Login

Association Française pour l'Étude du Sol

Ardon, Orléans Cedex 2, France

1x2 gaming slots for free https://onlineslots.money/games/1x2-gaming/

Revue “Étude et Gestion des Sols”

Étude et Gestion des Sols (EGS) publie des articles en français. Sa vocation première est d'être un lieu d'échange et de transfert en ce qui concerne la science du sol appliquée. Les articles sont soumis à une procédure de relecture critique par des pairs. EGS publie des résultats originaux, des synthèses et des revues bibliographiques, ainsi que des notes techniques et historiques. EGS publie également des numéros ou des dossiers thématiques.
EGS peut aussi publier des articles brefs d'opinion scientifique, contribuant à l'avancée des réflexions sur notre champ d'étude et de recherche.

EGS est désormais (depuis le 1er janvier 2013) entièrement électronique, avec accès libre et gratuit (accès en bas de cette page).
Les nouveaux articles sont publiés dès qu'acceptés et mis en forme, sous la forme de fichiers .pdf. Leur publication est annoncée au fur et à mesure sur notre "liste de diffusion".
Les autres articles antérieurs à 2013 sont également tous téléchargeables.


Télécharger les instructions aux auteurs


NB: Lorsque vous faites une recherche dans les archives d'EGS (ci-dessous), les résultats sont affichés par volumes (il faut donc cliquer sur chaque volume pour y accéder).

Introduction à la revue EGS et comité éditorial

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Dominique Arrouays
RÉDACTEUR EN CHEF : Dominique Arrouays
RÉDACTEURS EN CHEF ADJOINTS : Denis Baize, Dominique Schwartz
SECRÉTARIAT DE RÉDACTION : Florence Héliès, Cédric Laveuf, Jean-Pierre Rossignol

Adresse :
AFES, INRA, Centre de recherches d'Orléans
2163, avenue de la Pomme de Pin, CS 40001, Ardon
F-45075 Orléans Cedex 02, France

Contact Donimique Arrouays

COMITÉ ÉDITORIAL :
D. Angers Agric. Agroalim. Canada, Sainte Foy, Canada
M. Badraoui I.A.V. Hassan II, Rabat, Maroc
W. Blum Univ. Vienne, Autriche
L. Bock Faculté Agronomique de Gembloux, Belgique
A. Bruand ISTO, Université d'Orléans
C. Cheverry ENSA, Rennes
J.L. Chotte IRD, Montpellier
S. Deckers Université de Leuven, Belgique
A. Delaunois Chambre d'Agriculture du Tarn, Albi
B. Delvaux Université de Louvain la Neuve, Belgique
C. Feller IRD, Montpellier
P. Faivre Université de Savoie, Chambéry
N. Filippi EC JRC Ispra, Italie
E. Frossard Institut Fédéral de Technologie, Zurich, Suisse
J.C. Germon INRA, Dijon
M.C. Girard Académie d'Agriculture, Paris
J.M. Gobat Université de Neuchâtel, Suisse
A. Halitim Université de Batna, Algérie
B. Jabiol ENGREF, Nancy
J.L. Julien Laboratoire Départemental de l'Aisne
J.P. Legros AFES, Montpellier
F.‑Macias Vasquez Univ. St-Jacques de Compostelle, Espagne
C. Mathieu Acad. des Sciences d'Outre-Mer, Paris
J.P. Montoroi I.R.D., Bondy
R. Moreau I.R.D., Montpellier
J.L. Morel ENSAIA, Nancy
S. Recous INRA, Laon
G. Richard INRA, Orléans
C. Schvartz ISA, Lille
T. Sterckeman INRA - ENSAIA, Nancy
E. Van Ranst Université de Gand, Belgique
C. Walter Agrocampus Ouest, Rennes

...

EGS Instructions aux auteurs

1/ EGS est une revue de l'Association Française pour l'Étude du Sol.

2/ La publication est gratuite. Les articles ne devront, en règle générale, pas excéder 15 pages imprimées (résumés, figures, tableaux, bibliographie
compris). Une page pleine de la revue équivaut à environ 4 000 signes, espaces non compris. Pour certains articles, quelques pages supplémentaires
pourront être acceptées.

3/ Le manuscrit doit être saisi sous traitement de texte, sur format 21 x 29,7 cm. Le texte sera fourni sur support électronique (fichier attaché à un courrier électronique ou CD-Rom), de préférence format Word (DOC ou docx) en double interligne. Les lignes doivent être numérotées de 1 à n du début à la fin du document. Les figures en haute résolution (formats pict, eps, tif, png ou jpg en haute définition ou fichier Excel) et les tableaux originaux (de préférence accompagnés du fichier Excel) doivent être joints.

4/ Les textes sont publiés en français. Un 'résumé étendu' en anglais ('extended summary ') précède le texte avec quelques ' Key words '. Il renvoie aux principaux tableaux et figures. Un résumé en français (30 lignes maximum), et quelques mots clés, qui servent à l'indexation, accompagnent aussi le texte. Les résumés présentent clairement le problème étudié, les méthodes utilisées et les conclusions auxquelles on est arrivé. Key words et mots clés doivent être utilisables dans une interrogation de bases de données. Une traduction en espagnol du résumé français est souhaitée. Elle peut être prise en charge par le secrétariat de rédaction. Le secrétariat de rédaction peut également proposer des améliorations en ce qui concerne la rédaction en français.

5/ La page de garde comportera :
a* le titre de la communication ;
b* les noms et prénoms du ou des auteurs ;
c* l'institution à laquelle il(s) appartien(nen)t et les adresses complètes ;
d* l'adresse électronique de l'auteur à qui adresser les correspondances.

L'auteur donnera un titre courant de moins de quarante caractères, ainsi que le titre en anglais.

6/ Les figures et les tableaux seront réduits par les responsables de la revue à la dimension qu'ils estimeront souhaitable. Les titres des tableaux et figures partie entière des nombres sera séparée de la partie décimale par une virgule. Les photographies doivent être contrastées, une échelle donnée sur chaque document. Les illustrations en couleurs seront acceptées uniquement si elles sont indispensables.

7/ Les références bibliographiques citées dans l'article sont reprises en fin de texte, par ordre alphabétique. Les noms des auteurs cités dans le texte seront écrits en caractères minuscules : (Dupont, 2009 ; Dubois et Duchemin, 2009 ;Duchamp et al., 2009) .
La bibliographie sera présentée par ordre alphabétique sur le modèle suivant :

Joseph K.T., 1977 - Clamatrops - Proceedings of the conference on classification and management of tropical soils, Kuala Lumpur, Malaysia, 15to 20 August 1977.
Liang L., Hoffmann A. et Gu B., 2000 - Ligand-induced dissolution and releaseof ferrihydrite colloids. Geochim. Cosmochim. Acta, 64, 12, pp. 2027-2037.


8/ Les manuscrits doivent être envoyés par courriel à Dominique.Arrouays@orleans.inra.fr ou par courrier postal à Dominique Arrouays, AFES - INRA Orléans, Avenue de la Pomme de Pin, CS 40001, Ardon 45075 Orléans cedex 02, France. Les auteurs préciseront leur adresse électronique et leur numéro de téléphone.

9/ Les auteurs peuvent proposer une liste restreinte d'experts susceptibles de relire le manuscrit. Ils peuvent également, en cas de concurrence ou de conflit d'intérêt, signaler des experts qu'ils ne souhaitent pas. Chaque manuscrit est envoyé à deux lecteurs qui remplissent une fiche de lecture. Cette expertise est en principe anonyme, sauf lorsqu'un expert accepte de communiquer son nom aux auteurs. Les deux fiches de lecture et commentaires éventuels sont renvoyés à l'auteur avec une décision de la rédaction : article rejeté, à reécrire entièrement, à modifier en profondeur, à modifier légèrement, accepté.

10/ Lorsque l'article n'a pas été rejeté et que l'auteur a retourné son manuscrit corrigé en tenant compte des avis des lecteurs, le nouveau manuscrit est relu par ses lecteurs initiaux, ainsi que par les responsables de la rédaction qui peuvent proposer d'éventuelles modifications et une mise en forme améliorée des figures et tableaux.

11/ Lorsque l'auteur a donné son accord sur les modifications et effectué tous les travaux correspondants, le texte est accepté pour publication.

12/ Une épreuve du texte est ultérieurement envoyée à l'auteur qui a présenté le manuscrit. L'épreuve corrigée doit être retournée dans la semaine suivante, avec l'accord pour payer les pages supplémentaires si c'est le cas. Dès que sa mise en forme définitive est réalisée, l’article est immédiatement publié sous forme d’un fichier .pdf téléchargeable librement et gratuitement sur le site de l’AFES.

13/ Le Comité de rédaction de EGS se réserve le droit d'adapter ou de modifier la disposition du texte original et de prendre toutes les décisions non explicitement mentionnées dans ce règlement.

14/ Les articles proposés à EGS doivent être originaux ; tout manuscrit déjà publié en partie doit être explicitement signalé comme tel au début du processus de sélection. L'utilisation ultérieure des documents publiés dans EGS par d'autres que les auteurs est soumise à une autorisation écrite des auteurs et de la revue. Une référence claire devra toujours en mentionner la source.

15/ Les textes publiés dans EGS n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

16/ Toute correspondance doit être adressée au rédacteur en chef :
D.Arrouays, AFES,
INRA d'Orléans
2163 avenue de la Pomme de Pin
CS 40001, Ardon, 45075 Orléans Cedex 02 France
Contact Donimique Arrouays
sup
Recherche : 16 articles sur 13 numéros
Articles de la revue choisie

2016 - Volume 23 - Numéro 1

Rôle des différentes fractions organiques dans la stabilité structurale des sols à textures riches en sables du Nord et du Centre de la Tunisie | p 77-90
Auteurs :
A. Bouajila, N. Brahim et T. Gallali
Résumé :
Ce travail vise à montrer la contribution des différentes fractions organiques dans la stabilisation des agrégats des horizons de surface de sols à textures grossières dans les régions subhumide et semi-aride de la Tunisie. Au cours de cette étude, on a déterminé les fractions, totale (COT), particulaire (COP), humique (SH) et des polysaccharides (PEEC), de 7 horizons de surface de sols. La stabilité structurale a été évaluée à sec selon la technique Youker et McGuiness (1956) et la stabilité à l’eau est déterminée par la méthode de Le Bissonnais (1996). Elles sont exprimées en diamètres moyens pondérés respectivement DMPsec et DMPLeBiss.
L’étude des résultats a permis de constater que les différents horizons sont stables à sec. Lors de l’application d’un traitement de réhumectation, les sols sont stables à très stables (DMPLeBiss élevés). Cette stabilité à l’humide est liée à la matière organique qui est le premier responsable de la formation de macro-agrégats résistantsà l’effet désagrégeant de l’eau. De plus, des coefficients de corrélation significatifs (0,8 à 0,9 p<0,01) sont enregistrés entre les différents MWDLeBiss et les principales fractions organiques. Les coefficients les plus élevés sont, toutefois, détectés entre le test d’humectation rapide et la fraction particulaire(COP) de la matière organique. Ces résultats prouvent que la stabilisation des agrégats des sols riches en sables contre un stress hydrique est due à la matière organique d’une manière générale et principalement à la présence de la forme particulaire. Sur cette dernière se développe une activité intense de décomposition par les champignons assurant l’édification, en particulier, des macro-agrégats très résistants à la destruction lors d’une humectation rapide.
Comportement physique et propriétés des Topovertisols de la région semi-aride de la Tunisie | p 65-76
Auteurs :
H. Ben Hassine, M. Bouraoui, M. Ben Youssef et C. Zidi
Résumé :
Afin d’approfondir les connaissances sur l’un des sols les plus aptes à la production de cultures annuelles pluviales en Tunisie et en vue d’étudier son comportement vis-à-vis de la rétention en eau, cinq vertisols topomorphes (Topovertisols) dont quatre sont situés dans la vallée de l’oued Miliane (Nord-Est de la Tunisie), ont été échantillonnés par tranches de 20 cm sur un mètre de profondeur. Des analyses physico-chimiques ont permis de caractériser la granulométrie, les teneurs en matières organiques et la capacité d’échange cationique. Des échantillons ont été soumis à une analyse du retrait afin de mieux connaître la répartition de l’eau en fonction des différentes composantes de la structure du sol.
Les résultats obtenus confirment l’abondance de la fraction argileuse, la réaction alcaline des solutions, la salinité négligeable et la plus forte richesse des horizons supérieurs en matière organique, malgré des teneurs relativement modestes dans l’ensemble. La capacité d’échange cationique dépasse souvent 30 cmol.kg-1. La caractérisation du retrait a été discutée sur la base de la connaissance des types d’eaux retenues dans les différents pores (vides) qui se répartissent en eau interpédique (inter-agrégats), structurale (intra-agrégats), plasmique (au sein de la masse d’argile) et résiduelle (adsorbée sur les surfaces des argiles). En premier lieu, la variation de volume des sols consécutive à l’humectation-dessiccation est importante et donc compatible avec les structures vertiques décrites in-situ. L’analyse de la courbe de retrait permet d’identifier des points singuliers spécifiques à différents types d’eau et d’organisation du sol. Des relations statistiques ont pu être établies entre la capacité d’échange et l’eau de la fraction argileuse au sens granulométrique. Cette dernière détermine largement les propriétés aux différents points singuliers de la courbe de retrait. On peut alors accéder à l’eau utile pour la végétation avec l’avantage d’être obtenue sur des échantillons macroscopiques et non sur de la terre tamisée. Ces vertisols confirment leur statut de réservoirs d’eau pour les cultures annuelles et leur richesse chimique par les fortes proportions de sites d’échange offerts par les colloïdes argileux. Leur faible teneur en matières organiques, qui devraient donner davantage de stabilité à la structure, constitue le point faible pour de tels types de sols. L’abondance des argiles et la présence de carbonates atténueraient cependant ce déficit et favoriseraient la stabilité des agrégats.
Approche méthodologique de l’étude de la fertilité des sols des oasis tunisiennes de la région du Djérid | p 163-172
Auteurs :
B. Zougari-Elwedi, W. Issami, M. Sanaa
Résumé :
Neuf palmeraies continentales tunisiennes, au Djérid (Tozeur, Degache et Nafta) sont considérées dans cette recherche. La fertilité des sols a été analysée sur des profils verticaux et à différentes distances latérales du palmier dattier. Ces sols ont une capacité d’échange cationique (CEC) très limitée du fait de leur texture sableuse. Ils ont montré de faibles teneurs en azote (<1,71ppm), en phosphore (<23,7ppm) et en matière organique (<1,69%). Cette déficience montre que les fumures organique et minérale pratiquées sont insuffisantes.
Les eaux d’irrigation de ces régions sont saumâtres et apportent des quantités non négligeables en Na, Mg et K qui sont à comptabiliser lors du calcul de ces apports.
L’amélioration de l’état de fertilité de ces sols nécessite une évaluation minutieuse des besoins qui doit remplacer l’actuel apport arbitraire des fumures organiques et minérales dans ces oasis.

2013 - Volume 20 - Numéro 3

Suivi de la croissance d’Aloe vera en milieu salin : Parcelle de Kalaât Landelous (Tunisie) | p 19-26
Auteurs :
D. Souguir, O. Jouzdan, M.L. Khouja et M. Hachicha
Résumé :
Dans le but d’occuper des terres salées, des cultures alternatives peuvent être utilisées telles que l’Aloe vera, une plante de valeurs thérapeutiques et économiques importantes. L’expérimentation a eu lieu sous conditions naturelles dans la région de Kalaât Landelous sur un sol hydromorphe fortement salin, à nappe superficielle et salée. L’irrigation estivale des plants d’Aloe vera par des eaux usées traitées et la faible teneur en ETM dans ces eaux ne font pas apparaître un réel effet de l’irrigation avec ces eaux sur les plants. Cependant, une faible croissance de la partie foliaire a été notée, due probablement à la dominance des ions Na+ par rapport aux K+, Ca2+ et Mg2+ dans ces organes.

2005 - Volume 12 - Numéro 1

Impact des eaux d`irrigation sur l`origine des accumulations gypseuses dans les sols de l`oasis de Metouia (Tunisie) | p 43-54
Auteurs :
A. Hatira(1), B. Benmansour(1), M. Grira(2) et T. Gallali(1)
Adresse :
(1) UR. Pédologie. Département de Géologie. Faculté des Sciences de Tunis. Campus Universitaire. 2092. Manar II. Tunisie.
(2) Arrondissement Sol. CRDA Gabès. Tunisie.
Résumé :
A partir des données d`analyse chimique des eaux d`irrigation et à l`aide d`une approche morphologique et géochimique, complétée par une analyse micromorphologique, nous avons analysé la relation entre les eaux d`irrigation, la solution extraite du sol et la nappe superficielle, pouvant être responsable des accumulations gypseuses dans les sols de l`oasis de Metouia. Les eaux d`irrigation provenant des forages et exploitées dans l`oasis de Metouia depuis l`année 1958, ont gardé globalement le même faciès chimique mixte sulfaté. Ces eaux sont classées avec un risque de salinisation élevé et un risque d`alcalinisation moyen. Nous avons constaté une nette augmentation de la concentration des cations (Na+, Ca2+, Mg2+) et des anions (Cl- et SO42-) dans l`extrait de pâte saturée des sols représentatifs de l`oasis par rapport aux concentrations dans les eaux d`irrigation. Les solutions extraites du sol sont globalement saturées vis à vis du gypse. Dans l`oasis, la nappe superficielle est située à faible profondeur et la composition chimique des eaux varie en fonction des saisons. Ainsi l`irrigation, à partir des eaux de forages ayant gardé le même faciès mixte sulfaté depuis plusieurs années, a eu un impact manifeste sur la typologie des sols dans l`oasis où les différentes formes d`accumulations gypseuses dominent le profil pédologique avec un gradient d`accumulation croissant de la surface vers la profondeur. Les croûtes et les encroûtements gypseux surmontant la nappe superficielle sont localisés à des profondeurs variables selon la topographie et les conditions de drainage local.

2005 - Volume 12 - Numéro 3

Valorisation muséographique des sols tunisiens | p 245-258
Auteurs :
I. Dridi et T. Gallali
Adresse :
Laboratoire de pédologie, département de Géologie
Faculté des Sciences de Tunis, Campus universitaire
2092 Tunis
Tunisie
Résumé :
Les monolithes de sol sont considérés comme des outils pour observer, comprendre et enseigner l`évolution de différents types de sol. Ils sont également des outils valables quand il est difficile d`observer le sol sur le terrain. Notre but est de caractériser, sur le plan morphologique et muséographique, quelques sols méditerranéens représentatifs et le prélèvement de profils grandeur nature, en vue d`alimenter une pédothèque. Les sites de description et de prélèvement des monolithes sont localisés en Tunisie septentrionale, suivant une direction Est-Ouest (Mjez El Bab - Oued Zarga - Béja). Cette région est couverte par des bioclimats méditerranéens allant du sub-humide au semi-aride. Cinq monolithes ont été réalisés, marquant les principaux traits de la pédogenèse méditerranéenne. Il s`agit d`un sol fersiallitique (Fersialsol), un sol à profil calcaire différencié, un Vertisol, un sol brun calcaire (Calcosol) à caractère vertique et un sol peu évolué (Fluviosol). Une bonne mais simple caractérisation morphologique et analytique a été nécessaire, puisque ces monolithes sont dédiés au public. Par conséquent, certaines caractéristiques morphologiques (couleur, structure, texture) et paramètres physiques et chimiques (pH, la granulométrie, Carbone Organique Total, Azote Total (NT), et C/N) ont été déterminés. Les sols collectés ont été conservés dans des supports de 10 cm d`épaisseur. Les analyses correspondantes ont été attribuées à chaque type de sol en vue de permettre aux visiteurs de mieux observer et comparer les profils pédologiques. Ces supports ont été exposés à la Cité des Sciences à Tunis et ils ont connu un intérêt et un succès auprès du grand public.

2005 - Volume 12 - Numéro 4

Effets de la nappe phréatique sur la salinisation des sols de cinq périmètres irrigués en Tunisie | p 281-300
Auteurs :
H. Ben Hassine
Adresse :
Direction des sols
ministère de l`agriculture et des ressources hydrauliques
2080 Ariana
Tunisie
Résumé :
Dans les périmètres irrigués, la salinisation secondaire a une double origine : l`eau d`irrigation et les remontées des plans d`eau souterrains. Dans cinq périmètres irrigués répartis sur le Nord, le centre et le Sud-Ouest de la Tunisie, la salinisation à partir des eaux souterraines a été étudiée par des tests de corrélation simple entre la profondeur du plan d`eau et sa salinité d`une part et la conductivité électrique de trois horizons du sol d`autre part. Les résultats se sont avérés peu significatifs dans la majorité des cas. Les tests de corrélation les plus significatifs sont apparus dans les sols du centre et du Sud-Ouest du pays. Cependant, les valeurs des coefficients de corrélation et de détermination sont, pour plusieurs campagnes de mesure, proches des valeurs significatives ce qui témoigne de l`existence de liens entre les deux paramètres concernés et de la participation de la nappe à la salinisation des horizons supérieurs du sol. Les périmètres de la basse vallée de la Mejerda semblent les moins touchés par cette origine de salinisation malgré leur texture fine et la présence de la nappe à des profondeurs assez faibles.
Les profondeurs critiques sont assez importantes pour les sols de texture fine et varient entre 1,6 et 2,0 m selon les périmètres et les campagnes de mesure. Elles le sont moins pour la texture sableuse et varient entre 1,3 et 1,5 m.

2003 - Volume 10 - Numéro 1

Réserve utile des sols du Nord-Ouest tunisien - Evolution sous culture | p 19-34
Auteurs :
H. Ben Hassine(1), M. Ben Salem(2), G. Bonin(3), E. Braudeau(4) et C. Zidi(1)
Adresse :
(1) Direction des Sols, Ministère de l`Agriculture, Tunisie
(2) Institut National de la Recherche Agronomique de Tunisie (INRAT)
(3) Université de Provence (L.B.E.M./I.M.E.P.), Aix-Marseille 1, France
(4) Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Montpellier, France
Résumé :
Quatre types de sols céréaliers du Nord-Ouest tunisien, caractérisés d`une manière descriptive et analytique, ont été suivis au cours de deux campagnes agricoles pour étudier l`évolution de l`humidité de leurs horizons superficiels. Comparée aux limites inférieure et supérieure de la réserve utile, cette humidité reflète très nettement l`effet du climat et de la nature du matériau pédologique. Les sols du milieu bioclimatique subhumide, évoluant sur un matériau d`origine marneuse, gardent l`humidité sur un plus grand nombre de mois dans l`année. Ceux du milieu semi-aride sont moins argileux et à réserves utiles plus faibles qui n`atteignent presque jamais l`état de saturation des pores capillaires représenté dans cette étude par le point de gonflement maximum des agrégats primaires (WD). Le lien entre l`humidité et le rendement des cultures est évident. Plus les teneurs en eau sont élevées et la période d`humectation du sol est longue, meilleur est le rendement.
Les teneurs en eau des sols ont été corrélées à la capacité d`échange de cations (CEC) et à la densité apparente. Les résultats ont montré un lien entre point de flétrissement permanent (WB) et CEC pour les Vertisols et les sols à caractère vertique d`une part et entre capacité au champ (WD) et densité apparente pour les sols les moins argileux du milieu semi-aride d`autre part.

2002 - Volume 9 - Numéro 4

Evolution structurale de la surface d`un sol tunisien sous différents modes d`irrigation | p 239-250
Auteurs :
M. Hachicha(1) et V. Hallaire(2)
Adresse :
(1) INRGREF, 17 rue Hédi Karray BP n° 10, 2080 Ariana, Tunisie
(2) INRA, 65 rue de Saint-Brieuc, F35042 Rennes Cedex, France
Résumé :
La pérennité des périmètres irrigués en Tunisie est tributaire de la disponibilité et de la qualité des ressources en eau et en sol. Celles-ci, souvent rares et affectées par le sel, sont essentiellement exploitées à des fins de production agricole. Leur gestion constitue un défi important pour le développement de l`agriculture et la préservation de l`environnement. Les conséquences de l`irrigation sur la structure du sol sont étudiées sur un sol limono-argileux tunisien, dans un contexte salin. Trois modalités d`irrigation (submersion, aspersion et goutte à goutte) ont été comparées à la situation initiale et à un témoin non irrigué. La structure a été quantifiée par analyse d`image afin de décrire la morphologie des vides (taille et forme des pores) et de la phase solide (taille des agrégats). Les résultats montrent un accroissement de macroporosité sous irrigation, mais la taille et la forme des pores affectés par ces changements, ainsi que la taille des agrégats, varient d`un mode d`irrigation à l`autre. Les modifications les plus importantes sont obtenues avec l`irrigation au goutte à goutte, qui provoque une augmentation de la porosité d`assemblage et un émiettement des agrégats dans les 5 premiers centimètres. L`irrigation par aspersion crée une croûte sur le premier centimètre qui permet le développement d`une activité biologique importante entre 2 et 10 cm. Sous irrigation par submersion les modifications sont du même type mais moins prononcées. Le développement de cette macroporosité apparaît comme un élément favorable pour éviter la salinisation et la dégradation physique du sol.

1998 - Volume 5 - Numéro 2

Évolution structurale d`un horizon de surface argileux sous irrigation (Kalaât Landelous, Tunisie) - Caractérisation de la macroporosité par analyse d`images | p 107-116
Auteurs :
V. Hallaire(1), M. Hachicha(2) et C. Cheverry(1)
Adresse :
(1) INRA-ENSA, Unité de Science du Sol et de Bioclimatologie, 65 rue de Saint-Brieuc, 35042 RENNES Cedex, France
(2) INRGREF, BP 10, 2080 ARIANA TUNIS, Tunisie
Résumé :
L`extension de l`irrigation en Tunisie est limitée par la quantité et la qualité des eaux, la présence d`une nappe phréatique peu profonde et salée, et la nature des sols : ces facteurs augmentent les risques de dégradation des sols dans les périmètres irrigués. L`objectif de ce travail est d`estimer les modifications structurales subies par un horizon de surface soumis à une irrigation par aspersion par des eaux salées. L`étude a été réalisée sur un sol argilo-limoneux du périmètre de Kalaât Landelous, au nord du pays. Elle a permis de caractériser la macroporosité sur les quinze premiers centimètres, par analyse d`images sur des échantillons de sols non remaniés, observés à trois échelles de résolution spatiale. La porosité a été quantifiée au moyen d`une approche morphologique, prenant en compte la taille et la forme des pores, ainsi que par leur spectre de porosité. En comparant un horizon travaillé soumis à l`irrigation et un horizon non travaillé sans irrigation, on montre que la macroporosité est plus importante après irrigation ; une analyse typologique montre que cette augmentation est due à la création d`une porosité très grossière, constituée de pores d`assemblage entre les agrégats, ceux-ci pouvant laisser entre eux des espaces de plus de 5 mm. En confrontant ces résultats aux descriptions pédologiques de terrain, on montre que l`irrigation a permis de passer d`une structure polyédrique subanguleuse, présentant une porosité essentiellement fissurale et tubulaire, à une structure grenue, présentant une importante porosité interstitielle entre les agrégats.

1997 - Volume 4 - Numéro 1

Variabilité et répartition de l`argile et de la salinité dans le périmètre de Kalaât Landelous (Tunisie) - Application à l`évaluation des risques de salinisation | p 53-66
Auteurs :
M. Hachicha(1), A. M`Hiri(2), F. Bouksila(2) et I. Bach Hamba(2)
Adresse :
(1) Ministère de l`Agriculture-Direction des Sols 17, rue Hédi Karray 2080 Ariana - Tunisie
(2) Laboratoire de Science du Sol - Institut National Agronomique de Tunisie, 43, Avenue Charles Nicolle 1082 Tunis - Tunisie
Résumé :
Dans le grand système hydro-pédologique de la Mejerda, l`hydromorphie et l`halomorphie affectent à des degrés divers les sols peu évolués d`apport alluvial. En particulier, les formations alluvionnaires de la Basse Vallée de la Mejerda, en bordure de mer, évoluent sous l`effet d`une nappe phréatique salée proche de la surface du sol. Ces terres étaient initialement exploitées extensivement par des cultures céréalières et fourragères et comme parcours. Elles ont fait l`objet d`une mise en valeur, pour le développement de cultures maraichères et fourragères irriguées d`été, par l`installation d`un réseau d`assainissement et de drainage, d`une station de pompage et d`un réseau d`irrigation. L`étude géostatistique des principales propriétés physico-chimiques a permis d`analyser leur structure et leur variabilité spatiale. Les paramètres hydro-pédologiques analysés à différentes échelles et à des pas de mesures de plus en plus petits ne montrent pas une réduction significative de la variabilité. Pour les paramètres physiques, la variabilité est plus forte en surface. Pour les paramètres chimiques, la variabilité est plus faible en profondeur et en surface mais plus forte aux niveaux intermédiaires soumis à la fois aux effets des précipitations et à celle de la nappe. Les profils salins sont descendants ou à ventre salin. A proximité de la nappe, le sol s`enrichit en chlorure et en sodium. Néanmoins, les solutions possèdent une réserve en gypse leur évitant la sodisation.
Les risques de salinisation sont manifestes. Les secteurs situés au nord-est, au sud et à l`est du périmètre présentent des risques de salinisation élevés. Ils seront les plus à contrôler.

the best online casinos