Login

Association Française pour l'Étude du Sol

Ardon, Orléans Cedex 2, France

1x2 gaming slots for free https://onlineslots.money/games/1x2-gaming/

Revue “Étude et Gestion des Sols”

Étude et Gestion des Sols (EGS) publie des articles en français. Sa vocation première est d'être un lieu d'échange et de transfert en ce qui concerne la science du sol appliquée. Les articles sont soumis à une procédure de relecture critique par des pairs. EGS publie des résultats originaux, des synthèses et des revues bibliographiques, ainsi que des notes techniques et historiques. EGS publie également des numéros ou des dossiers thématiques.
EGS peut aussi publier des articles brefs d'opinion scientifique, contribuant à l'avancée des réflexions sur notre champ d'étude et de recherche.

EGS est désormais (depuis le 1er janvier 2013) entièrement électronique, avec accès libre et gratuit (accès en bas de cette page).
Les nouveaux articles sont publiés dès qu'acceptés et mis en forme, sous la forme de fichiers .pdf. Leur publication est annoncée au fur et à mesure sur notre "liste de diffusion".
Les autres articles antérieurs à 2013 sont également tous téléchargeables.


Télécharger les instructions aux auteurs


NB: Lorsque vous faites une recherche dans les archives d'EGS (ci-dessous), les résultats sont affichés par volumes (il faut donc cliquer sur chaque volume pour y accéder).

Introduction à la revue EGS et comité éditorial

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Céline Collin Bellier (présidente de l'Afes)
RÉDACTEUR EN CHEF : Dominique Arrouays
RÉDACTEURS EN CHEF ADJOINTS : Denis Baize, Dominique Schwartz
SECRÉTARIAT DE RÉDACTION : Florence Héliès, Cédric Laveuf, Jean-Pierre Rossignol

Adresse :
AFES, INRA, Centre de recherches d'Orléans
2163, avenue de la Pomme de Pin, CS 40001, Ardon
F-45075 Orléans Cedex 02, France

Contact Donimique Arrouays

COMITÉ ÉDITORIAL :
D. Angers Agric. Agroalim. Canada, Sainte Foy, Canada
M. Badraoui I.A.V. Hassan II, Rabat, Maroc
W. Blum Univ. Vienne, Autriche
L. Bock Faculté Agronomique de Gembloux, Belgique
A. Bruand ISTO, Université d'Orléans
C. Cheverry ENSA, Rennes
J.L. Chotte IRD, Montpellier
S. Deckers Université de Leuven, Belgique
A. Delaunois Chambre d'Agriculture du Tarn, Albi
B. Delvaux Université de Louvain la Neuve, Belgique
C. Feller IRD, Montpellier
P. Faivre Université de Savoie, Chambéry
N. Filippi EC JRC Ispra, Italie
E. Frossard Institut Fédéral de Technologie, Zurich, Suisse
J.C. Germon INRA, Dijon
M.C. Girard Académie d'Agriculture, Paris
J.M. Gobat Université de Neuchâtel, Suisse
A. Halitim Université de Batna, Algérie
B. Jabiol ENGREF, Nancy
J.L. Julien Laboratoire Départemental de l'Aisne
J.P. Legros AFES, Montpellier
F.‑Macias Vasquez Univ. St-Jacques de Compostelle, Espagne
C. Mathieu Acad. des Sciences d'Outre-Mer, Paris
J.P. Montoroi I.R.D., Bondy
R. Moreau I.R.D., Montpellier
J.L. Morel ENSAIA, Nancy
S. Recous INRA, Laon
G. Richard INRA, Orléans
C. Schvartz ISA, Lille
T. Sterckeman INRA - ENSAIA, Nancy
E. Van Ranst Université de Gand, Belgique
C. Walter Agrocampus Ouest, Rennes

...

EGS Instructions aux auteurs

1/ EGS est une revue de l'Association Française pour l'Étude du Sol.

2/ La publication est gratuite. Les articles ne devront, en règle générale, pas excéder 15 pages imprimées (résumés, figures, tableaux, bibliographie
compris). Une page pleine de la revue équivaut à environ 4 000 signes, espaces non compris. Pour certains articles, quelques pages supplémentaires
pourront être acceptées.

3/ Le manuscrit doit être saisi sous traitement de texte, sur format 21 x 29,7 cm. Le texte sera fourni sur support électronique (fichier attaché à un courrier électronique ou CD-Rom), de préférence format Word (DOC ou docx) en double interligne. Les lignes doivent être numérotées de 1 à n du début à la fin du document. Les figures en haute résolution (formats pict, eps, tif, png ou jpg en haute définition ou fichier Excel) et les tableaux originaux (de préférence accompagnés du fichier Excel) doivent être joints.

4/ Les textes sont publiés en français. Un 'résumé étendu' en anglais ('extended summary ') précède le texte avec quelques ' Key words '. Il renvoie aux principaux tableaux et figures. Un résumé en français (30 lignes maximum), et quelques mots clés, qui servent à l'indexation, accompagnent aussi le texte. Les résumés présentent clairement le problème étudié, les méthodes utilisées et les conclusions auxquelles on est arrivé. Key words et mots clés doivent être utilisables dans une interrogation de bases de données. Une traduction en espagnol du résumé français est souhaitée. Elle peut être prise en charge par le secrétariat de rédaction. Le secrétariat de rédaction peut également proposer des améliorations en ce qui concerne la rédaction en français.

5/ La page de garde comportera :
a* le titre de la communication ;
b* les noms et prénoms du ou des auteurs ;
c* l'institution à laquelle il(s) appartien(nen)t et les adresses complètes ;
d* l'adresse électronique de l'auteur à qui adresser les correspondances.

L'auteur donnera un titre courant de moins de quarante caractères, ainsi que le titre en anglais.

6/ Les figures et les tableaux seront réduits par les responsables de la revue à la dimension qu'ils estimeront souhaitable. Les titres des tableaux et figures partie entière des nombres sera séparée de la partie décimale par une virgule. Les photographies doivent être contrastées, une échelle donnée sur chaque document. Les illustrations en couleurs seront acceptées uniquement si elles sont indispensables.

7/ Les références bibliographiques citées dans l'article sont reprises en fin de texte, par ordre alphabétique. Les noms des auteurs cités dans le texte seront écrits en caractères minuscules : (Dupont, 2009 ; Dubois et Duchemin, 2009 ;Duchamp et al., 2009) .
La bibliographie sera présentée par ordre alphabétique sur le modèle suivant :

Joseph K.T., 1977 - Clamatrops - Proceedings of the conference on classification and management of tropical soils, Kuala Lumpur, Malaysia, 15to 20 August 1977.
Liang L., Hoffmann A. et Gu B., 2000 - Ligand-induced dissolution and releaseof ferrihydrite colloids. Geochim. Cosmochim. Acta, 64, 12, pp. 2027-2037.


8/ Les manuscrits doivent être envoyés par courriel à Dominique.Arrouays@orleans.inra.fr ou par courrier postal à Dominique Arrouays, AFES - INRA Orléans, Avenue de la Pomme de Pin, CS 40001, Ardon 45075 Orléans cedex 02, France. Les auteurs préciseront leur adresse électronique et leur numéro de téléphone.

9/ Les auteurs peuvent proposer une liste restreinte d'experts susceptibles de relire le manuscrit. Ils peuvent également, en cas de concurrence ou de conflit d'intérêt, signaler des experts qu'ils ne souhaitent pas. Chaque manuscrit est envoyé à deux lecteurs qui remplissent une fiche de lecture. Cette expertise est en principe anonyme, sauf lorsqu'un expert accepte de communiquer son nom aux auteurs. Les deux fiches de lecture et commentaires éventuels sont renvoyés à l'auteur avec une décision de la rédaction : article rejeté, à reécrire entièrement, à modifier en profondeur, à modifier légèrement, accepté.

10/ Lorsque l'article n'a pas été rejeté et que l'auteur a retourné son manuscrit corrigé en tenant compte des avis des lecteurs, le nouveau manuscrit est relu par ses lecteurs initiaux, ainsi que par les responsables de la rédaction qui peuvent proposer d'éventuelles modifications et une mise en forme améliorée des figures et tableaux.

11/ Lorsque l'auteur a donné son accord sur les modifications et effectué tous les travaux correspondants, le texte est accepté pour publication.

12/ Une épreuve du texte est ultérieurement envoyée à l'auteur qui a présenté le manuscrit. L'épreuve corrigée doit être retournée dans la semaine suivante, avec l'accord pour payer les pages supplémentaires si c'est le cas. Dès que sa mise en forme définitive est réalisée, l’article est immédiatement publié sous forme d’un fichier .pdf téléchargeable librement et gratuitement sur le site de l’AFES.

13/ Le Comité de rédaction de EGS se réserve le droit d'adapter ou de modifier la disposition du texte original et de prendre toutes les décisions non explicitement mentionnées dans ce règlement.

14/ Les articles proposés à EGS doivent être originaux ; tout manuscrit déjà publié en partie doit être explicitement signalé comme tel au début du processus de sélection. L'utilisation ultérieure des documents publiés dans EGS par d'autres que les auteurs est soumise à une autorisation écrite des auteurs et de la revue. Une référence claire devra toujours en mentionner la source.

15/ Les textes publiés dans EGS n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

16/ Toute correspondance doit être adressée au rédacteur en chef :
D.Arrouays, AFES,
INRA d'Orléans
2163 avenue de la Pomme de Pin
CS 40001, Ardon, 45075 Orléans Cedex 02 France
Contact Donimique Arrouays
sup
Recherche : 25 articles sur 22 numéros
Articles de la revue choisie

2014 - Volume 21 - Numéro 1

Evaluation des stocks de carbone organique des sols cultivés de France | p 7-23
Auteurs :
V. Tosser, T. Eglin, M. Bardy, A. Besson, M. Martin
Résumé :
Le stockage de Carbone Organique du Sol (COS) est un sujet de prime importance dans les négociations internationales visant à lutter contre le changement climatique au travers d’une réduction d’émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). Actuellement, les variations de COS sur les terres sans changement d’affectation, qui sont majoritairement causées par l’évolution des modes de gestion, ne sont pas prises en compte dans les inventaires français d’émissions et absorptions de Gaz à Effet de Serre (GES). Pour pallier ce manque, les lignes directrices du Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC), proposent trois méthodes, de complexités différentes.
L’objectif de ce travail est d’étudier dans quelle mesure il est possible d’appliquer la méthodologie de Tier 1 des lignes directrices du GIEC (basée sur les facteurs d’émissions), aux sites du Réseau de Mesure de la Qualité des Sols (RMQS), sur une période passée, entre 1990 et 2010, et de façon prospective sur la période 2010-2030. Ce travail repose sur la constitution de séries temporelles d’évolution des pratiques culturales (travail du sol et niveau d’intrants organiques). Pour la période 1990-2010, elles s’appuient sur les données des enquêtes Pratiques Culturales, et pour la période 2010-2030 sur les scénarios d’évolution de l’agriculture de l’étude « Agriculture et Facteur 4 ».
La méthodologie de Tier montre une augmentation du stock de COS de 0,92 tC/ha entre 1990 et 2010, alors que le stockage de COS est compris entre 2,95 et 3,85 tC/ha entre 2010 et 2030.

2013 - Volume 20 - Numéro 3

La protection et la gestion durable des sols face au droit | p 39-62
Auteurs :
J.-P. Plavinet, Y. Coquet
Résumé :
La protection quantitative et qualitative des sols agricoles et forestiers est plus que jamais à l’ordre du jour en tant qu’enjeu international : la prise de conscience de la multifonctionnalité de ces sols, biens rares, susceptibles de disparaître et non aisément reproductibles, a progressé, et l’état du droit en porte témoignage. L’Union européenne et son exigence d’un haut niveau de protection de l’environnement a multiplié les dispositifs juridiques de protection des sols, mais une proposition de directive-cadre sur les sols en date de 2006 est sans suite sept ans plus tard. Cette contribution vise à exposer l'ensemble des mécanismes juridiques relatifs au sol en droit français ainsi que les enjeux juridiques autour de ce blocage à l’attention des scientifiques et professionnels dont l’activité est centrée sur le sol dans les milieux naturels.

2012 - Volume 19 - Numéro 3

Evolution des teneurs en carbone organique dans l'horizon de surface des sols cultivés en Alsace : Analyse à partir de la Base de Données de Analyses de Terre | p 179-192
Auteurs :
C. Swiderski, N.P.A. Saby, J.P. Party, J. Sauter, R. Köller, P. Vandijk, B. Lemercier, D. Arrouays
Résumé :
La Base de Données des Analyses de Terre (BDAT) regroupe les résultats d’analyses d'horizons de surface des sols de parcelles agricoles effectuées à la demande des agriculteurs sur l’ensemble du territoire national par les laboratoires agréés par le Ministère en charge de l’agriculture. Les données sont identifiées par le lieu et la date de prélèvement. La base de données permet de suivre la variabilité des caractéristiques de l’horizon de surface des sols cultivés et leur évolution au cours du temps.
Les enjeux agronomiques et environnementaux concernant la matière organique sont majeurs, mais l’évolution de sa teneur dans les sols à l’échelle nationale ou régionale reste encore peu renseignée. L’objectif de ce travail est de mettre en évidence et de quantifier les évolutions temporelles des teneurs en carbone organique dans les sols à partir des 47794 données disponibles dans la BDAT, à l’échelle de la région Alsace, sur une période s’étalant de 1990 à 2009. Des synthèses cartographiques et des statistiques menées sur les données brutes et les données agrégées au niveau cantonal ont permis de mettre en évidence une évolution significative des teneurs en carbone organique pour 28% des cantons (dont 18,5% en diminution). Une procédure de ré-échantillonnage a été mise en place afin de réduire le biais inhérent à la méthode de collecte des analyses.
La BDAT est une source d’informations peu coûteuse et facilement mobilisable. La poursuite de la collecte permettra d’avoir plus de recul et de confirmer ou d’infirmer les tendances d’ores et déjà observées. Une piste d’amélioration consisterait en un géoréférencement plus précis des échantillons prélevés afin de pouvoir relier plus aisément les données de la BDAT avec d’autres données du dispositif du Gis Sol (RMQS, BDETM) ou des données sur les facteurs de la pédogenèse.

2012 - Volume 19 - Numéro 4

Les interactions bio-organo-argileuses et la stabilisation du carbone dans les sols. Aperçu historique | p 235-248
Auteurs :
C. Feller, C. Chenu
Résumé :
La perception que les argiles du sol pourraient protéger la matière organique (MO), ou au moins modifier les propriétés des argiles, est déjà émise au cours du XIXème siècle. On aboutira ainsi, en France, vers 1930 au concept de complexe argilo-humique. Mais c’est dans la deuxième moitié du XXème siècle que des recherches morphologiques et quantitatives se développent pour préciser la nature et les propriétés des associations organo-argileuses. L’incidence du « biologique » conduisant à l’étude d’interactions bio-organo-argileuses sera prise en compte surtout à partir des années 1980. C’est l’évolution de ces connaissances du début du XIXème siècle à nos jours qui est relatée ici en insistant sur la vision actuelle des processus permettant la stabilisation de carbone dans le sol.

2011 - Volume 18 - Numéro 4

Une analyse des facteurs de contrôle de la distribution des teneurs en carbone des horizons superficiels des sols de Corse | p 259-269
Auteurs :
Y. Grosset, A.C. Richer de Forges, J. Demartini, N.P.A. Saby, M. P. Martin, J. Meersmans, D. Arrouays

2010 - Volume 17 - Numéro 2

Stockage de carbone dans les sols sous systèmes de culture en semis direct sous couvert végétal (SCV) dans différents contextes pédoclimatiques à Madagascar | p
Auteurs :
T. Razafimbelo, A. Albrecht, , C. Feller , H. Ravelojaona, , N. Moussa , C. Razanamparany, C. Rakotoarinivo, H. Razafintsalama, R. Michellon, K. Naudin et L. Rabeharisoa

2009 - Volume 16 - Numéro 1

Estimation des stocks de carbone dans les sols de Madagascar | p 23-34
Auteurs :
C. Grinand, A. Rajaonarivo, M. Bernoux, V. Pajot, M. Brossard, T. Razafimbelo, A. Albrecht et H. Le Martret
Effet des systèmes de semis direct sous couverture végétale (SCV) sur le stockage de carbone et la macrofaune d`un Sol ferrallitique (Cerrados, Brésil) | p 35-46
Auteurs :
E. Blanchart, M. Bernoux, M. Siqueira Neto, C.C. Cerri, M. Piccolo, J.M. Douzet, E. Scopel et C. Feller

2008 - Volume 15 - Numéro 3

Evolution du pH et de la CEC de sols du Nord de la France en fonction des doses de chaulage (CaCO3) - Influence du carbone organique | p 161-170
Auteurs :
H. Ciesielski(1), T. Sterckeman(2), J.-Y. Baliteau(3), G. Caria(1), V. Goutiers(1) et J.-P. Willery(1)
Adresse :
1) INRA Laboratoire d`Analyses des Sols, 273, rue de Cambrai, 62000 Arras
2) INPL (ENSAIA)/INRA Laboratoire Sols et Environnement, 2, avenue de la Forêt de Haye, 54505 Vandoeuvre-lès-Nancy
3) Laboratoire SADEF, rue de la station, 68700 Aspach-le- Bas.
Résumé :
L`évolution du statut acido-basique de 35 sols agricoles du Nord de la France consécutive à des apports de carbonate de calcium a été étudiée. Les données utilisées proviennent d`essais réalisés en laboratoire et de mesures effectuées après une période d`incubation de deux mois.
On montre que la détermination du carbone minéral solubilisé dans des extraits de sol en présence d`oxalate d`ammonium permet de détecter de faibles quantités de carbonate de calcium, inaccessibles aux méthodes de détermination volumétriques classiques à moins d`aménagements drastiques.
Tant que la phase calcaire n`est pas en excès, l`augmentation du pH est reliée aux quantités de carbonate de calcium apportées par une relation qui pour être applicable à l`ensemble des sols examinés, ne fait intervenir que leurs seules teneurs en carbone organique selon :
pH = pH0 + (10/[C]).[CaCO3]ajouté.
Une autre relation est mise en évidence pour décrire les variations de la capacité d`échange cationique (CEC) en fonction de celles du pH. Elle conduit à un modèle proche de celui proposé précédemment pour estimer les quantités de carbonate de calcium nécessaires pour amener le pH des types de sols étudiés à une valeur donnée.

2008 - Volume 15 - Numéro 4

Prédiction spatiale des teneurs en carbone organique des sols par spectroscopie de terrain visible-proche infrarouge et imagerie satellitale SPOT - Exemple au niveau d`un périmètre d`alimentation en eau potable en Beauce | p 213-224
Auteurs :
L. Berthier, J.-C.Pitres et E. Vaudour
Adresse :
UMR INRA/ Agro Paris Tech ` Environnement et Grandes Cultures `, Equipe Sol, Agro Paris Tech, Av. Lucien Brétignières, 78850 Thiverval-Grignon, France
Résumé :
La compréhension de la répartition spatiale du carbone organique (CO) est un enjeu environnemental majeur, en lien notamment avec l`évaluation des stocks de carbone ou le transfert des pesticides dans les sols. La télédétection permet le suivi de phénomènes environnementaux à l`échelle de vastes territoires, par l`intermédiaire des propriétés spectrales de surface, notamment liées à des propriétés de sols : cette étude se propose de relier la réflectance du sol à la teneur en CO et de spatialiser celle-ci à l`aide d`imagerie satellitale SPOT (Système Pour l`Observation de la Terre) au niveau d`un périmètre d`alimentation en eau potable en Beauce. Trois étapes composent ce travail : i) la teneur en CO est d`abord estimée à l`aide d`une régression des moindres carrés partiels (Partial Least Squares Regression, PLSR, en anglais) calculée sur 27 spectres de réflectance de terrain à 153 bandes dans le domaine visible-proche infrarouge (400-900 nm) ; ii) la teneur en CO est ensuite estimée à l`aide d`une PLSR basée sur les 3 bandes spectrales simulées du capteur Haute Résolution Visible (HRV) du satellite SPOT ; iii) cette dernière relation est appliquée aux pixels en sols nus d`une image SPOT radiométriquement corrigée en réflectance, ce qui résulte en une spatialisation de la teneur en CO. Un jeu de 22 sites et de 3 images SPOT a été utilisé pour valider ces estimations spatialisées des teneurs en CO. Par la PLSR basée sur 153 bandes des spectres de terrain (400-900 nm), le modèle de prédiction des teneurs en CO est performant, avec une valeur du coefficient de détermination R² élevée (0,82) et une erreur quadratique moyenne de validation croisée (RMSECV) faible, de 0,53 g.kg-1. Par la PLSR restreinte à 3 bandes SPOT simulées à partir des spectres de terrain, le modèle de prédiction des teneurs en CO est certes moins performant (R² =0,40 ; RMSECV = 0,99 g.kg-1) mais son application est possible : les valeurs prédites sur les images sont validées par des erreurs de validation (RMSEV) faibles, comprises entre 1,04 et 1,71 g.kg-1, tandis que l`indice RPD de validation le plus élevé atteint 1,57.

2006 - Volume 13 - Numéro 1

Caractérisation physico-chimique des sols à l`échelle d`une région naturelle à partir d`une compilation de données - Exemple des sols du massif forestier landais | p 7-22
Auteurs :
L. Augusto(1), V. Badeau(2), D. Arrouays(3), P. Trichet(4), J.L. Flot(5), C. Jolivet(3)L. Augusto(1), V. Badeau(2), D. Arrouays(3), P. Trichet(4), J.L. Flot(5), C. Jolivet(3) et D. Merzeau(6)
Adresse :
(1) I. N. R.A., UMR Transfert sol-plante et Cycle des éléments minéraux dans les écosystèmes cultivés. BP 81, 33883 Villenave d`Ornon Cedex, France.
(2) I. N. R.A., UMR Ecologie et Ecophysiologie Forestières. 54280 Champenoux Cedex, France.
(3) I. N. R.A., US InfoSol. Centre de Recherches d`Orléans, BP 20619, 45166 Olivet Cedex, France.
(4) I. N. R.A., UR Ecologie fonctionnelle et physique de l`environnement. 69, route d`Arcachon, 33612 Cestas Cedex, France.
(5) Département Santé des Forêts, Ministère Agriculture, DGFAR. 19 avenue du Maine, 75732 Paris Cedex 15, France.
(6) Institut pour le Développement Forestier - CPFA. Maison de la Forêt, 6 parvis des Chartrons, 33075 Bordeaux Cedex, France
Résumé :
Une compilation des données non publiées dans des revues à comité de lecture et concernant la physico-chimie des sols du massif forestier landais a été réalisée. Au total, ce sont des analyses provenant de 229 profils de sol qui ont été mises en base de données. Le traitement statistique de cette base a permis de mettre en évidence le rôle central de la teneur en carbone de ces sols sur leurs propriétés physico-chimiques (pH ; CEC ; stocks en nutriments). Ce comportement est principalement lié à la quasi absence de phase minérale réactive, ce qui confère alors aux matières organiques du sol l`essentiel des rôles d`échanges ioniques et de stockage de certains nutriments.
La composition des sols distingue assez nettement les régions forestières du massif (Dunes littorales ; Plateau Landais ; Bazadais). Au sein du plateau landais, il existe des différences dans la physico-chimie des sols en fonction de la typologie des stations, mais elles sont relativement peu marquées pour la majorité des variables (comme le C/N) par rapport aux résultats des études antérieures, géographiquement plus ponctuelles.
Ce travail met en évidence
i) la contribution potentiellement intéressante des données non publiées dans des revues à comité de lecture,
ii) la nécessité de vérifier et d`homogénéiser les données selon les différentes méthodologies employées.

2006 - Volume 13 - Numéro 2

Effet de différents systèmes de culture à couverture végétale sur le stockage du carbone dans un sol argileux des Hautes Terres de madagascar | p 113-128
Auteurs :
T.M. Razafimbelo(1), A. Albrecht(1), I. Basile(2), D. Borschneck(2), G. Bourgeon(3), C. Feller(4), H. Ferrer(1), R. Michellon(5),(6), N. Moussa(6), B. Muller(3), R. Oliver(3), C. Razanamparany(6), L. Seguy(3) et M. Swarc(7)
Adresse :
(1) IRD - UR 179 SeqBio, BP 64501, 34394 Montpellier Cedex 5, France
(2) CEREGE-CNRS-Université Paul Cezanne-Aix-Marseille III, Europôle Méditerranéen de l`Arbois, B.P. 80, 13545 Aix-en-Provence Cedex 4, France
(3) CIRAD - UPR Recyclage et risque, TA 40/01, Avenue Agropolis, 34398 Montpellier cedex 5, France
(4) IRD, Ambatoroka, BP 434, 101 Antananarivo, Madagascar
(5) CIRAD, Ampandrianomby, BP 853, 101 Antananarivo, Madagascar
(6) ONG TAFA, BP 266, 110 Antsirabe, Madagascar
(7) CIRAD - Laboratoire d`analyse, TA 40/01, Avenue Agropolis, 34398 Montpellier cedex 5, France
Résumé :
Stocker du carbone dans le sol permet d`améliorer ses propriétés physico-chimiques et de réduire les émissions de dioxyde de carbone vers l`atmosphère. L`effet des systèmes en semis direct avec couverture végétale (SCV) sur le stockage de C dans le sol est étudié sur un dispositif agronomique de longue durée (11 ans) à Antsirabe, Madagascar (16 °C, 1 300 mm). Quatre systèmes sont étudiés : un système en labour conventionnel avec exportation des résidus de récolte [CT m/s, rotation maïs (Zea mays L.)-soja (Glycine max. L.)], et trois systèmes en SCV sans travail du sol, et avec restitution des résidus de récolte [NT m/s, rotation maïs-soja ; NT m/m-d, rotation maïs-maïs avec une couverture végétale de Desmodium uncinatum ; et NT h/s-k, rotation haricot (Phaseolus vulgaris)-soja avec une couverture végétale de Pennissetum clandestinum]. Le sol est très argileux, à faible capacité d`échange cationique mais possédant des propriétés andiques pouvant influencer les potentialités de stockage du C du sol. A 0-5 cm, les teneurs en C sont plus élevées sous SCV (NT m/s, NT m/m-d et NT h/s) que sous labour (CT m/s), et à 5-10 cm, elles sont plus élevées sous NT m/m-d et NT m/s que sous NT h/s-k et CT m/s. Le stockage annuel de C, à masse de sol équivalente, est de 0,69 et 1,01 mg C.ha-1.an-1, sous NT m/s et NT m/m-d pour l`horizon équivalent à 0-20 cm, alors qu`il n`y a pas d`effet SCV observé pour l`horizon équivalent à 0-40 cm. Ceci peut être dû à la fois à l`absence réelle de stockage comme à une variabilité initiale des teneurs en C dans les horizons de profondeurs, car le labour n`est effectué que jusqu`à 20 cm de profondeur. Les différences de stockage de C entre NT et CT dans la couche 0-20 cm sont essentiellement attribuées aux quantités beaucoup plus importantes de résidus organiques restituées par les systèmes NT par rapport au système labouré CT, mais on peut aussi envisager qu`une partie de cette différence soit le fait d`une perte de C par érosion sous labour. Les teneurs en macroagrégats stables (MA, 200-2 000 μm) sont plus élevées sous NT m/s, NT h/s-k et NT m/m-d que sous CT m/s à 0-5 cm et à 5-10 cm. Cette teneur en MA est corrélée positivement (R = 0,408, p < 0,05, n = 24) avec la teneur en C du sol, ce qui pourrait induire (i) une amélioration de l`agrégation en fonction de l`augmentation de la teneur en C du sol et (ii) une protection du C se trouvant à l`intérieur de ces agrégats contre la minéralisation microbienne. Toutefois, la respirométrie ne montre pas une protection physique de C dans les sites de protection supérieurs à 200 μm pour NT m/s et CT m/s. Dans cette étude, le C stocké dans le sol pourrait alors être protégé contre la minéralisation par d`autres processus comme l`adsorption sur les colloïdes du sol ou la récalcitrance biochimique de la matière organique du sol.

2006 - Volume 13 - Numéro 3

Suivi des teneurs en carbone organique et en phosphore extractible dans les sols agricoles de trois régions françaises - Analyse à partir de la Base de Données des Analyses de Terre | p 165-180
Auteurs :
B. Lemercier(1), C. Walter(1), C. Schvartz(2) , N. Saby(3), D. Arrouays(3) et S. Follain(2)
Adresse :
(1) UMR INRA / Agrocampus Rennes Sol, Agronomie et Spatialisation - 65 rue de Saint-Brieuc, CS 84215, 35042 Rennes
(2) ISA, Laboratoire Sols et Environnement - 48 boulevard Vauban, 59046 Lille Cedex
(3) INRA CR d`Orléans, Unité INFOSOL - Avenue de la Pomme de Pin, BP 20619 Ardon, 45166 Olivet Cedex 2
Résumé :
La Base de Données des Analyses de Terre (BDAT) regroupe les résultats d`analyses effectuées sur l`ensemble du territoire national par des laboratoires agréés par le Ministère de l`agriculture, à la demande d`agriculteurs. Les analyses disponibles et validées sont réparties en deux ensembles, selon leur date de réalisation : de 1990 à 1994 et de 1995 à 1999. Une base de données similaire a été constituée en Bretagne à partir d`analyses de terre réalisées entre 1980 et 1985. Ces bases de données constituent une source d`information importante sur la variabilité des caractéristiques des horizons de surface des sols cultivés.
Les enjeux agronomiques et environnementaux autour du carbone organique et du phosphore extractible sont majeurs, mais l`évolution de leurs teneurs dans les sols aux niveaux national ou régional est très peu documentée. L`objectif de ce travail était d`étudier la possibilité de déceler et quantifier des variations temporelles des teneurs en ces deux éléments à partir de la BDAT, dans des contextes pédoclimatiques variés. Cette étude a été menée sur les régions Bretagne, Limousin et Nord-Pas-de-Calais. Des traitements statistiques sur les données brutes et sur les données agrégées au niveau cantonal, complétés par des représentations cartographiques, ont permis de mettre en évidence des évolutions significatives des teneurs en carbone organique en Bretagne (diminution), et en phosphore extractible en Bretagne (augmentation) et en Nord-Pas-de-Calais (diminution).
Cependant, les biais statistiques inhérents à la stratégie d`échantillonnage adoptée sont importants et des précautions doivent être prises pour interpréter les résultats d`évolution des caractéristiques chimiques des sols. La mise en place d`une procédure de rééchantillonnage et les effectifs d`analyses très élevés limitent ces biais.
Puisqu`elle est une source d`information relativement peu coûteuse et simple à mobiliser, la BDAT est un outil clé du dispositif national de connaissance et de surveillance des sols, et le seul actuellement opérationnel pour le suivi des caractéristiques chimiques des horizons de surface des sols agricoles à petite échelle. A terme, le géoréférencement précis des prélèvements de terre permettra de relier les données de la BDAT à d`autres sources d`information sur les sols et leur occupation. La BDAT est complémentaire des autres programmes du GIS Sol (cartographie exhaustive des sols à différentes échelles) et de démarches expérimentales dans lesquels les sols sont décrits précisément et dans leur ensemble.

2003 - Volume 10 - Numéro 1

Une simulation de l`utilisation d`un réseau de surveillance pour le contrôle du carbone séquestré dans les sols - Détecterons-nous des changements? | p 7-18
Auteurs :
D. Arrouays et N. Saby
Adresse :
INRA Infosol, Orléans, F-45160, Olivet France.
Résumé :
Dans le cadre du protocole de Kyoto, les accords de Bonn et de Marrakech prévoient que certaines activités volontaires permettant un stockage additionnel de carbone organique dans les sols puissent être comptabiliséesau titre des articles 3.3 et 3.4 de ce protocole. Cette comptabilisation est assujettie au caractère vérifiable de ce stockage additionnel. Dans cet article, nous analysons la faisabilité d`une vérification statistique de l`effet de changements d`usage ou de pratiques. Nous avons réalisé plusieurs simulations, afin de déterminer si des dispositifs de surveillance du stockage de carbone dans les sols pouvaient permettre un contrôle fiable et vérifiable de ce stockage. Nous nous sommes fondés sur le Réseau de Mesures de la Qualité des Sols (RMQS) actuellement mis en place en France (environ 2100 placettes qui seront suivies selon un pas de 5 ans) afin de déterminer, sous différentes hypothèses, si un tel dispositif pouvait détecter des changements significatifs. Nous avons également testé la mise en place de réseaux spécifiques dédiés aux changements des terres «Kyoto» .
Dans les différents scénarios testés, les durées moyennes nécessaires à la détection d`un changement de stock de C du sol varient de 3 à 15 ans. Dans les scénarios les plus défavorables ces durées atteignent 10 à 25 ans.
Ceci signifie qu`une densification du réseau ou la mise en place de réseaux spécifiques sera nécessaire si l`on prétend réaliser un contrôle au sol du carbone stocké durant la période d`engagement. Nous pouvons conclure de l`ensemble de ces simulations que la mise en place du réseau systématique tel qu`il est envisagé pourrait permettre d`apporter des preuves comptables et statistiques de la séquestration additionnelle sous un certain nombre de conditions:
- réaliser un suivi des usages et des pratiques. La question centrale est alors liée au coût de mise en place de ce réseau, et à la faisabilité et au coût du contrôle des surfaces soumises à des usages et des pratiques donnés,
- densifier le réseau et/ou mettre en place des suivis spécifiques dédiés à certains usages,
- s`assurer que les changements d`usage suivis aient une pérennité dans le temps compatible avec la durée nécessaire au suivi et avec la période d`engagement.

2003 - Volume 10 - Numéro 3

Effet du paillis des résidus de canne à sucre sur la séquestration de carbone dans un sol ferrallitique argileux du Brésil | p 191-204
Auteurs :
T. Razafimbelo(1), B. Barthès(1), E. F. de Luca(1), M.-Ch.Larré-Larrouy(1), J.-Y. Laurent(1), C. C. Cerri(2) et Ch. Feller(1)
Adresse :
(1) MOST, IRD-CIRAD, BP 64501, 34394 Montpellier cedex 5, France.
(2) Université de São Paulo-CENA, Avenida Centenário 303, 13416-970 Piracicaba-SP, Brésil
Résumé :
Le Brésil étant le premier producteur mondial de canne à sucre, un changement dans le mode de gestion des résidus de cette culture pourrait avoir des effets notables sur la teneur en carbone (C) de l`atmosphère. Dans une plantation de canne à sucre de longue durée (50 ans) installée sur un sol ferrallitique argileux du sud du Brésil, on compare la teneur en C du sol total et de ses fractions granulométriques (après dispersion) et la stabilité structurale (résistance à l`éclatement) des couches superficielles (0-5 et 5-10 cm) sous deux traitements :
l`un comportant une récolte manuelle précédée d`un brûlis des résidus (CB, canne brûlée), l`autre une récolte mécanisée avec paillis des résidus depuis 6 ans (CNB, canne non brûlée).
La teneur en C total du sol est plus élevée en CNB qu`en CB, significativement à 0-5 cm (25,2 vs. 21,0 g C.kg-1) mais pas à 5-10 cm (22,3 vs. 20,5 g C.kg-1) ; la différence est également significative à 0-10 cm (23,7 vs. 20,7 g.kg-1). Cette différence correspond à un stockage de C en CNB s`élevant à 0,65 t C.ha-1.an-1 à 0-10 cm de profondeur, représentant 13 % du C apporté par les résidus aériens de la canne à sucre. Par rapport à CB, le surplus de C en CNB est principalement associé à la fraction argileuse (0-2 μm). Le taux de macroagrégats stables (> 200 μm) est également plus élevé en CNB qu`en CB à 0-5 et 5-10 cm de profondeur (p < 0,01) ; il est corrélé avec les contenus en C du sol total (r = 0,71 ; p < 0,01), de la fraction 0-2 μm (r = 0,73) et de la fraction hydrosoluble (r = 0,84). On fait l`hypothèse que la forte population de vers de terre en CNB aurait un rôle important dans l`enfouissement et la décomposition des résidus paillés, et déterminerait l`enrichissement de la fraction argileuse en C et l`accroissement de la stabilité structurale.

2003 - Volume 10 - Numéro 4

Des experimentations de longue durée sur la recherche en environnement. Un exemple pris en Grande Bretagne | p 253-262
Auteurs :
K. Goulding et P. Poulton
Adresse :
(1) Agriculture & Environment Division, Rothamsted, Harpenden, Hertfordshire, AL5 2JQ, United Kingdom
Résumé :
Rothamsted possède des séries d`expérimentations de longue durée, la plus ancienne ayant débuté en 1843. Ces expérimentations ont été utilisées en particulier pour suivre la qualité des sols en relation avec son utilisation ou d`autres pressions. La recherche a montré comment le carbone peut augmenter rapidement lors du passage d`une terre cultivée à une prairie ou au développement d`une occupation forestière, ou lorsque des fumiers d`origine animale sont apportés régulièrement. A l`inverse, une terre arable perd son carbone même lors de rotations avec de la prairie. Les résultats de ces expériences ont été utilisés pour aider à la mise au point des modèles internationalement connus que sont ROTH-C (sur le cycle du carbone) et SUNDIAL (cycle de l`azote). Les flux de nitrate et phosphate vers l`eau, et ceux du méthane des oxydes d`azote et de l`ammonium vers l`atmosphère ont été mesurés et mis en relation avec les pratiques de gestion des terres. Rothamsted a les plus longues séries de données sur les pluies acides du monde. Cela a été exploité avec les échantillons de sol et de végétation des expériences de longue durée, pour mettre en évidence les dépôts acides et leurs effets sur le sol et la végétation. Les analyses d`échantillons de sols et de plantes montrent l`accumulation ou au contraire la décroissance de la pollution par les métaux lourds ou polluants organiques tels que les dioxines, les furanes ou les PCBs. Les impacts de tels polluants sur les micro-organismes ont été étudiés. Les expérimentations de Rothamsted vont continuer à fournir des renseignements uniques sur la qualité des sols, l`impact de l`agriculture sur l`environnement et la durabilité de l`agriculture.
Estimation de stocks de carbone organique des sols à différentes échelles d`espace et de temps | p 347-356
Auteurs :
D. Arrouays(1), C. Feller(2), C. Jolivet(1), N. Saby(1), F. Andreux(3), M. Bernoux(4) et C. Cerri(5)
Adresse :
(1) INRA Orléans, Unité Infosol, 45160, Ardon, France
(2) IRD Montpellier, Laboratoire MOST, BP 64501, 34394, Montpellier cédex, France
(3) Université de Bourgogne, UMR 111, Centre des Sciences de la terre, 6 boulevard Gabriel, 21000, Dijon, France
(4) IRD-UR041, CENA-USP, CP96, 13400 Piracicaba, SP, Brésil,
(5) Lab. Biogeoquímica Ambiental, CENA-USP, CP96, 13400 Piracicaba, SP, Brésil
Résumé :
Cet article traite de l`estimation des stocks de carbone organique des sols à différentes échelles d`espace et de temps. Dans une première partie nous passons en revue les principales échelles de variabilité des stocks de carbone des sols et nous en tirons des recommandations quant aux techniques à utiliser pour leur estimation et des considérations sur les incertitudes associées à ces estimations.
Nous analysons ensuite les conséquences de cette variabilité sur la faisabilité de la détection de changements au cours du temps et sur l`optimisation des dispositifs de surveillance in situ. Dans une dernière partie nous comparons différentes techniques analytiques et nous développons l`apport potentiel que pourraient représenter les techniques de spectrométrie infra-rouge.

2001 - Volume 8 - Numéro 2

Évolution des stocks de carbone et de la disponibilité de l`azote lors de la dynamique de recolonisation des prairies abandonnées du Jura | p
Auteurs :
C. Moares Domínguez, D. Sciama, E. Dambrine, J.-L. Dupouey, J.-C. Gégout et C. Brechet

1999 - Volume 6 - Numéro 2

Estimation des stocks de carbone des sols du Bénin | p 115-130
Auteurs :
B. Volkoff, P. Faure, D. Dubroeucq et M. Viennot
Adresse :
IRD (ex-ORSTOM), 32 avenue Henri Varagnat, 93143 Bondy, France
Résumé :
Une première estimation du stock de carbone organique des sols du Bénin est faite à l`aide d`une base de données constituée à partir de la carte pédologique à l`échelle du 1/200 000 et d`une collection de résultats d`analyses réalisées au moment de l`établissement de la carte durant les années 1960-1970. Le Bénin qui s`étend, en Afrique de l`Ouest, de 6° à 12° de latitude nord appartient, dans sa quasi-totalité, au domaine des savanes soudano-guinéennes.
La couverture pédologique est à dominante de sols classés sols ferrugineux tropicaux suivant le système français CPCS (1967). Elle comporte aussi des sols ferrallitiques. Les différents équivalents Légende FAOUNESCO (1990) de ces sols, qui sont les Luvisols, Alisols, Lixisols et Acrisols, ont été recherchés en prenant comme critères la capacité d`échange de l`argile et le taux de saturation à 1 m de profondeur (horizons B) dont les valeurs ont été extraites de la base de données.
Les stocks exprimés en kg de carbone par mètre carré ont été calculés pour des épaisseurs de 0-20, 0-50 et 0-100 cm à partir des taux pondéraux, en prenant une même densité moyenne de 1,3 pour tous les types de sols et pour toutes les profondeurs. Les valeurs médianes ont été déterminées pour toutes les unités de la carte et pour des regroupements d`unités correspondant à des Groupes de la classification CPSC, des Grands Groupes de la Légende FAO-UNESCO ou encore à des subdivisions de ces Groupes et Grands Groupes faites d`après la texture des horizons de surface (taux d`argile de la couche 0-20 cm).
On montre que pour les sols dominants, c`est à dire pour tout ce qui n`est pas Vertisol, Sol Brun eutrophe ou sol hydromorphe, le stock de carbone est toujours dans une même fourchette de valeurs, quel que soit l`ensemble ou le sous ensemble taxonomique CPCS ou FAO considéré. Le stock de carbone moyen est de 2,2 kg/m2 entre 0 et 20 cm, de 3,5 kg/m2 entre 0-50 cm et de 4,5 kg/m2 C entre 0-100 cm de profondeur. Les coefficients de variation sont toujours élevés et atteignent 50 %. Ainsi cette variabilité masque en grande partie l`effet des différences dans la nature du sol. Les valeurs obtenues doivent alors être vues plus comme des paramètres caractérisant un environnement bioclimatique que comme des stocks liés à un type de sol.
Au travers de la variabilité, les résultats donnent une première indication chiffrée des stocks de carbone des sols sous savanes de l`Afrique de l`Ouest. Ces stocks apparaissent toujours nettement inférieurs à ceux qui sont généralement attribués aux sols de ces régions. Ils ne représentent que la moitié du stock de carbone des sols sous forêts tropicales humides.

1999 - Volume 6 - Numéro 3

Propriétés des sols forestiers français : Résultats du premier inventaire systématique | p 165-180
Auteurs :
V. Badeau (1), E. Dambrine (2) et C. Walter (3)
Adresse :
(1) INRA, UR 947, Unité Ecophysiologie Forestière, 59280 Champenoux
(2) INRA, UR 349, Unité Ecosystèmes Forestiers, 59280 Champenoux
(3) ENSAR, Unité Science du Sol, 65, Route de Saint-Brieuc, 35042 Rennes CEDEX
Résumé :
Le réseau européen de suivi des dommages forestiers a été utilisé pour réaliser un premier inventaire détaillé des sols forestiers français. Leurs caractéristiques pédogénétiques sont comparées aux données de la base géographique des sols de France et quelques propriétés chimiques sont comparées avec celles des sols agricoles, telles qu`elles sont décrites dans la synthèse nationale des analyses de terre.
Sur le plan pédogénétique, les sols forestiers français diffèrent assez peu des sols cartographiés sur l`ensemble du territoire. Quelques différences de fréquence sont cependant notées : les sols bruns, les sols hydromorphes et lessivés hydromorphes ainsi que les sols podzolisés sont plus fréquents en forêt ; à l`opposé, les sols lessivés non hydromorphes et les sols alluviaux sont moins représentés.
Des différences majeures sont par contre observées en ce qui concerne les propriétés chimiques des sols forestiers et agricoles. Les sols forestiers se distinguent très nettement par leur acidité, leur forte teneur en carbone et leur C/N élevé.

1998 - Volume 5 - Numéro 1

Estimation des stocks de carbone des sols du Rondônia (Amazonie brésilienne) | p 31-42
Auteurs :
M. Bernoux(1), D. Arrouays(2), C. Cerri(1), P.M. de Alencastro Graça(5), B. Volkoff(3), J. Trichet(4)
Adresse :
(1) CENA-USP, Biogeoquímica de Solos, Caixa Postal 96, 13400-970 Piracicaba-SP, Brésil.
(2) INRA Orléans, Unité de Science du Sol, SESCPF, 45160, Ardon, France.
(3) ORSTOM, 32 Av. H. Varagnat, 93143 Bondy Cedex, France.
(4) Univ. d`Orléans, Lab. de Géochimie Organique, B.P. 6759, 45067 Orléans Cedex 2, France.
(5) INPA, Lab. de Ecologia, Caixa Postal 478, 69011-970 Manaus-AM Brésil.
Résumé :
L`estimation des stocks de carbone (C) organique des sols est d`une importance considérable, en raison de leur rôle en tant que source ou puits de composés carbonés vis-à-vis de l`atmosphère. L`objectif de ce travail est de comparer différentes méthodes d`estimation des stocks de C organique des sols forestiers. Nous présentons ici des résultats concernant l`évaluation de ces stocks en milieu tropical, pour l`état du Rondônia (Amazonie brésilienne) qui est une zone de forte expansion des défrichements. Une base de données a été élaborée à partir des résultats d`analyses d`horizons de sols échantillonnés lors de campagnes de prospection réalisées à la fin des années 70 et au début des années 80. La densité apparente est estimée à partir de régressions multiples faisant intervenir d`autres paramètres édaphiques disponibles.
Nous comparons les stocks calculés par sommation des données disponibles jusqu`à un mètre de profondeur, ou par intégration d`un modèle de répartition verticale du carbone. Nous comparons également les stocks régionaux obtenus soit à partir des unités cartographiques, soit par des interpolations géostatistiques des stocks totaux ou des trois paramètres du modèle de répartition verticale. Même si les effets ` pépite ` sont très importants, les résultats de la validation croisée et de la validation externe prouvent que ces modèles sont valides.
La démarche suivie permet une estimation relativement précise des stocks de C organique des sols d`un vaste secteur géographique. Cette démarche devrait permettre une meilleure quantification de l`effet des principaux déterminants (climat, texture, végétation, géologie, topographie, etc.) de la répartition spatiale et verticale du carbone dans ces sols. Enfin, une estimation fiable des stocks préalables au défrichement constitue la base indispensable à l`évaluation de leur impact sur le bilan atmosphérique en carbone.

1998 - Volume 5 - Numéro 3

Pratiques culturales et érodibilité du sol dans les Rougiers de Camarès (Aveyron) | p 157-170
Auteurs :
B. Barthès, A. Albrecht, J. Asseline, G. De Noni, E. Roose, M. Viennot
Adresse :
ORSTOM-LCSC. BP 5045. F-34032 Montpellier cedex 1
Résumé :
Dans les Rougiers de Camarès (Aveyron), les versants cultivés sont sensibles à l`érosion hydrique. Cette sensibilité résulte des caractéristiques du milieu physique, mais également des conditions d`exploitation de ce milieu. L`objectif du travail présenté est d`évaluer l`influence de différentes pratiques culturales (labour, travail superficiel ou semis direct, avec engrais ou fumier) sur l`érodibilité, la stabilité de l`agrégation et la teneur en carbone d`un régosol des Rougiers. L`étude porte également sur les relations entre érodibilité (évaluée par simulation de pluie sur sol nu retravaillé manuellement, initialement sec), stabilité de l`agrégation (évaluée par immersion puis tamisage dans l`eau) et teneur en carbone de la couche de sol 0-10 cm.
Ruissellement et perte en terre sont importants dans les parcelles labourées, plus faibles en semis direct (où le ruissellement reste notable), intermédiaires en travail superficiel, sans influence nette du type d`apport (engrais ou fumier). Dans les parcelles avec engrais, la macroagrégation stable (> 0,2 mm) est plus développée en semis direct qu`en labour ; en revanche, elle ne varie pas significativement parmi les parcelles avec fumier. Les profils de teneur en carbone montrent une concentration du carbone en surface dans les parcelles en semis direct et travail superficiel, mais sa dilution sur l`épaisseur des labours.
Ruissellement, turbidité et perte en terre (produit des deux premiers) sont liés à la stabilité de l`agrégation et à la teneur en carbone de la couche de sol 0-10 cm. En début de pluie (30 mn), ruissellement et perte en terre sont étroitement liés à la stabilité de la macroagrégation, mais pas à la teneur en carbone (bien que stabilité des macroagrégats et teneur en carbone soient corrélées). En fin de pluie (ruissellement stabilisé), turbidité et perte en terre sont liées étroitement à la teneur en carbone, et moins étroitement, à la stabilité de la macroagrégation. L`effet des pratiques culturales sur l`érodibilité dépend donc largement de leur effet sur la stabilité de l`agrégation et sur la teneur en carbone de la couche de sol superficiel.

the best online casinos