Login

Association Française pour l'Étude du Sol

Ardon, Orléans Cedex 2, France

1x2 gaming slots for free https://onlineslots.money/games/1x2-gaming/

Revue “Étude et Gestion des Sols”

Étude et Gestion des Sols (EGS) publie des articles en français. Sa vocation première est d'être un lieu d'échange et de transfert en ce qui concerne la science du sol appliquée. Les articles sont soumis à une procédure de relecture critique par des pairs. EGS publie des résultats originaux, des synthèses et des revues bibliographiques, ainsi que des notes techniques et historiques. EGS publie également des numéros ou des dossiers thématiques.
EGS peut aussi publier des articles brefs d'opinion scientifique, contribuant à l'avancée des réflexions sur notre champ d'étude et de recherche.

EGS est désormais (depuis le 1er janvier 2013) entièrement électronique, avec accès libre et gratuit (accès en bas de cette page).
Les nouveaux articles sont publiés dès qu'acceptés et mis en forme, sous la forme de fichiers .pdf. Leur publication est annoncée au fur et à mesure sur notre "liste de diffusion".
Les autres articles antérieurs à 2013 sont également tous téléchargeables.


Télécharger les instructions aux auteurs


NB: Lorsque vous faites une recherche dans les archives d'EGS (ci-dessous), les résultats sont affichés par volumes (il faut donc cliquer sur chaque volume pour y accéder).

Introduction à la revue EGS et comité éditorial

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Dominique Arrouays
RÉDACTEUR EN CHEF : Dominique Arrouays
RÉDACTEURS EN CHEF ADJOINTS : Denis Baize, Dominique Schwartz
SECRÉTARIAT DE RÉDACTION : Florence Héliès, Cédric Laveuf, Jean-Pierre Rossignol

Adresse :
AFES, INRA, Centre de recherches d'Orléans
2163, avenue de la Pomme de Pin, CS 40001, Ardon
F-45075 Orléans Cedex 02, France

Contact Donimique Arrouays

COMITÉ ÉDITORIAL :
D. Angers Agric. Agroalim. Canada, Sainte Foy, Canada
M. Badraoui I.A.V. Hassan II, Rabat, Maroc
W. Blum Univ. Vienne, Autriche
L. Bock Faculté Agronomique de Gembloux, Belgique
A. Bruand ISTO, Université d'Orléans
C. Cheverry ENSA, Rennes
J.L. Chotte IRD, Montpellier
S. Deckers Université de Leuven, Belgique
A. Delaunois Chambre d'Agriculture du Tarn, Albi
B. Delvaux Université de Louvain la Neuve, Belgique
C. Feller IRD, Montpellier
P. Faivre Université de Savoie, Chambéry
N. Filippi EC JRC Ispra, Italie
E. Frossard Institut Fédéral de Technologie, Zurich, Suisse
J.C. Germon INRA, Dijon
M.C. Girard Académie d'Agriculture, Paris
J.M. Gobat Université de Neuchâtel, Suisse
A. Halitim Université de Batna, Algérie
B. Jabiol ENGREF, Nancy
J.L. Julien Laboratoire Départemental de l'Aisne
J.P. Legros AFES, Montpellier
F.‑Macias Vasquez Univ. St-Jacques de Compostelle, Espagne
C. Mathieu Acad. des Sciences d'Outre-Mer, Paris
J.P. Montoroi I.R.D., Bondy
R. Moreau I.R.D., Montpellier
J.L. Morel ENSAIA, Nancy
S. Recous INRA, Laon
G. Richard INRA, Orléans
C. Schvartz ISA, Lille
T. Sterckeman INRA - ENSAIA, Nancy
E. Van Ranst Université de Gand, Belgique
C. Walter Agrocampus Ouest, Rennes

...

EGS Instructions aux auteurs

1/ EGS est une revue de l'Association Française pour l'Étude du Sol.

2/ La publication est gratuite. Les articles ne devront, en règle générale, pas excéder 15 pages imprimées (résumés, figures, tableaux, bibliographie
compris). Une page pleine de la revue équivaut à environ 4 000 signes, espaces non compris. Pour certains articles, quelques pages supplémentaires
pourront être acceptées.

3/ Le manuscrit doit être saisi sous traitement de texte, sur format 21 x 29,7 cm. Le texte sera fourni sur support électronique (fichier attaché à un courrier électronique ou CD-Rom), de préférence format Word (DOC ou docx) en double interligne. Les lignes doivent être numérotées de 1 à n du début à la fin du document. Les figures en haute résolution (formats pict, eps, tif, png ou jpg en haute définition ou fichier Excel) et les tableaux originaux (de préférence accompagnés du fichier Excel) doivent être joints.

4/ Les textes sont publiés en français. Un 'résumé étendu' en anglais ('extended summary ') précède le texte avec quelques ' Key words '. Il renvoie aux principaux tableaux et figures. Un résumé en français (30 lignes maximum), et quelques mots clés, qui servent à l'indexation, accompagnent aussi le texte. Les résumés présentent clairement le problème étudié, les méthodes utilisées et les conclusions auxquelles on est arrivé. Key words et mots clés doivent être utilisables dans une interrogation de bases de données. Une traduction en espagnol du résumé français est souhaitée. Elle peut être prise en charge par le secrétariat de rédaction. Le secrétariat de rédaction peut également proposer des améliorations en ce qui concerne la rédaction en français.

5/ La page de garde comportera :
a* le titre de la communication ;
b* les noms et prénoms du ou des auteurs ;
c* l'institution à laquelle il(s) appartien(nen)t et les adresses complètes ;
d* l'adresse électronique de l'auteur à qui adresser les correspondances.

L'auteur donnera un titre courant de moins de quarante caractères, ainsi que le titre en anglais.

6/ Les figures et les tableaux seront réduits par les responsables de la revue à la dimension qu'ils estimeront souhaitable. Les titres des tableaux et figures partie entière des nombres sera séparée de la partie décimale par une virgule. Les photographies doivent être contrastées, une échelle donnée sur chaque document. Les illustrations en couleurs seront acceptées uniquement si elles sont indispensables.

7/ Les références bibliographiques citées dans l'article sont reprises en fin de texte, par ordre alphabétique. Les noms des auteurs cités dans le texte seront écrits en caractères minuscules : (Dupont, 2009 ; Dubois et Duchemin, 2009 ;Duchamp et al., 2009) .
La bibliographie sera présentée par ordre alphabétique sur le modèle suivant :

Joseph K.T., 1977 - Clamatrops - Proceedings of the conference on classification and management of tropical soils, Kuala Lumpur, Malaysia, 15to 20 August 1977.
Liang L., Hoffmann A. et Gu B., 2000 - Ligand-induced dissolution and releaseof ferrihydrite colloids. Geochim. Cosmochim. Acta, 64, 12, pp. 2027-2037.


8/ Les manuscrits doivent être envoyés par courriel à Dominique.Arrouays@orleans.inra.fr ou par courrier postal à Dominique Arrouays, AFES - INRA Orléans, Avenue de la Pomme de Pin, CS 40001, Ardon 45075 Orléans cedex 02, France. Les auteurs préciseront leur adresse électronique et leur numéro de téléphone.

9/ Les auteurs peuvent proposer une liste restreinte d'experts susceptibles de relire le manuscrit. Ils peuvent également, en cas de concurrence ou de conflit d'intérêt, signaler des experts qu'ils ne souhaitent pas. Chaque manuscrit est envoyé à deux lecteurs qui remplissent une fiche de lecture. Cette expertise est en principe anonyme, sauf lorsqu'un expert accepte de communiquer son nom aux auteurs. Les deux fiches de lecture et commentaires éventuels sont renvoyés à l'auteur avec une décision de la rédaction : article rejeté, à reécrire entièrement, à modifier en profondeur, à modifier légèrement, accepté.

10/ Lorsque l'article n'a pas été rejeté et que l'auteur a retourné son manuscrit corrigé en tenant compte des avis des lecteurs, le nouveau manuscrit est relu par ses lecteurs initiaux, ainsi que par les responsables de la rédaction qui peuvent proposer d'éventuelles modifications et une mise en forme améliorée des figures et tableaux.

11/ Lorsque l'auteur a donné son accord sur les modifications et effectué tous les travaux correspondants, le texte est accepté pour publication.

12/ Une épreuve du texte est ultérieurement envoyée à l'auteur qui a présenté le manuscrit. L'épreuve corrigée doit être retournée dans la semaine suivante, avec l'accord pour payer les pages supplémentaires si c'est le cas. Dès que sa mise en forme définitive est réalisée, l’article est immédiatement publié sous forme d’un fichier .pdf téléchargeable librement et gratuitement sur le site de l’AFES.

13/ Le Comité de rédaction de EGS se réserve le droit d'adapter ou de modifier la disposition du texte original et de prendre toutes les décisions non explicitement mentionnées dans ce règlement.

14/ Les articles proposés à EGS doivent être originaux ; tout manuscrit déjà publié en partie doit être explicitement signalé comme tel au début du processus de sélection. L'utilisation ultérieure des documents publiés dans EGS par d'autres que les auteurs est soumise à une autorisation écrite des auteurs et de la revue. Une référence claire devra toujours en mentionner la source.

15/ Les textes publiés dans EGS n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

16/ Toute correspondance doit être adressée au rédacteur en chef :
D.Arrouays, AFES,
INRA d'Orléans
2163 avenue de la Pomme de Pin
CS 40001, Ardon, 45075 Orléans Cedex 02 France
Contact Donimique Arrouays
sup
Recherche : 16 articles sur 14 numéros
Articles de la revue choisie

2016 - Volume 23 - Numéro 1

Un facteur majeur de la pédogenèse après décarbonatation dans le cas de formations superficielles calcaires redistribuées au Quaternaire : la nature des résidus non carbonatés | p 173-192
Auteurs :
D. Baize, F. van Oort, H. Nédélec
Résumé :
Parmi les facteurs clé de la pédogenèse sous climats tempérés, il en est trois d'importance majeure relatif aux formations superficielles calcaires redistribuées au Quaternaire : la teneur, la granulométrie et la nature minéralogique de leurs résidus non carbonatés. Les caractéristiques de ces résidus, insolubles aux acides chlorhydrique ou acétique, peuvent être facilement étudiées au laboratoire. Les formations calcaires redistribuées (FCR) présentent un aspect poudreux, une absence de structure pédologique, une forte porosité, une teinte jaunâtre et une teneur en calcaire variable mais toujours importante. Il s'agit de dépôts de redistribution de matériaux locaux, d'épaisseurs variables souvent assez faibles, rarement signalés sur les cartes géologiques, mais dont la composition est pourtant d'une importance capitale pour expliquer les propriétés des sols observés aujourd'hui.
Sous des climats tempérés comme ceux du nord de la France, la décarbonatation totale des FCR initialement peu, moyennement ou fortement carbonatées conduit à l'accumulation relative des minéraux silicatés (quartz, feldspath, glauconie, minéraux argileux).
Lorsque les résidus ainsi libérés ont une granulométrie à dominance grossière, les sols formés sont essentiellement sableux et peuvent évoluer vers des luvisols. Lorsqu'au contraire les minéraux argileux (hérités ou néoformés) dominent, les sols sont argileux voire argileux lourds, et leur évolution à long terme en est définitivement affectée : on observe alors soit des brunisols argileux, soit des Néoluvisols, soit des planosols.
Afin d’illustrer cette diversité de voies d’évolution des sols issus de FCR, nous présenterons plusieurs exemples, localisés dans différentes régions de la moitié nord de la France.
* Le premier est celui de la Champagne Jovinienne où différentes « formations calcaires redistribuées » au Quaternaire ont donné naissance à une très grande variété de sols. La présence de ces FCR n'est souvent décelable que grâce à des sondages profonds.
* A proximité de Puiseaux (Loiret), on peut observer à 850 m de distance, un Calcisol argileux ou un Luvisol Typique sableux, tous deux issus d'une FCR d'aspect semblable, la principale cause de différenciation étant la granulométrie du résidu insoluble.
* Dans la partie sud-est de la Grande Beauce, des cartographies à moyenne échelle menées récemment ont mis en évidence la présence très fréquente de FCR bien caractéristiques quoique présentant des compositions variables (taux de calcaire, abondance des graviers).
* Les Luvisols Typiques sableux de la plaine de Pierrelaye-Bessancourt (Val d’Oise). Bien que reposant sur deux niveaux de plateaux de calcaires durs, les sols doivent leurs propriétés à leur véritable matériau parental : une FCR constituée de matériaux locaux remaniés.
Dans toutes ces situations, l'évolution pédogénétique postérieure à la décarbonatation totale est entièrement déterminée par la granulométrie et la minéralogie du résidu de décarbonatation du matériau calcaire initial.

2013 - Volume 20 - Numéro 1

Potentiel de la spectrométrie gamma aéroportée pour la cartographie des sols et du régolithe : une mini-revue et des premiers exemples en régions Centre et Limousin | p 15-28
Auteurs :
B. Laroche, A. Richer de Forges, N. Saby, G. Martelet, B. Tourlière, J. DeParis, F. Messner, J. Wetterlind, J. Moulin, D. Froger, D. Arrouays
Résumé :
Cet article fait une première analyse du potentiel de la spectrométrie gamma aéroportée (SGA) pour la cartographie des sols et du régolithe. On présente tout d’abord le principe de cette méthode de mesure, sa couverture du territoire et une courte revue des applications qui ont été déjà réalisées en France et dans le monde en ce qui concerne la cartographie des sols et du régolithe. On présente ensuite trois essais méthodologiques qui ont été récemment menés en France, dans les régions Centre et Limousin. Ces applications
montrent le caractère prometteur de l’utilisation de cette technique pour la cartographie numérique. La mise en oeuvre de ces données dans divers contextes géologiques, géomorphologiques ou d’occupation du sol mérite d’être plus amplement évaluée, comme outil d’aide à la cartographie des sols.

2013 - Volume 20 - Numéro 2

Pédogenèse polyphasée et transferts de polluants métalliques contraints par des structures cryogéniques : Le cas des sols sous épandages massifs d’eaux usées dans la plaine agricole de Pierrelaye | p 7-26
Auteurs :
F. van Oort, M. Thiry, E. Foy, K. Fujisaki et B. Van Vliet-Lanoë
Résumé :
Des structures cryogéniques, organisées en réseaux polygonaux de 20 à 30 m, ont été mises en évidence dans les sols de la plaine de Pierrelaye-Bessancourt. La présence de ces structures cryogéniques millénaires interroge sur les conditions hydrologiques locales qu’elles engendrent et le rôle de celles-ci sur le transfert des polluants accumulés dans les sols de la plaine suite aux épandages massifs, pendant un siècle, d’eaux usées de l’agglomération parisienne. Des réponses ont été cherchées par la combinaison d’études géophysiques et pédologiques (résistivité électrique, examen pédologique de tranchées, minéralogie, analyses pédogéochimiques, micromorphologie, microfluorescence-X), menées à différentes échelles (parcelle, solum, constituants).
Les structures cryogéniques correspondent à des affaissements/déformations des horizons E et BT et sont séparées du substrat calcaire par une "stone-line" de fragments calcaires. La concordance géométrique des horizons et du substrat témoigne d’une pédogenèse ancienne intervenue avant la mise en place des cryoturbations lors de la dernière période périglaciaire. L’ancienneté de cette pédogenèse est aussi attestée par la fragmentation et la déformation, par cryogénie, des illuviations argilo-ferrugineuses dans ces horizons. Par ailleurs, des revêtements minces d’argile limpides dans la partie supérieure du BT ainsi que des accumulations calcaires disposées en larges bandes horizontales, donc non affectées par la cryoturbation, témoignent eux d’une pédogénèse plus récente, post-cryogénies. Ces illuviations limpides et ces accumulations calcaires sont corrélatives de la décarbonatation qui a conduit à la formation de Néoluvisols durant l’Holocène.
Sous épandages d’eaux usées, les sols présentent des traits pédologiques spécifiques qui n’apparaissent jamais dans les sols hors du périmètre d’épandage : la dégradation des revêtements d’argile, la formation de ferranes et manganes, et le blanchiment de l’horizon E. Ces traits pédologiques témoignent d’une évolution pédologique récente, liée aux grands volumes d’eaux usées (≈ 2 000 mm par an), qui ont traversé ces sols durant le XXe siècle. Les analyses pédologiques montrent une évolution minéralogique de la smectite en minéral de type intergrade, une diminution importante (jusqu’à 50 %) de la CEC et une augmentation de la proportion d’aluminium échangeable. Ces modifications minéralogiques et physicochimiques sont le résultat de la ferrolyse, un processus engendré par les alternances d’oxydo-réduction dues aux pratiques d’épandages massifs. Les manifestations de la dégradation des sols sont maximales au droit des invaginations, dans la partie supérieure de l’horizon BT. Les plus forts contrastes de couleur et de texture sont caractéristiques des Luvisols Typiques. A l’écart des structures invaginées, les sols sont peu épais et l’horizon de labour repose parfois directement sur le calcaire fragmenté.
La configuration des structures cryogéniques, avec d’épais niveaux argileux invaginés formant un réseau polygonal et des sols peu épais au centre des polygones, conduit à des conditions hydrodynamiques contrastées à l’échelle décamétrique. L’impact sur le transfert de métaux vers le substratum est attesté par des teneurs plus élevées en métaux dans la fraction réactive fine des substrats calcaires à l’écart des structures invaginées, notamment Zn et Cu, par rapport à celle des substrats à proximité de ces structures.
Enfin, les alternances des conditions redox induites par les irrigations ont des incidences sur la géochimie des polluants dans les sols, comme en témoignent la coprécipitation d’éléments majeurs (Fe, Mn) et de métaux (Zn, Cu, Pb) sous forme de ferranes et manganes dans les horizons profonds.
Dégradation morphologique et agriculture : quantification des évolutions pédologiques à court terme sous contraintes anthropiques | p 137-149
Auteurs :
D. Montagne ; I. Cousin et S. Cornu
Résumé :
La gestion durable de la ressource sol, reconnue comme non renouvelable à l’échelle humaine, nécessite de connaître voire d’orienter les évolutions des sols en réponse aux activités anthropiques ou au changement climatique. Les dynamiques des principaux processus pédologiques, à des pas de temps de quelques dizaines à centaines d’années sont cependant largement méconnues. Trop souvent encore, les sols sont considérés comme stables pour de tels pas de temps. Dans ce contexte, nous synthétisons ici les avancées scientifiques de dix ans de recherches avec pour objectifs : i) de caractériser l’impact de perturbations anthropiques sur la nature des processus pédologiques actifs dans des LUVISOLS DÉGRADÉS; ii) de quantifier l’importance des évolutions récentes des sols par rapport aux processus de formation long-terme ; et iii) de préciser la dynamique des processus pédologiques pour des pas de temps de la dizaine à quelques centaines d’années. La démarche utilisée repose sur un échantillonnage en séquence orientée et une modélisation du phénomène de dégradation morphologique par bilans massiques. Deux perturbations ont été considérées : la mise en culture de sols forestiers depuis au moins 200 ans, d’une part, et le drainage agricole pendant 16 ans, d’autre part. Nos travaux montrent que la mise en culture ralentit le phénomène de dégradation morphologique sous l’effet des pratiques de chaulage, mais peut aussi localement conduire à son accélération sous l’effet de l’implantation d’un réseau de drainage. Dans ces deux situations, l’impact cumulé des pratiques agricoles sur des périodes aussi courtes que quelques dizaines à centaines d’années s’est révélé suffisant pour produire une différenciation des sols avec une amplitude comparable aux processus de formation à long terme des sols. L’existence de boucles de rétroactions positives entre structure du sol, intensité des flux d’eau et transferts de matières, couplée à des évolutions par seuil sont deux éléments clés contrôlant ces dynamiques particulièrement rapides d’évolution des sols.

2012 - Volume 19 - Numéro 3

Les "Terres d'Aubues" de Basse-Bourgogne | p 139-161
Auteurs :
D. Baize
Résumé :
Les terres d'Aubues sont les sols épais de 20 à 180 cm, développés dans les couvertures résiduelles argileuses, rougeâtres, non calcaires, qui subsistent sur les plateaux jurassiques de Basse Bourgogne dans les positions les mieux protégées de l'érosion. Ces sols, probablement très anciens, sont le résultat d'un bilan de matières positif. D'un coté, la libération constante de matières silicatées par dissolution in situ des calcaires durs et, de l'autre, des phases sporadiques d'érosion hydrique et l'entraînement continu de particules argileuses dans le réseau karstique sous-jacent, et ce sur plusieurs centaines de milliers d'années.

L'article présente tout ce que l'on sait désormais sur ces terres d'Aubues : homonymies ; position dans les paysages ; morphologie des différents types de sols organisés en une toposéquence d'érosion ; principales propriétés analytiques ; unicité du matériau sur critères granulométriques ; arguments en faveur d'une stricte autochtonie ; propriétés structurales des horizons argileux profonds ; différenciation texturale par illuviation verticale d'argile malgré des textures d'argile lourde ; évolution pédogénétique ultime ; chronoséquences schématiques d'évolution ; estimation de la masse de calcaire à dissoudre pour la naissance des sols les plus épais ; estimation des quantités de matières perdues dans le réseau karstique souterrain ; estimation de l'âge de la couverture pédologique.

Pour la compréhension des processus pédogénétiques successifs comme pour l'estimation des durées, la difficulté principale résulte des nombreux changements qui ont pu intervenir sur de si longues périodes de temps, par exemple des phases d'érosion ou des cryoturbations toujours possibles sous climats périglaciaires. Enfin, les conditions climatiques d'aujourd'hui ne sont en rien révélatrices de celles qui se sont succédé dans le lointain passé.

2008 - Volume 15 - Numéro 1

Mobilité des éléments traces dans un Anthroposol développé sur des sédiments de curage fortement contaminés - 1 - Migration à l`échelle du profil | p 7-18
Auteurs :
P. Bataillard(1, 2), B. Girondelot(1, 3), V. Guérin(1, 2), A. Laboudigue(1, 4), J. Lions(1,2) et J. van der Lee(5)
Adresse :
1) CNRSSP, BP 537, 930, boulevard Lahure, 59500 Douai, France
2) BRGM, 3, avenue Claude Guillemin, BP 36009, 45060 Orléans Cedex 2, France
3) ADEME - Nord Pas de Calais, 20, rue du Prieuré, 59500 Douai, France
4) ENSMD, 930, boulevard Lahure, 59500 Douai, France
5) ENSMP-CIG, 35, rue St-Honoré, 77300 Fontainebleau, France
Résumé :
Le maintien d`une profondeur d`eau suffisante des voies de navigation nécessite leur curage régulier. Le devenir le plus fréquent matériaux dragués est la mise en dépôt à proximité du lieu d`extraction. Jusqu`à il y a une vingtaine d`année celle-ci se faisait sans précaution particulière. Ainsi, dans certaines régions industrialisées, des matériaux contaminés en divers polluants organiques et inorganiques ont été déposés sur des sols perméables. Dans le nord de la France, l`un de ces sites est à l`heure actuelle particulièrement préoccupant en raison d`un niveau de contamination exceptionnel en divers éléments (Pb, Zn, Cd, As, Se…). L`altération météorique de ce sédiment de curage depuis sa mise en dépôt en 1976 conduit à la formation d`un Anthroposol au fonctionnement pédologique mal connu. Les potentialités de transfert des polluants vers la nappe de la craie ne sont donc pas appréhendées à l`heure actuelle. Au cours de ce travail, des observations de terrain, suivies de caractérisations au laboratoire, ont été entreprises pour comprendre les processus pédogénétiques impliqués dans la transformation du sédiment et en déduire leur impact sur la mobilisation des polluants au cours du temps. Les observations de terrain jusqu`à un mètre de profondeur environ ont montré que le matériau très contaminé constitue la couche de surface d`un profil complexe dont la structure en couche est en grande partie due à la succession dans le temps des phases de dépôt. La couche de surface présente des fentes quasi verticales de largeur parfois centimétrique qui sont des passages préférentiels des eaux météoriques. Il en découle un gradient d`altération d`échelle décimétrique entre la paroi de la fente et l`intérieur du solide induit par les passages préférentiels des fluides météoriques oxydants. Une analyse fine des teneurs en éléments de deux matériaux correspondant à des degrés d`altération différents, couplée à un traitement statistique des données obtenues, a permis de mettre en évidence un départ de près de 60 % du Cd et 20 % du Zn du matériau initial après environ 25 ans d`altération. Au contraire, un enrichissement d`un facteur trois en As a été constaté dans le matériau altéré au contact des fentes par rapport à son homologue peu altéré. Il s`accompagne d`une augmentation des concentrations en fer de l`ordre de 35 %. Les néoformations associant Fe et As, identifiées localement, sont des pièges efficaces pour As puisque cet élément n`est que peu présent dans les couches sous-jacentes. En définitive, les données recueillies indiquent que le matériau est en cours d`altération. Il constitue une source d`éléments toxiques dont certains sont mobilisables par un simple échange ionique.

2007 - Volume 14 - Numéro 3

Modélisation de l’évolution des sols liée à des processus hydrologiques et géochimiques | p 195-204
Auteurs :
A. Samouëlian, S. Cornu, A. Bruand, G. Richard
Résumé :
Les sols représentent un compartiment clé des écosystèmes terrestres qui évoluent en permanence sous l’effet de forçages extérieurs (homme et changement global notamment). Pour pouvoir prédire ces évolutions il est nécessaire de mettre au point des outils de modélisation capable de prendre en compte les circulations de la solution du sol pour rendre compte de l’impact d’évènements climatiques extrêmes ou de pratiques culturales. Seules des modélisations couplant fonctionnement géochimique et transfert d’eau et de solutés répondent à cette exigence. Différents degrés de complexité existent au sein de ces modélisations. Nous avons distingué les approches empiriques des approches mécanistes et discuté les avantages et inconvénients des différentes approches. Parmi les différentes options de modélisation existant dans la littérature, les modèles mécanistes couplés géochimie-transfert d’eau et de solutés semblent être les plus à même de modéliser l’évolution des sols liée à des processus hydrologiques et géochimiques. Ils sont en effet les seuls, à notre connaissance, à pouvoir simultanément : 1) appréhender les différents mécanismes chimiques mis en jeu lors de l’évolution des sols, 2) s’adapter aux changements de conditions physico-chimiques du milieu et 3) fonctionner en conditions hydriques saturée et non saturée. Ils nécessitent néanmoins une adaptation à la problématique de la pédogenèse : 1) les bases de données du module de géochimie doivent être compatibles avec les minéraux des sols, 2) les interactions et rétroactions entre les phases solide et liquide doivent être intégrées, 3) l’organisation emboîtée des sols doit être prise en compte. Certains processus sont encore mal ou peu pris en compte, notamment le transfert de particules et les processus biologiques.

2007 - Volume 14 - Numéro 4

Devenir des polluants métalliques dans les sols : révélateur d`impacts de l`activité humaine sur la pédogenèse? | p 287-303
Auteurs :
F. van Oort(1), J. Labanowski(1, 2), T. Jongmans(3) et M. Thiry(4)
Adresse :
(1) INRA, UR 251 - PESSAC, Physico-chimie et Ecotoxicologie des Sols d`Agrosystèmes Contaminés, RD 10, 78026 Versailles Cedex
(2) UMR CNRS 6008, Université de Poitiers-ESIP, Laboratoire de Chimie et Microbiologie de l`Eau (ex LCEE), 40, avenue du recteur Pineau, 86022 Poitiers Cedex, France
(3) WUR, Wageningen University, Landscape Centre, Land dynamics, PO Box 47, 6700 AA, Wageningen, the Netherlands
(4) UMR 7619 Sisyphe, Mines Paris, Centre de Géosciences, 35, Rue St Honoré, 77305 Fontainebleau
Résumé :
Les activités anthropiques polluantes peuvent entraîner des changements dans les caractéristiques physico-chimiques des sols, et parfois même affecter l`évolution morphologique du solum. Cependant, des études visant l`observation d`impacts liés à l`introduction de polluants métalliques sur le fonctionnement des sols, sur sa structure et ses traits pédologiques sont peu nombreuses. Dans ce travail, nous avons examiné des organisations macro- et microscopiques et des distributions de métaux dans des sols, sélectionnés en fonction d`un gradient de pollution en combinant des observations de terrain, les microscopies et des analyses chimiques et spectroscopiques. Les sols étudiés sont localisés dans un site pollué s.l. comprenant un ancien complexe métallurgique et son périmètre de sols agricoles. La prise en compte de la continuité d`étude entre le site s.s. et les sols environnants avait été fortement encouragé en 1995 par Michel Robert, travaillant alors au Service de Recherche et Affaires Economiques de Ministère de l`Environnement. Les résultats de ce travail montrent que les impacts de l`activité métallurgique sur les sols sont visibles à toutes les échelles d`étude, avec selon le gradient de pollution, apparition de nouveaux horizons organiques ou minéraux à la surface des sols, stratifications horizontales des horizons de surface témoignant d`un dysfonctionnement faunique, colorations particulières en surface et en profondeur, et formations de nouveaux constituants. Les études du fonctionnement de ces sols, ` perturbés ` par une activité polluante durant seulement un demi-siècle, montrent la complexité des interactions entre biologie, géochimie et physique dans les sols qui sont trop souvent encore regardés comme des ` objets ` stables.

2003 - Volume 10 - Numéro 3

Fonctionnement hydrodynamique et différenciation pédologique d`une couverture de sol limoneux hydromorphe en Bassin Parisien | p 173-190
Auteurs :
J. Nicole(1, 2), Y. Coquet(1), P. Vachier(1), J. Michelin(1), L. Dever(2)
Adresse :
(1) UMR Environnement et Grandes Cultures, INRA/INAPG, BP 01, 78850 Thiverval-Grignon
(2) Laboratoire d`Hydrologie et de Géochimie Isotopique, Bâtiment 504 - Université Paris-Sud, 91405 Orsay Cedex
Résumé :
La stratification des matériaux géologiques du plateau des Alluets-Le-Roi (Yvelines) est classique d`un bon nombre de plateaux de la région parisienne : un placage de limons d`une épaisseur de deux mètres repose sur une formation d`argile à meulières de Montmorency qui couronne les sables et grès de Fontainebleau. La formation d`argile à meulières constitue un imperméable discontinu sur lequel peut se former une nappe perchée temporaire. L`objectif de cette étude est de caractériser le fonctionnement hydrodynamique d`une parcelle du plateau et sa relation avec l`évolution pédogénétique du limon carbonaté originel.
La localisation dans l`espace et le suivi de la nappe temporaire nous ont permis de comprendre le fonctionnement hydrodynamique du système sol/sous-sol. Une partie importante des précipitations ruisselle et se concentre pour s`infiltrer préférentiellement dans les dépressions topographiques. Au droit de celles-ci se forment les dômes piézométriques de la nappe. Celle-ci s`écoule latéralement vers des exutoires constitués par des chenaux ou fenêtres drainantes au sein de l`argile à meulières, pour aller recharger la nappe sous-jacente des sables de Fontainebleau. L`extension locale de la nappe temporaire est faible : on compte 40 m de distance entre la zone de recharge et l`exutoire. En relation avec les zones d`écoulement préférentiel de l`eau au sein de la couverture pédologique, une différenciation latérale des sols est mise en évidence. Nous observons au niveau des dômes topographiques, la présence d`un LUVISOL dans lequel l`engorgement temporaire laisse des traces d`oxydo-réduction sous forme de taches et de concrétions ferro-manganiques. Par contre, au niveau des dépressions topographiques, correspondant aux zones d`infiltration préférentielle de l`eau, l`évolution pédogénétique est telle que l`on rencontre un LUVISOL-RÉDOXISOL DÉGRADÉ plus ou moins glossique. L`étude géophysique de la parcelle par la méthode électrique (Wenner standard) a permis d`obtenir une image quasi-continue de la répartition de la résistivité dans le sol. On constate une bonne analogie entre la résistivité apparente et l`organisation de la couverture pédologique. Ainsi, il est possible de suivre la limite marquée par le contraste de résistivité existant entre l`horizon E éluvié et l`horizon BT illuvié, cette limite étant plus profonde dans les LUVSOLS-RÉDOXISOLS DÉGRADÉS glossiques.

2000 - Volume 7 - Numéro 2

Roches-mères et Andosolisation en milieu montagnard tempéré - Comparaison pyroclastes récents - roches-mères volcaniques massives anciennes | p 119-132
Auteurs :
M. Gury(1), D. Aran(2) et E. Jeanroy(3)
Adresse :
(1) Centre de Pédolog¡e Biologique, UPB 6831 du CNRS associée à l`Université Henri Poincaré - Nancy 1, 17 rue N.D. des Pauvres, B.P 5,54501 Vandceuvre-lès-Nancy Cedex.
(2) Université de Metz, Unité de Recherche Ecotoxicité, Biodiversité et Santé Environnementale, Rue du Général Delestraint, 57070 Metz Borny.
Résumé :
L`existence d`Andosols dans les Vosges est aujourd`hui bien démontrée, mais ces Andosols sont à peu près totalement dépourvus d`allophanes et riches en complexes organo-métalliques stables et non mobiles. Leur extension géograph¡que est réduite car leur développement exige la conjonction d`une part de conditions climatiques humides propices à l`altération des minéraux et froides affaiblissant l`activité bjologique minéralisatrice des mat¡ères organiques, d`autre part de la présence de roches mères basiques riches en minéraux altérables. Cependant, lorsque les conditions propices à l`andosolisation sont réunies, le degré de développement du processus demeure modeste en regard de ce qui peut être rencontré dans le Massif Central.
Une comparaison minutieuse a été menée sur deux stat¡ons, représentative chacune de l`andosolisation la mieux exprimée dans les Vosges et dans la Chaîne des Puys.
La composit¡on chimique de la roche mère apparaît comme principal responsable de l`orientation de la pédogenèse. Sa texture, son assemblage minéralog¡que, sa compacité, sont déterminants dans le degré de développement du processus. Dans les Vosges, l`absence de matériaux pyroclastiques vitreux, meubles, explique les particularités de l`andosolisation. Les roches volcaniques basiques massives, non ou peu vitreuses conduisent à des Andosols non allophaniques (Aluandosols, R.P., AFES, 1995).

1998 - Volume 5 - Numéro 1

Estimation des propriétés de rétention en eau des sols à l`aide de fonctions de pédotransfert (FPT) - Une analyse bibliographique | p 7-28
Auteurs :
G. Bastet, A. Bruand, P. Quétin et I. Cousin
Adresse :
INRA, Unité de Science du Sol - SESCPF. Centre de Recherche d`Orléans, Domaine de Limère, F 45160 Ardon.
Résumé :
L`étude des flux d`eau et de solutés dans les sols à l`échelle d`unité de paysage se heurte à de nombreuses difficultés dont celles relatives à une connaissance insuffisante des propriétés de rétention en eau des sols. Des outils d`estimation de ces propriétés ont par conséquent été développés. Cette analyse bibliographique présente les études ayant porté sur l`estimation des propriétés de rétention en eau à l`aide de fonctions de pédotransfert (FPT). Celles-ci ont la forme de relations mathématiques entre une propriété ou un comportement du sol et des caractéristiques de constitution de ce sol. Les travaux ayant concerné les fonctions de pédotransfert peuvent être regroupés en deux grands ensembles selon que l`on estime de façon ponctuelle ou continue les quantités d`eau retenues en fonction du potentiel matriciel. Dans le premier ensemble, les FPT permettent d`estimer la teneur en eau à des valeurs particulières de potentiel matriciel (h), en fonction de caractéristiques des sols. Des FPT ont été développées pour un nombre variable de valeurs de h pouvant aller jusqu`à 12 et variant dans ce cas de -40 à - 15 000 hPa. Dans le second ensemble de travaux, des modèles que l`on peut regrouper en deux sous-ensembles sont utilisés pour décrire l`évolution continue de h en fonction de la teneur en eau (θ). Le premier sous-ensemble est constitué par des modèles utilisant une ou plusieurs relations mathématiques paramétrées, lesquelles permettent de décrire mathématiquement au mieux l`évolution conjointe de h et de θ. Dans ce cas les FPT permettent d`estimer les paramètres de ces relations. Les modèles du second sousensemble sont en revanche basés sur des hypothèses reliant la distribution de taille et l`arrangement des particules élémentaires à la géométrie des pores. Dans ce cas, les modèles peuvent le plus souvent être assimilés à des FPT puisqu`ils intègrent dans leur expression mathématique des caractéristiques de la constitution du sol.
Suivant les études, les FPT ont nécessité, pour leur établissement, un nombre d`horizons très variable, mais aussi d`origine et de nature très différentes. De telles différences ont des conséquences importantes sur le mode d`utilisation et sur la qualité des estimations que l`on obtient avec les FPT. Plusieurs auteurs ont d`ailleurs cherché ces dernières années à évaluer l`efficacité d`un certain nombre de FPT en les utilisant pour des sols provenant des Etats-Unis ou d`Allemagne. Les résultats montrent de grandes disparités dans la qualité des estimations. Enfin, face à la complexité sans cesse croissante des FPT, cette analyse bibliographique montre qu`il est possible d`améliorer et de simplifier l`estimation des propriétés de rétention en eau en faisant appel à des critères pédologiques pour établir des règles de stratification préalablement à l`établissement de FPT.

1997 - Volume 4 - Numéro 2

Modification au cours de la révolution forestière des caractères physiques de sols sous plantation de Douglas (Pseudotsuga menziesii Franco) | p 127-140
Auteurs :
J. Chrétien(1), J. Ranger(2) et S. Villette(3), avec la collaboration technique de D. Meunier(1), O. Munier(1) et D. Gelhaye(2)
Adresse :
(1) INRA - Unité de Science du Sol - SESCPF - Antenne de Dijon, 17, rue Sully - 21034 Dijon cedex
(2) INRA - Centre de Nancy, Équipe `Cycles biogéochimiques` - 54280 Champenoux
(3) LEGTA - 58000 Challuy
Résumé :
Cette étude de trois sols forestiers sous plantation de Douglas de 20, 40 et 60 ans a pour but de mettre en évidence l`effet du vieillissement de l`écosystème sur les caractères morphologiques et physico-hydriques des solums de type ALOCRISOLS (RP 95). On observe ainsi une modification de nature et une diminution importante d`épaisseur des horizons organo-minéraux qui évoluent d`un mull acide épais à 20 ans vers un moder plus compact et réduit en épaisseur dès 40 ans sans changement notable des teneurs en matière organique. Corrélativement, on constate une diminution de la porosité totale in situ de ces horizons ainsi que de leurs composantes `pédologiques`, porosités structurale et de retrait déduites de mesures effectuées sur mottes naturelles (ou peds) à l`humidité du prélèvement ou après séchage à l`air. Enfin, le comportement physico-hydrique des matériaux constitutifs des horizons analysé à partir des courbes d`humidité et de gonflement (entre pF 4,2 et pF 1) indique une perte d`aptitude au gonflement accompagnée d`une diminution progressive de la porosité ouverte à l`air pouvant conduire dans le peuplement de 60 ans à une phase d`anaérobiose en période humide.
L`ensemble de ces constatations conduit à admettre l`existence d`un tassement progressif et généralisé des horizons organominéraux. Celui-ci peut être attribué à des contraintes mécaniques de gestion forestière (poids du sol, poids du peuplement, passage d`engins d`exploitation...) mais également, sans doute, à une évolution des types d`humus. Si des réserves peuvent être formulées sur les conditions de représentativité d`une telle chronoséquence forestière, il n`en reste pas moins vrai que les résultats obtenus conduisent à proposer une tendance évolutive en relation avec l`âge des peuplements qui semble bien s`intégrer au contexte pédogénétique de l`écosystème étudié.

1996 - Volume 3 - Numéro 1

Étude de VERTISOLS à gilgaï du Nord-Caucase : Mécanismes de différenciation et aspects pédogéochimiques | p 41-52
Auteurs :
Irina Kovda(1), E. Morgun(2) et D. Tessier(3)
Adresse :
(1) Institut de Géographie, 29 Staromonetny, 109017 Moscou, Russie
(2) Institut de Pédologie et de Photosynthèse, 142292 Pushchino, Région de Moscou, Russie
(3) INRA, Science du Sol, route de St Cyr, 78026 Versailles, France
Résumé :
Dans le sud de la Russie, près de Stavropol, des Vertisols à gilgaï ont été étudiés. A l`échelle d`environ trois mètres, une séquence de sol a été mise en évidence. Elle fait apparaître l`importance primordiale du gilgaï dans le régime hydrique des sols. Une accumulation d`eau se produit dans la zone dépressionnaire ce qui contribue au maintien d`une forte humidité. En revanche, une nette dessiccation apparaît dans la zone sommitale. Dans la zone intermédiaire, à mi pente, le sol possède une structure vertique fortement développée avec des faces de glissement très bien individualisées. La séquence de sols semble fonctionner actuellement comme un système clos sans que des transferts géochimiques se produisent verticalement entre les sols et la roche mère et latéralement à une échelle supérieure à celle de la séquence. A l`intérieur de la séquence en revanche, on observe des transferts géochimiques importants depuis la dépression jusqu`à la microbutte. Les carbonates sont concentrés dans la zone sommitale et concourent à un affaiblissement des propriétés vertiques. Sur la pente, la présence de Na conjuguée à des variations hydriques importantes assure le maintien de la structure typique des Vertisols. Dans la partie basse, l`appauvrissement en cations alcalins et alcalino-terreux et la permanence d`un milieu humide ne permettent pas à la structure vertique de bien s`exprimer. En outre, une ségrégation des oxydes de fer est observée en relation avec l`hydromorphie du sol.
Au total la micro-séquence de sol étudiée présente des tendances d`évolution qui conduisent apparemment à de grands types de sols cités en référence par les pédologues russes (chernoziom vertique, Vertisol et sol hydromorphe à caractère vertique). Par rapport aux toposéquences habituellement décrites dans la littérature, il faut noter l`importance des transferts géochimiques profonds d`aval en amont, ce qui est à l`opposé des transferts latéraux superficiels.

1996 - Volume 3 - Numéro 3

Évolution de l`acidité dans les sols du delta du fleuve Sénégal sous influence anthropogène | p 151-166
Auteurs :
J. Deckers (1), D. Raes(2), J. Ceuppens(3), I. De Wachter(4), R. Merckx(5) et A. Diallo(6)
Adresse :
(1) Professeur, Université Catholique de Louvain (KULeuven), Institut pour la gestion des terres et des eaux (ILWM), Vital Decosterstraat, 102, 3000 Leuven
(2) Professeur, KU Leuven, ILWM
(3) Projet Gestion de l`eau, Saint Louis, Sénégal
(4) Chercheur, KU Leuven
(5) Professeur, Laboratoire de la Fertilité et de la Biologie du sol, Kardinaal Mercierlaan, 92, 3001, HeverleeA. Diallo
(6) Laboratoire Pédologique, Ross Béthio, NDiaye, Sénégal
Résumé :
Cette communication porte sur une prospection pédologique effectuée dans le delta du fleuve Sénégal, dans le cadre du Projet Gestion de l`Eau, Coopération Scientifique KU Leuven - SAED, à Saint Louis, Sénégal. Il s`agit d`une recherche diagnostique sur le problème de l`acidité et son importance pour la riziculture sous irrigation. L`objectif de cette étude était d`étudier la dynamique de l`acidité dans les sols du delta depuis sa formation jusqu`à maintenant sous l`influence de l`homme. Cette évolution est caractérisée par l`analyse de trois cas tout à fait différents notamment, (i) le cas sans influence humaine, (ii) un site archéologique où est intervenue une influence humaine historique, facteur pédogénétique dominant et (iii) un périmètre irrigué depuis 1980. Chaque site est caractérisé par une toposéquence représentative. L`étude a démontré qu`une quantité non négligeable d`acidité potentielle existe dans le Delta et ce, surtout dans les cuvettes de décantation. En d`autres endroits, l`acidité potentielle apparaît à grande profondeur ou bien n`a jamais existé, ou a été neutralisée par la présence de CaCO3 dans le profil (déchets de coquillages archéologiques). L`étude montre qu`en fin d`évolution, les conditions d`acidité sous riz irrigué seront favorables, c`est-à-dire qu`il existe une neutralisation nette due aux bases qui sont apportées par l`eau d`irrigation. De plus, l`acidité est diluée par les quantités énormes d`eau qui sont appliquées pour la riziculture dans le delta afin de contrôler la salinité.
Les apports éoliens dans les sols du Jura - Etat des connaissances et nouvelles données en pâturages boisés | p 167-178
Auteurs :
E. Havlicek et J.-M. Gobat
Adresse :
Laboratoire d`écologie végétale- Institut de botanique - 11, rue Emile-Argand - CH - 2007 Neuchâtel 7 - Suisse
Résumé :
Vingt ans après la découverte des limons éoliens dans les sols du Jura, un bilan tiré de la littérature pédologique montre une confirmation évidente de leurs effets importants sur la pédogenèse sur calcaire. Quelques caractères nouveaux sont précisés : présence primaire ou secondaire (après transport) des limons, rôle important dans la brunification des sols, présence dans des sols à évolution calcique ou calcaire, rôle de l`épaisseur du dépôt dans l`orientation de la pédogenèse, relations entre les dépôts et la couverture végétale.
L`étude originale de nombreux sols des pâturages boisés du Jura suisse, réalisée par les auteurs, met également en évidence une présence généralisée de limons d`origine éolienne. Ces résultats permettent de discuter plus avant les relations entre les sols et la végétation qui, par le jeu du cycle biogéochimique, joue un rôle important dans le maintien ou la création d`une ambiance pédogénétique calcique. L`intensité de l`effet de l`éolien sur la pédogenèse dépendrait ainsi d`une combinaison trifactorielle, intégrant non seulement l`épaisseur du sol et la porosité du substratum rocheux, déjà largement prouvées, mais aussi la profondeur d`enracinement physiologique de la végétation.

1995 - Volume 2 - Numéro 2

Le cycle biogéochimique des éléments majeurs dans les écosystèmes forestiers. Importance dans le fonctionnement des sols | p 119-134
Auteurs :
J. Ranger(1), M. Colin-Belgrand et C. Nys
Adresse :
Collaboration technique : P. Bonnaud, D. et Louisette Gelhaye

(1) : auteur correspondant : INRA Centre de Nancy, Équipe `Cycles biogéochimiques`, 54280 Champenoux.
Communication faite à la réunion de l`AFES, Section Massif Central, le 8 Novembre 1994.
Résumé :
L`économie des éléments nutritifs dans l`écosystème forestier extensif est très spécifique et consiste en une succession de mécanismes qui tendent à rendre optimale l`utilisation du pool d`éléments disponibles : c`est le `cycle biogéochimique` des éléments nutritifs. Le fonctionnement minéral de l`écosystème forestier est caractérisé par deux types de relations, d`une part les relations sol-plante et d`autre part les relations plante-sol. Lespremières relatent les effets de la fertilité du sol sur la nutrition et par conséquent sur la production tandis que les secondes concernent les effets de la végétation sur le fonctionnement du sol.
Les relations plante-sol seront seules prises en compte, étant donné l`intérêt qu`elles présentent pour le fonctionnement pédogénétique lui-même. En effet, par la quantité et la qualité des débris végétaux apportés annuellement au sol (litière aérienne ou souterraine) ainsi que par la composition des pluviolessivats, les végétaux conditionnent pour partie la fertilité du sol.
Deux exemples servent de support à cette présentation :
- la quantification des flux du cycle biologique dans une chronoséquence de peuplements de Châtaignier permettant de mettre en évidence, pour les différents éléments, les mécanismes dominants à cette échelle et d`en déduire les aspects agronomiques et pédologiques ;
- la comparaison de l`effet de différentes essences sur le cycle biogéochimique et les conséquences pour les sols étudiés par les approches analytiques et expérimentales.

the best online casinos