrouy(1), C. Martin(3), M. Pansu(1), J.-C. Rémy(4) et M. Viel(5)
Adresse :
(1) IRD (ex ORSTOM), Laborato¡re d`Etude du Comportement des Sols Cultivés, BP 5045, 34032 Montpellier Cedex 1
(2) C¡vambio Languedoc Roussillon, avenue de Grande Bretagne 66000 Perpignan
(3) Agriphyto Méditerranée, 19 avenue de Grande Bretagne 66025 Perpignan
(4) INRA-ENSAM, Unité de Science du Sol, 2 place P. Viala 34060 Montpellier Cedex 1
(5) Phalippou-Frayssinet S.A., fertilisants organiques, BP 42, 8127O Labastide-Rouairoux
Résumé :
Un dispos¡tif suivi sur cjnq ans, dans le sud de la France, a permis de tester les effets de l`apport d`un amendement organique commercial à base végétale (env 7 t MO ha-1.an-1) et de la solar¡sation sur la productivité végétale (laitue, melon) sous abri, le statut organique et diverses autres propriétés du sol.
La fertilisat¡on organique (amendement et engrais) n`a pas d`effet significatif sur la productjvité de la laitue, mais semble exercer un effet positlf sur le melon. La solarisation, appliquée avant les cultures de laitue, exerce un effet positif et significatif sur la productivité de cette plante, mais aucun arrière-effet n`est décelable sur la culture suivante de melon. La solarisation (combinée ou non à la fert¡lisation organique) a révélé sa grande efficac¡té, à court terme, dans la lutte contre certains pathogènes telluriques comme Sclerotinia spp,.
Concernant les propr¡étés édaphiques, la fertilisation organique (engrais + amendement) conduit à des augmentations sign¡ficatives des teneurs et stocks en C et N du sol (0-20 cm), mais la solarisation semble entraîner une diminution des teneurs en N. Cette augmentation des teneurs en C conduit à une diminution de la densité apparente, et à une augmentation de la porosité, des cations échangeables, de la capacité d`échange cationique, du phosphore total, et du point de flétrissement permanent, mais aucune variation significative n`est notée pour la capacité au champ, les pH-eau et-Kcl, l`ind¡ce de stabilité de l`agrégation et l`indice de dispersion.

1999 - Volume 6 - Numéro 4

Le maintien de la fertilité des sols forestiers landais dans le cadre de la sylviculture intensive du pin maritime - Revue bibliographique et identification des pistes de recherches | p 197-216
Auteurs :
P. Trichet(1), Cl. Jolivet(2), D. Arrouays(2), D. Loustau(1), D Bert(3) et J. Ranger(4)
Adresse :
(1) INRA, Laboratoire d`Ecophysiologie et Nutrition, Domaine de l`Hermitage, 33610 Cestas.
(2) INRA, Unité de Science du Sol, SESCPF, Av de la Pomme de Pin, 45160 Ardon.
(3) INRA, Laboratoire de Croissance et Production, Domaine de l`Hermitage, 33610 Cestas.
(4) INRA, Equipe Cycles Biogéochimiques, Centre de Recherches de Nancy, 54280 Champenoux.
Résumé :
Les sols du massif forestier des Landes de Gascogne sont des sols sableux podzolisés caractérisés par une forte acidité, une pauvreté en ressources minérales assimilables, fortement liée à la faible capacité de rétention de leur complexe adsorbant, la présence d`un alios plus ou moins induré et superficiel et d`une nappe phréatique atteignant la surface en hiver en lande humide. La végétation, le développement du profil et les stocks de matière organique dépendent étroitement du niveau de la nappe phréatique dont l`amplitude de battement varie en fonction du micro-relief. Le manque de connaissances sur la matière organique du sol, qui est une clef de compréhension de l`évolution de la fertilité, rend difficile l`établissement d`un diagnostic fiable sur le maintien de la fertilité azotée des sols landais. De plus, le non renouvellement de la ressource azotée par fertilisation, laisse entrevoir un appauvrissement progressif des réserves à chaque rotation. Pour le phosphore, la fertilisation des peuplements à chaque rotation maintient en équilibre la faible fertilité phosphatée des sols landais. Le potassium, et le magnésium, ne sont pas apportés par fertilisation. Le calcium est apporté à des niveaux variables comme élément constitutif des engrais phosphatés. Le faible niveau de connaissances sur leur cycle biogéochimique ne permet pas de conclure sur le caractère durable de la disponibilité de ces éléments dans les sols landais. De toutes les modifications probables de l`itinéraire technique sylvicole du Pin maritime, le raccourcissement des révolutions est sans doute le point le plus délicat à prendre en compte dans le raisonnement du maintien de la fertilité des sols landais, en raison de l`augmentation de la fréquence des prélèvements minéraux et organiques et des perturbations du sol occasionnées à chaque coupe rase.

1998 - Volume 5 - Numéro 1

Estimation des propriétés de rétention en eau des sols à l`aide de fonctions de pédotransfert (FPT) - Une analyse bibliographique | p 7-28
Auteurs :
G. Bastet, A. Bruand, P. Quétin et I. Cousin
Adresse :
INRA, Unité de Science du Sol - SESCPF. Centre de Recherche d`Orléans, Domaine de Limère, F 45160 Ardon.
Résumé :
L`étude des flux d`eau et de solutés dans les sols à l`échelle d`unité de paysage se heurte à de nombreuses difficultés dont celles relatives à une connaissance insuffisante des propriétés de rétention en eau des sols. Des outils d`estimation de ces propriétés ont par conséquent été développés. Cette analyse bibliographique présente les études ayant porté sur l`estimation des propriétés de rétention en eau à l`aide de fonctions de pédotransfert (FPT). Celles-ci ont la forme de relations mathématiques entre une propriété ou un comportement du sol et des caractéristiques de constitution de ce sol. Les travaux ayant concerné les fonctions de pédotransfert peuvent être regroupés en deux grands ensembles selon que l`on estime de façon ponctuelle ou continue les quantités d`eau retenues en fonction du potentiel matriciel. Dans le premier ensemble, les FPT permettent d`estimer la teneur en eau à des valeurs particulières de potentiel matriciel (h), en fonction de caractéristiques des sols. Des FPT ont été développées pour un nombre variable de valeurs de h pouvant aller jusqu`à 12 et variant dans ce cas de -40 à - 15 000 hPa. Dans le second ensemble de travaux, des modèles que l`on peut regrouper en deux sous-ensembles sont utilisés pour décrire l`évolution continue de h en fonction de la teneur en eau (θ). Le premier sous-ensemble est constitué par des modèles utilisant une ou plusieurs relations mathématiques paramétrées, lesquelles permettent de décrire mathématiquement au mieux l`évolution conjointe de h et de θ. Dans ce cas les FPT permettent d`estimer les paramètres de ces relations. Les modèles du second sousensemble sont en revanche basés sur des hypothèses reliant la distribution de taille et l`arrangement des particules élémentaires à la géométrie des pores. Dans ce cas, les modèles peuvent le plus souvent être assimilés à des FPT puisqu`ils intègrent dans leur expression mathématique des caractéristiques de la constitution du sol.
Suivant les études, les FPT ont nécessité, pour leur établissement, un nombre d`horizons très variable, mais aussi d`origine et de nature très différentes. De telles différences ont des conséquences importantes sur le mode d`utilisation et sur la qualité des estimations que l`on obtient avec les FPT. Plusieurs auteurs ont d`ailleurs cherché ces dernières années à évaluer l`efficacité d`un certain nombre de FPT en les utilisant pour des sols provenant des Etats-Unis ou d`Allemagne. Les résultats montrent de grandes disparités dans la qualité des estimations. Enfin, face à la complexité sans cesse croissante des FPT, cette analyse bibliographique montre qu`il est possible d`améliorer et de simplifier l`estimation des propriétés de rétention en eau en faisant appel à des critères pédologiques pour établir des règles de stratification préalablement à l`établissement de FPT.

1998 - Volume 5 - Numéro 2

Décomposition d`une poudrette de fumier incorporée dans un sol sableux de versant et un sol argilo-limoneux de bas-fond en milieu soudano-sahelien (Burkina Faso) | p 83-92
Auteurs :
B. Bacyé(1), R. Moreau(2) et C. Feller(2)
Adresse :
(1) Institut du Développement Rural BP 1091 Bobo-Dioulasso, Burkina Faso
(2) Centre ORSTOM 911, Avenue Agropolis 34032 Montpellier, France
Résumé :
La décomposition de la matière organique (MO) a été étudiée dans les conditions d`un sol ferrugineux sableux de mi-pente et d`un sol hydromorphe argilo-limoneux de bas-fond à travers une incubation au champ avec de la poudrette de fumier, durant deux saisons de culture. En l`absence de la poudrette de fumier l`évolution des teneurs en carbone (C) et azote (N) totaux des deux sols, préalablement sous culture continue, est faible et les pertes sont proportionnelles aux teneurs en MO du sol. Par contre, les teneurs en C des sols amendés, évoluent deux fois plus rapidement dans les conditions du sol sableux de versant que celles du sol de bas-fond, les constantes de vitesse de perte k étant respectivement de 0,033 et 0,015 % de C par jour. Mais à l`échelle de 2 saisons de culture, les pertes cumulées sont comparables dans les deux sols. L`accroissement des teneurs en C dû à l`apport de la poudrette de fumier est du même ordre de grandeur dans les deux situations ; il concerne surtout le compartiment ` débris végétaux ` (fraction > 50 μm) dont la biodégradation est relativement rapide. Pour l`entretien du stock organique, l`importance devrait être accordée à la nature de l`amendement et à la répétition des apports.

1998 - Volume 5 - Numéro 3

Note historique : Un fractionnement granulométrique de la matière organique des sols en 1874 | p 195-200
Auteurs :
C. Feller
Adresse :
Laboratorio Biogeoquimica do Solo, CENA-USP/ ORSTOM, CP 96, 13400-970 Piracicaba (SP), Brazil
Résumé :
Depuis les vingt dernières années, des travaux de plus en plus nombreux mettent en oeuvre des fractionnements granulométriques et/ou densimétriques pour caractériser différents compartiments organiques des sols. Toutefois, à la différence des approches de type chimique ou biologique de la matière organique (MO) des sols, il ne semble pas exister d`étude historique exhaustive sur ce sujet. Pourtant, dés 1874, Schloesing publie, dans de bonnes conditions expérimentales et avec esprit critique, un fractionnement granulométrique de la MO des sols en vue de préciser son rôle dans la stabilité de l`agrégation des solsarables. Nous relatons ici ce travail.
Schloesing s`interroge sur la répartition de la MO du sol entre le sable et l`argile. Il distingue cinq fractions qu`il nomme : ` gros sable `, ` sable fin `, ` écaille ` (fraction légère à la surface des ` sables fins ` et se détachant en ` écailles ` après séchage), et ` deux dépôts d`argile `. Les résultats sont présentés en trois tableaux avec les bilans pondéraux (99,9 %), les teneurs en carbone et azote par gramme de fraction, et par gramme du sol, et la composition minérale de trois des fractions. Une des conclusions de Schloesing est que : ` l`argile contient 6,9 % de matière organique ; c`est assez pour qu`elle soit réellement modifiée dans sa manière d`agir comme ciment `.
Ce travail pourrait être publié de nos jours.

the best online casinos